Accueil / Projets Wikimedia / Wikipédia / Wikipédia, un commun numérique fragile

Wikipédia, un commun numérique fragile

Posted on

Depuis quelques semaines, je réalise une expérimentation sur le réseau social Twitter. Je réponds aux personnes qui postent des copies d’écran de dégradations de Wikipédia. Ils sont plusieurs à dégrader le site puis à vouloir se vanter de leur méfait sur les réseaux sociaux. L’objectif est de montrer aux personnes qui dégradent l’encyclopédie qu’on les observe (et cela permet de détecter et réparer des dégradations). En ce qui concerne les internautes qui se contentent de diffuser des articles vandalisés par d’autres, je leur signale qu’ils peuvent réparer eux-même ce dégât, car Wikipédia repose sur la modération citoyenne. N’importe qui peut corriger une faute d’orthographe, une coquille, un paragraphe erroné ou retirer des insultes.

Qu’est-ce que le vandalisme ?

Sur Wikipédia, le terme de vandalisme désigne un comportement visant délibérément à porter atteinte à l’objectif encyclopédique du projet. Le vandalisme est interdit et peut conduire son auteur à un blocage en écriture temporaire ou indéfini. Le vandalisme peut prendre plusieurs formes :

Le spam
→ ajouter des liens externes sans rapport avec le sujet dans une optique de promotion.
Bot vandale
→ script ou « robot » qui vandalise massivement des articles, par du spam, de la publicité ou des blanchiments de page.
Vandalisme puéril ou humoristique
→ laisser des messages personnels ou des graffitis dans un article, ajouter des blagues ou des absurdités d’apparence plausible au contenu d’un article.
Blanchiment
→ blanchir tout ou en partie un article sans explication valable dans la page de discussion de l’article ou dans le commentaire de modification.
Vandalisme provocateur
→ ajouter ou remplacer tout ou partie d’une page personnelle par des insultes, des obscénités, de la calomnie, de la dérision, etc.
Renommage vandale
→ renommer une page ayant un nom pertinent avec un nouveau nom vandale (remplacer un mot par un autre grossier, etc.).
Vandalisme sournois
→ moins évidente à détecter, cette forme de vandalisme, parfois utilisée dans le but de vouloir démontrer des failles dans Wikipédia, se caractérise par l’insertion au sein d’un article d’éléments erronés mais qui paraissent cohérents. De tels vandalismes sournois vont parfois jusqu’à recourir à l’utilisation de fausses sources ou de sources détournées. Il s’agit alors de vandalismes particulièrement graves, puisque la présence apparente de sources accrédite l’idée que les informations de l’article sont fiables et vérifiables. Les canulars sont une forme de vandalisme sournois.
Vandalisme graphique
→ importer vers Wikipédia des images provocantes, insérer des messages politiques, faire des images GIF animées malveillantes, etc.
Le caviardage
→ suppression non justifiée de contenus compromettants ou passage en force destiné à promouvoir un point de vue (exemple : suppression des polémiques de la page d’un homme politique par l’intéressé ou son équipe).

Relayer des actes de vandalisme

Relayer des vandalismes sur les réseaux sociaux génère bien souvent d’autres vandalismes. Car entretemps l’article a été réparé mais de nouveaux internautes interviennent pour remettre en ligne le canular qu’ils ont vu. Ainsi un vandalisme mis en avant sur Twitter peut entraîner plusieurs nouveaux vandalismes. On répète cela pour les joueurs et arbitres de football, puis l’ensemble des personnalités, des entreprises. Faut y ajouter les dégradations commises avec le matériel informatique des établissements scolaires (vandalisme scolaire dans le jargon wikipédien). Tout le monde a une bonne raison de modifier de façon humoristique les articles de l’encyclopédie. Ce n’est certes pas bien compliqué à détecter, mais nécessite néanmoins un humain, car le robot ne détecte pas ce genre de modifications.

Modération bénévole

Le grand public ne le réalise pas, mais la modération de Wikipédia nécessite beaucoup de temps de la part des bénévoles. Patrouilleurs, administrateurs, vérificateurs d’adresses IP, masqueurs de modifications sont autant de rôles permettant d’assurer la modération du site. Tous ces canulars détournent les bénévoles de l’amélioration des articles. Or Wikipédia fonctionne avec peu de volontaires. La Wikipédia francophone compte 60 000 contributeurs chaque mois. Mais la participation varie énormément d’un bénévole a l’autre. Seulement 6 000 personnes font plus de 5 modifications par mois.

Un commun numérique fragile

Ce qui a été accompli en vingt ans est formidable. Aujourd’hui le site est l’un des plus visités au monde. Les autres géants du web s’appuient même sur son contenu et s’inspirent de ses pratiques de modération pour lutter contre la désinformation. Néanmoins Wikipédia demeure fragile. Jusqu’à présent Wikipédia fonctionne, car il y a plus de gens bien intentionnés que de personnes mal intentionnées. Mais cela peut très bien s’inverser. Les bénévoles qui modèrent le site peuvent un jour en avoir marre de passer leur temps libre à nettoyer les canulars des autres. Comme l’eau, la nature ou l’air, Wikipédia est un commun fragile dont il faut prendre soin car l’encyclopédie peut disparaître à cause de l’activité humaine. Jusqu’à présent l’humanité a réussi à s’auto-réguler et montrer le meilleur d’elle-même. Alors que des murs sont érigés autour de nos parcs, de nos cimetières, de nos monuments, Wikipédia tente un pari fou : faire confiance aux gens en dotant les internautes d’un crayon afin qu’ils rédigent la plus grande encyclopédie au monde. Le mouvement Wikimédia croit possible de laisser la quasi-totalité des articles encyclopédiques librement modifiable sans que cela dégénère. Mais le site peut très bien crouler sous les dégradations et fermer (ou devoir restreindre énormément les droits en écriture). Cela serait un échec pour Wikipédia, mais aussi pour l’humanité qui n’aura pas su correctement utiliser cet espace de liberté. L’avenir de Wikipédia est entre les mains des internautes. On compte sur vous autant que vous comptez sur Wikipédia.

Crédits images et textes
Perhelion, Broom by Blleininger, Nohat et Paullus magnus, CC-BY-SA 3.0

Passage de l’article Vandalisme de la Wikipédia en français, CC BY-SA 3.0

Wikinade, CC BY-SA 4.0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top