Accueil / Éducation / Wikipédia et Vikidia en classe : qu’en disent les chercheurs ?

Wikipédia et Vikidia en classe : qu’en disent les chercheurs ?

Posted on

L’une des actions phares de Wikimédia France est de promouvoir et d’accompagner les enseignants dans l’utilisation de Wikipédia – et plus récemment de sa petite soeur Vikidia – dans le cadre scolaire. Nous sommes effectivement convaincus de l’utilité des encyclopédies libres pour les projets pédagogiques, en particulier pour l’éducation aux médias et à l’information (EMI).

Mais que dit la recherche scientifique à ce propos ? C’est la question que je me suis posée au cours de mon année d’alternance au sein de l’association en tant que chargée de mission projets pédagogiques, et du master “AIRE : Learning Sciences” à l’Université Paris Cité. Dans le cadre d’un mémoire de recherche, je me suis penchée sur l’usage de Vikidia comme outil de socialisation aux savoirs, notamment en suivant une classe de cinquième dans un collège des Ardennes, et en interrogeant des enseignants au cours d’entretiens. Ce mémoire, rédigé à la façon d’un article scientifique, est précédé d’une revue de littérature, c’est-à-dire un état de l’art de la littérature scientifique. Cette partie introductive au mémoire avait pour sujet plus large l’usage de Wikipédia et des wikis comme outils pédagogiques. Après avoir sélectionné près de 30 articles pertinents sur la base de données ERIC [X] et sur la page projet dédiée de l’association (disponibles à la fin de ce billet), j’ai réalisé un travail de synthèse qui permet de rendre compte des intérêts multiples de l’usage de Wikipédia en classe. Ce billet restitue ce travail d’état de l’art.

Jérôme Hublart, professeur documentaliste propose à ses élèves de cinquièmes de contribuer à Vikidia dans le cadre d'un cours d'EMI. Mathilde Louis CC BY SA.

Introduction

Quels usages de Wikipédia en classe ?
 
Wikipédia, et plus généralement les environnements wiki, sont des systèmes hypertextes qui permettent aux utilisateurs de consulter, de lier, créer des articles et d’en réorganiser le contenu. Wikipédia, créée en janvier 2001 par Jimmy Wales et Larry Sanger, fait partie des outils de création et des communautés en ligne du Web collaboratif dit “2.0.”. La littérature étudiant Wikipédia en tant qu’environnement d’apprentissage est soutenue par des études sur les opportunités d’apprentissage du Web 2.0 (Pifarré & Kleine Staarman, 2011 ; Fessakis & Zoumpatianou, 2012 ; Bayliss, 2013 ; Barber et al 2015 ; Herrera & Mejias, 2017). Les exemples de technologies aujourd’hui communément considérées comme représentatives du Web 2.0 sont les blogs (Khan & Martindale, 2014), les réseaux sociaux et les wikis (Pifarré & Kleine Staarman, 2011 ; Kukkonen et al., 2016 ; Barajas & Frossard, 2017). Barajas & Frossard (2017) décrivent les wikis comme des logiciels permettant l’édition collaborative de textes, lesquels textes sont disponibles pour toute la communauté d’utilisateurs qui peuvent non seulement créer du contenu, mais aussi l’hyper-lier à d’autres contenus et ajouter, supprimer et modifier toute partie du document partagé. 
 
En termes de pratiques éducatives, les avantages de Wikipédia par rapport à tout autre service wiki sont principalement le volume toujours croissant d’informations disponibles, les hyperliens, les images, l’exhaustivité des articles et l’engagement d’une communauté importante d’utilisateurs. Ces derniers fournissent aux étudiants des opportunités et des raisons d’interagir entre eux et/ou avec les autres utilisateurs de Wikipédia (Fessakis & Zoumpatianou, 2012). La littérature révèle l’éventail des façons dont les enseignants utilisent désormais ces outils numériques collaboratifs, démontrant leur polyvalence pour l’apprentissage. Entre autres sont cités l’édition de contenu par la contribution à un article existant ou la création de nouvelles entrées, la participation à un éditathon, la révision d’articles, l’ajout de sources, mais aussi la contribution à d’autres projets Wikimedia (Harouni, 2009 ; Barnhisel & Rapchak, 2014 ; Fulton, 2019). D’autres études mentionnent la possibilité pour les étudiants de s’engager activement dans la recherche d’informations (McKenzie et al., 2018), mais aussi de les ouvrir à la discussion, au dialogue ainsi qu’à l’observation de l’évolution de leurs propres contributions (Fessakis & Zoumpatianou, 2012). En parallèle, les enseignants peuvent évaluer la participation de l’étudiant grâce aux différentes fonctionnalités du wiki comme les outils de suivi de la contribution (Barajas & Frossard, 2017 ; McKenzie et al., 2018).
 
