Accueil / Politique et société / Tous résilients face aux risques le 13 octobre 2022

Tous résilients face aux risques le 13 octobre 2022

Posted on

Cet article a été proposé et rédigé par Roland45, contributeur aux projets Wikimedia depuis 2005 et notamment au projet Communes de France de la Wikipédia francophone.

Wikimédia France participe à l’appel à projet lancé par le ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires intitulé « Tous résilients face aux risques ». Cet article montre comment Wikimédia France et Wikipédia apportent leur contribution à la résilience des citoyens face aux risques majeurs.

Contexte

Affiche du projet « Risques majeurs en communes »

Le Gouvernement a lancé le 25 juillet 2022 un appel à projets pour informer et faire connaître les bons réflexes face aux risques naturels et technologiques dans le cadre de la journée « Tous résilients face aux risques » qui se tient dans toute la France le 13 octobre 2022.

Trois objectifs :

  • développer la culture sur les risques naturels et technologiques ;
  • se préparer à la survenance d’une catastrophe ;
  • développer la résilience collective face aux catastrophes.

Les projets, qui doivent être soutenus par une personne morale, comme une association ou une collectivité, et peuvent couvrir un territoire local, départemental, régional ou national, pouvaient être déposés jusqu’au 12 septembre 2022. Le projet wikimédien a été accepté le 13 septembre 2022. Un prix sera attribué aux meilleurs participants.

Le projet

Wikipédia est un diffuseur de savoir et s’inscrit logiquement dans le premier objectif du Ministère organisateur du concours. La participation étant réservée aux personnes morales, il a paru intéressant à Wikimédia France de soutenir le projet proposé par le contributeur wikipédien Roland45 consistant à ajouter une section risques majeurs sur l’ensemble des articles des communes de France dans Wikipédia.

Objectif pour le 13 octobre 2022 : compléter l’ensemble des articles des communes des régions Centre-Val de Loire, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie avec une section « risques majeurs » (soit 3 régions, 31 départements et 10 520 communes).

En savoir plus sur le projet « Risques majeurs en communes »

Les robots rédacteurs

Ajout d’une section « risques majeurs » dans l’article de la commune d’Allouis

Ce projet donne l’occasion d’apporter un éclairage d’une part sur les importantes contributions du projet wikipédien consacré aux communes de France et par ailleurs sur le travail d’un certain type de robots ou bots, les bots rédacteurs. Atteindre une telle performance, à savoir traiter plus de 10 500 communes et ajouter près de 70 mégaoctets de texte à l’encyclopédie en moins d’un mois et demi ne peut en effet être fait que par un bot rédacteur.

Les bots rédacteurs sont une des quatre grandes familles de robots avec les bots correcteurs, les bots détecteurs de vandalisme et les bots analystes (moteurs de recherche, statistiques). Il ne s’agit bien entendu pas d’intelligence artificielle où le bot chercherait et choisirait lui-même sur le web l’information la plus pertinente, la synthétiserait et l’ajouterait dans Wikipédia, mais plutôt d’un bot assembleur (écrit en VBA pour les spécialistes). Il est capable en effet d’assembler des données factuelles (issues soit de bases de données prétraitées soit récupérées à la volée sur des pages web de sites spécialisés) et de briques de textes prérédigées associées à la thématique traitée et au zonage concerné. L’assemblage consiste à mettre le tout en forme selon les standards wikipédiens, à savoir sourcé correctement, avec des modèles d’affichages et des liens internes, mais surtout avec la bonne syntaxe tant grammaticale que celle du code wikipédien. La dernière phase est l’insertion dans l’article au bon endroit, car tous les articles ne se ressemblent pas, même si pour les articles des communes, la tâche est facilitée avec un plan d’article plus ou moins stable. Le bot doit également être capable de détecter lui-même la présence ou non d’une section similaire déjà existante dans le texte et juger de sa pertinence, la fusion des textes ne pouvant se faire ultérieurement qu’à la main.