Toutefois, les études mentionnent aussi des obstacles à l’utilisation de Wikipédia comme outil pédagogique, tant du côté des enseignants que des étudiants. D’une part, les étudiants ont très probablement été déconseillés d’utiliser Wikipédia par le passé (Barnhisel & Rapchak, 2014 ; Sahut, 2017) et en résulte parfois un scepticisme (Harouni, 2009 ; McKenzie et al., 2018), ou un manque de connaissance du processus éditorial ouvert (Harouni, 2009 ; Sahut & Chabriac, 2015). En outre, les apprenants peuvent ressentir de l’anxiété (Khan & Martindale, 2014) ou de la réticence à collaborer ou à montrer leurs brouillons aux autres (Barajas & Frossard 2017). D’autre part, avant de l’utiliser dans leurs classes, les enseignants doivent d’abord comprendre le fonctionnement et les règles de Wikipédia (Bayliss, 2013 ; Polk et al., 2015 ; McKenzie et al., 2018). Par ailleurs, ils peuvent également rencontrer des difficultés techniques, soit par manque d’équipement (Khany & Khosravian, 2014), soit par des lacunes en termes de compétences numériques (Khan & Martindale, 2014 ; Barajas & Frossard 2017). Certaines études mentionnent également la difficulté à gérer et contrôler la collaboration avec la communauté en ligne (Barber et al., 2015 ; Sahut & Chabriac, 2015 ; McKenzie et al., 2018) et les autres enseignants (Polk et al., 2015). Enfin, certains articles déplorent que l’usage de Wikipédia en classe soit chronophage (Harouni 2009 ; Thomas et al., 2021) et difficile à évaluer (McKenzie et al., 2018).

 

Les intérêts pédagogiques

Apprentissage par les pairs
 
Il apparaît que l’utilisation de Wikipédia en classe favorise la collaboration élèves-enseignants, notamment lorsqu’il s’agit d’essayer de se débrouiller avec l’outil (Barajas & Frossard, 2017). Comme le disent Barber et al. (2015), “l’enseignant est devenu l’apprenant, donnant ainsi aux apprenants la confiance nécessaire pour prendre des risques, faire des erreurs et demander de l’aide”. Puis, de manière plus attendue, elle permet aux étudiants de collaborer les uns avec les autres (Fessakis & Zoumpatianou, 2012). Bien que les élèves aient parfois tendance à résister au travail d’équipe au début (Barajas & Frossard 2017), en apprenant du contenu écrit par leurs pairs (Herrera & Mejias, 2017), ils finissent par valoriser positivement les processus de collaboration (Khany & Khosravian, 2014 ; Barajas & Frossard 2017). Par conséquent, le sentiment de communauté s’accroît et la dynamique de classe se renforce (Khan & Martindale, 2014 ; Barber et al., 2015 ; Kukkonen et al., 2016 ; Ruhalahti et al., 2017). Par ailleurs, sur Wikipédia les étudiants apprennent au sein d’une communauté en ligne (Harouni, 2009 ; Pifarré & Kleine Staarman, 2011 ; Khany & Khosravian 2014 ; Barber et al., 2015 ; McKenzie et al., 2018 ; Thomas et al., 2021). De cette façon, un étudiant est susceptible de recevoir des commentaires non seulement des membres de sa communauté éducative, mais aussi d’un groupe plus large de personnes (Fessakis & Zoumpatianou, 2012). Cela fait de Wikipédia une communauté de pratique dans laquelle les étudiants débutants peuvent s’appuyer sur leurs interactions avec des contributeurs plus expérimentés pour acquérir des connaissances et des compétences techniques et sociales (Sahut & Chabriac, 2015). Par conséquent, l’usage de Wikipédia en classe augmente la compréhension de la culture de négociation, le travail d’équipe (Herrera & Mejias, 2017 ; Fulton, 2019) ainsi que la participation active et l’écoute à travers le dialogue (Pifarré & Kleine Staarman, 2011 ; Ruhalahti et al., 2017).
 
Apprentissage actif
 
L’utilisation de Wikipédia en classe peut être considérée comme une pratique d’apprentissage actif, notamment à travers un apprentissage centré sur la résolution de problèmes (Pifarré & Kleine Staarman, 2011 ; Barber et al., 2015 ; Kukkonen et al., 2016 ; Barajas & 6Frossard, 2017 ; Ruhalahti et al., 2017) et l’enquête (Ladage & Ravenstein, 2012 ; Kukkonen et al., 2016). Au cours de ces activités “d’apprentissage par la pratique” (Thomas et al., 2021), les élèves sont encouragés à se renseigner, à expérimenter, à résoudre ensemble les problèmes émergents et à faire des erreurs (Barajas & Frossard 2017). Par conséquent, les élèves sont autonomes (Khany et Khosravian, 2014 ; Herrera et Mejias, 2017 ; McKenzie et al., 2018), ce qui les entraîne à se sentir plus responsables de leur propre apprentissage (Barber et al., 2015), à mieux retenir les connaissances (Khany & Khosravian, 2014 ; McKenzie et al., 2018), voire à progresser à l’école (Herrera & Mejias, 2017). Tout cela augmenterait leur sentiment de confiance (Barber et al 2015) et leur estime d’eux-mêmes selon Herrera & Mejias (2017) et McKenzie et al. (2018).
 
Apprentissage centré sur l’élève
 
L’utilisation des wikis permet aux enseignants de faire correspondre leurs objectifs pédagogiques, leurs contenus et leurs matériels avec les spécificités et les intérêts des élèves (Khany & Khosravian 2014 ; Barajas & Frossard 2017), permettant ainsi la création d’activités centrées sur l’apprenant. En utilisant Wikipédia, considérée comme un outil de la vie quotidienne (Harouni, 2009 ; Ladage & Ravenstein, 2012), les étudiants sont également encouragés à écrire pour un public extérieur à la classe, et donc à créer quelque chose qui compte non seulement pour eux, mais aussi pour le public des internautes (Thomas et al., 2021). Par conséquent, les étudiants contribuent avec un sentiment positif à s’engager avec l’extérieur, ce qui augmenterait leur motivation à produire un contenu de qualité (Khany & Khosravian, 2014 ; Barber et al., 2015 ; Herrera & Mejias, 2017 ; McKenzie et al., 2018 ; Fulton, 2019). Barajas & Frossard (2017) racontent que les élèves “sont devenus enthousiastes et ravis lorsqu’ils ont écrit pour un public et lu les contributions de leurs camarades de classe”. Pour toutes ces raisons, l’apprentissage basé sur Wikipédia est considéré comme “authentique” (Khan & Martindale, 2014 ; Sahut & Chabriac, 2015 ; Ruhalahti et al., 2017) et porteur de sens (Barber et al., 2015 ; Kukkonen et al., 2016 ; McKenzie et al., 2018).
 
Littératies numériques, éducation au numérique
 
Dans son article, Fulton (2019) rappelle les domaines de compétence numérique pour les littératies numériques et la citoyenneté déclarés comme « essentiels » par l’Union Européenne. Ces domaines sont la maîtrise de l’information et des données, la communication et la collaboration, la création de contenu numérique, la sécurité et la résolution de problèmes. Les affordances des environnements wiki facilitent l’expression et le partage d’informations, permettant ainsi une utilisation pertinente des technologies (Kukkonen et al., 2016). De plus, après avoir travaillé avec Wikipédia, les élèves développent non seulement des compétences informationnelles et techniques particulières, mais apprécient également l’impact qu’ils pourraient potentiellement avoir sur l’environnement numérique en tant que participants sociaux actifs (Fulton, 2019). En effet, les productions des élèves subissent des modifications par des éditeurs anonymes de Wikipédia au-delà de la classe (Harouni, 2009) qui familiarisent les élèves avec les wikis et l’administration des communautés qui se sont développées autour (Fessakis & Zoumpatianou, 2012). Même s’il peut être frustrant ou surprenant pour les élèves de voir leurs articles édités, cela contribue également à développer un environnement sûr et de confiance au sein du monde numérique (Barber et al 2015). Il est important de noter que la modification de Wikipédia aide les élèves à envisager les rôles de collaboration qu’ils assumeront dans leurs études universitaires, sur leur lieu de travail et dans leur vie quotidienne en tant que citoyens numériques (Kukkonen et al., 2016 ; Fulton 2019).
 