Le bot est évolutif dans le temps. D’abord parce que tout change pour chaque département, mais aussi avec l’apport de la communauté wikipédienne, notamment les contributeurs du projet Communes de France, qui peuvent faire des observations soit sur des erreurs factuelles, soit sur des problèmes de formulation, observations qui amènent à faire évoluer le bot.

Si une erreur est signalée, il peut arriver qu’elle soit systématique. Un bot spécifique est alors écrit pour corriger le texte fautif.

En complément du texte, le choix rédactionnel d’ajouter une carte spécifique à cette section a été fait, celle des cartes communales des sols argileux. Ce qui revient à ajouter plus de 10 000 cartes pour la première phase et plus de 35 000 pour l’ensemble des communes. Tâche infaisable sans des bots. Ces cartes sont réalisées avec le logiciel SIG QGis et plus spécifiquement avec un automate intégré. Le chargement des ces images sur l’espace de stockage que constitue Wikimedia Commons est aussi une tâche fastidieuse s’il est fait à la main. Là aussi un bot se charge du travail.

Exemple de cartes sous licence libre de la vulnérabilité aux sols argileux entreposées sur Wikimedia Commons

L’utilisation de bots rédacteurs est quelquefois mal comprise, au regard du travail de fourmi fait à la main par des milliers de contributeurs. Pourtant elle n’intervient pas en concurrence, mais en complément du travail à la main qu’elle ne peut aucunement remplacer. Elle apporte une information exacte et fiable (si la source utilisée est notoire et fiable). Et elle nécessite malgré tout un travail de préparation relativement conséquent (traitement des bases, recherche de sources, rédaction des textes, rédaction du code informatique).

Intérêt pour le lecteur

Au-delà de ce zoom rapide sur la technique des bots rédacteurs, l’intérêt pour le lecteur de l’ajout de cette section dans les articles de communes de France est considérable.

De nombreux citoyens, voire presque tous, ne connaissent pas les risques auxquels ils sont exposés. Le Ministère met à disposition du grand public des outils permettant d’avoir cette information au niveau de la commune, voire au niveau de l’adresse, des outils toujours plus accessibles, mais dont il faut connaître l’adresse web ou a minima faire une démarche spécifique de recherche.

Avec Wikipédia, l’outil de connaissance désormais de référence, le lecteur, sans faire de recherche, simplement à l’occasion d’un passage sur l’article de sa commune, pourra prendre connaissance des aléas auxquels il est exposé.

« Tiens, je suis exposé au risque inondation ou … ma maison est sur un sol argileux et risque de se fissurer … que dois-je faire ? … et si je cliquais sur ces liens bleus ou sur les références de sources, histoire d’en savoir plus et … d’être résilient !

Bilan du projet « risques majeurs en communes » au 11 octobre :

  • Ajout d’une section « risques majeurs » sur +10 000 articles des communes (3 régions, 31 départements et 10 520 communes) ;
  • Ajout de +10 000 cartes réalisées à partir de données sous licence libre de l’Observatoire des risques naturels, de l’IGN et d’OpenStreetMap ;
  • Visibilité potentielle : nous ne pouvons pas savoir quelle partie des articles les internautes consultent précisément mais les articles sur les communes des trois régions totalisent plus de 2 millions de pages vues en septembre ;
  • Ajout de milliers de liens vers des sites internet de référence : ecologie.gouv.fr, georisques.gouv.fr et infoterre.brgm.fr.

Wikipédia comporte également des articles par département sur les risques d’inondation, les risques industriels et les risques sismiques.

 « Pour aller plus loin »

Recevez nos courriels

Abonnez-vous pour découvrir nos projets actuels et à venir.

Parlez à un être humain

Des questions sur notre association ou sur nos projets ? Contactez notre équipe.

Contact →

Nous suivre sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top