Littératies informationnelles, éducation aux médias et à l’information
 
Les concepts de “maîtrise de l’information”, “littératie informationnelle”, ou encore “compétences info-documentaires” sont définis par Fessakis & Zoumpatianou (2012) comme étant “la capacité à déterminer et à organiser les informations nécessaires à la résolution d’un problème particulier et à trouver et utiliser efficacement les meilleures sources d’information pour répondre à des besoins spécifiques”. Le concept de “recherche numérique” se focalise le plus souvent sur la capacité à localiser, évaluer et utiliser des informations pertinentes de manière numérique (Fulton, 2019). Pour résumer, l’enseignement de la maîtrise de l’information, l’éducation aux médias et à l’information (EMI), cherchent à “améliorer la façon dont les apprenants naviguent dans l’océan d’informations disponibles sur Internet” (Harouni, 2009) et à les équiper contre l’acceptation non critique d’informations provenant de sources non accréditées (Swanson, 2006), et pour ce qui concerne notre sujet, la confiance non critique en Wikipédia (Barnhisel & Rapchak, 2014). Malgré sa nature collaborative, qui ne fera jamais de cette encyclopédie en ligne une “source fiable absolue” (Gray, 2013), les enseignants qui la choisissent pour enseigner la maîtrise de l’information ont tendance à prôner un usage responsable de Wikipédia : plutôt s’en emparer avec une approche critique plutôt que de l’interdire à l’école (Harouni, 2009 ; Barnhisel & Rapchak, 2014 ; Ladage & Ravenstein, 2012), tout en guidant également les élèves vers d’autres ressources considérées comme légitimes au sein de la communauté académique (Polk et al., 2015).
 
En outre, les règles d’édition de Wikipédia (Vetter, 2020), les mécanismes d’autosurveillance (Barnhisel & Rapchak, 2014) et les outils d’édition visuelle (Lamb & Johnson 2013 ; Gray, 2013 ; Polk et al., 2015) en font un bon terrain de jeu pour aider les lecteurs à différencier les bonnes informations des mauvaises. Par conséquent, les élèves impliqués dans l’édition de contenus sur Wikipédia apprennent l’importance de la validité des sources (Vetter, 2020) et de l’évaluation par les pairs (Thomas et al, 2021), prennent confiance dans leurs compétences en matière de maîtrise de l’information (Fulton 2019), se sensibilisent au contenu et aux droits d’auteur (Fessakis & Zoumpatianou, 2012) et réfléchissent de manière plus critique aux recherches d’informations qu’ils ont menées (Barnhisel & Rapchak, 2014 ; Khan & Martindale, 2014 ; Fessakis & Zoumpatianou, 2012 ; Barajas & Frossard, 2017 ; McKenzie et al., 2018 ; Fulton, 2019). Particulièrement dans l’enseignement supérieur, l’utilisation de Wikipédia comme outil pédagogique permet finalement aux étudiants d’acquérir la méthodologie de la recherche scientifique (Fessakis & Zoumpatianou, 2012 ; Fulton, 2019 ; Vetter, 2020), ce qui leur permet de mieux comprendre comment les chercheurs construisent les connaissances (Barnhisel & Rapchak, 2014). Qui plus est, comme le disent Thomas et al. (2021), “ce type de vulgarisation scientifique est essentiel pour promouvoir la culture scientifique auprès du public – surtout à une époque comme la nôtre où la désinformation circule aussi rapidement que les informations de qualité.”

 

Jérôme Hublart, professeur documentaliste propose à ses élèves de cinquièmes de contribuer à Vikidia dans le cadre d'un cours d'EMI. Mathilde Louis CC BY SA.

Socialisation aux savoirs

Épistémologie et perception du savoir
 
Comment les individus perçoivent-il la connaissance ? Comment cette conception a-t-elle un impact sur la construction de la connaissance ? Comment cet impact peut-il être appliqué à la pratique éducative ? Ces questions sont abordées par l’épistémologie personnelle, qui est “un domaine qui examine ce que les individus croient sur la façon dont la connaissance est produite, ce qui compte comme connaissance et où elle réside, et comment la connaissance est construite et évaluée” (Swanson, 2006). Les étudiants de premier cycle commenceraient avec un modèle “absolu” de la connaissance dans lequel “la connaissance est certaine ou absolue”, passeraient ensuite par une période de transition dans laquelle ils apprennent que la connaissance peut être partiellement incertaine, puis par une autre période, relativiste, dans laquelle ils concluraient que “chacun a ses propres croyances”. Par ailleurs, Barnhisel & Rapchak (2014) affirment que les élèves apprennent que les connaissances sont contextuelles et qu’ils doivent juger de la validité d’une preuve ou d’une information en tenant compte de son contexte. Enfin, les auteurs expliquent aussi comment les étudiants peuvent mal interpréter la façon dont les universitaires et les chercheurs génèrent, vérifient et diffusent les connaissances, en particulier avec la montée de la désinformation sur Internet.
 
“Prosommateurs” vs. consommateur de connaissances
 
La connaissance ne se trouve plus seulement dans les livres et les revues scientifiques mais est également accessible via de nombreux outils et médias numériques qui évoluent constamment. Les services de bibliothèque et l’accès aux savoirs traditionnels se trouvent donc dans une période critique de redéfinition et de changements car ils doivent s’adapter à des usages transformés par la prolifération d’informations sur Internet (Swanson, 2006). Avec l’omniprésence du numérique, faire des recherches est passé d’un processus relativement lent de curiosité intellectuelle et de découverte à un exercice rapide et à court terme visant à localiser juste assez d’informations pour compléter un devoir (Harouni 2009 ; Polk et al., 2015). Cependant, de par sa nature participative, Wikipédia serait une opportunité pour les étudiants de devenir les producteurs de leurs propres connaissances, plutôt que de consommer passivement des informations (Pifarré & Kleine Staarman, 2011 ; Sahut & Chabriac, 2015 ; Thomas et al., 2021). La production écrite des élèves devient leur principale source d’apprentissage, leur permettant de dépasser le rôle de simples réservoirs de connaissances (Herrera & Mejias, 2017). En conséquence, les étudiants acquièrent les compétences numériques nécessaires pour participer activement aux processus transnationaux de construction du savoir que permet la technologie Web 2.0 (Pifarré & Kleine Staarman, 2011), et se préparent à l’apprentissage tout au long de la vie dans un paysage numérique (Barber et al., 2015 ; Thomas et al., 2021).
 
Sagesse des foules et intelligence collective
 
Dans l’héritage de Vygotsky ou de Wenger, la littérature met l’accent sur les processus sociaux qui résultent de la création de connaissances à travers Wikipédia (Pifarré & Kleine Staarman, 2011 ; Ruhalahti et al., 2017). Dans ce sens, la connaissance est donc le produit d’une intelligence collective engagée dans un apprentissage ouvert médiatisé par des environnements wikis dans lesquels ils partagent leurs réflexions et leurs débats (Khan & Martindale, 2014 ; Barajas & Frossard, 2017). Par ailleurs, des recherches ont montré que plus le nombre de rédacteurs impliqués dans la production d’un article est important, plus la qualité de cet article est élevée. Le grand nombre de bénévoles a également conduit à un niveau d’actualité, de profondeur, de rapidité et d’exhaustivité supérieur à ce qui serait possible dans une encyclopédie traditionnelle, qu’elle soit imprimée ou en ligne (Bayliss, 2013). Par conséquent, cette contribution par “la foule” remettrait en question le concept traditionnel de la construction de la connaissance académique formelle, qui est caractérisée par des vues hiérarchiques, d’auteur et individuelles (Barajas & Frossard, 2017). Par conséquent, certains étudiants ont tendance à croire l’encyclopédie en ligne plus que le discours traditionnel des universitaires ou des médias. Par exemple, Barnhisel & Rapchak (2014) citent un étudiant : “dans mes études récentes, j’ai découvert que je peux apprendre beaucoup plus d’un groupe de mes pairs que d’un seul expert.” Sur Wikipédia, la connaissance est donc représentée comme décentralisée et capable de surpasser la fiabilité des experts. L’encyclopédie libre n’a donc pas seulement à voir avec la technologie, mais porte aussi une éthique de collaboration et d’ouverture (Bayliss 2013 ; Barnhisel & Rapchak, 2014). McKenzie et al. (2018) citent Erik Olin Wright qui a déclaré, en sa qualité de président de l’American Sociological Association, que Wikipédia “incarne les idéaux d’égalité, de libre accès, de participation et de délibération dans un environnement sans domination”. Vetter (2020) a également déclaré que Wikipédia est “une communauté d’apprenants qui s’efforcent de créer un site web neutre basé sur des faits qui informe les gens”.
 
Tensions philosophiques
 
Malgré la forte utilisation de Wikipédia par les élèves, seule une minorité a confiance en son contenu (Ladage & Ravenstein, 2012). Cela est généralement dû au fait que le personnel scolaire ait une tendance à interdire systématiquement l’utilisation de Wikipédia dans le cadre scolaire et académique (Polk et al., 2015), souhaitant que les élèves utilisent plutôt les ressources de la bibliothèque et les ressources savantes traditionnelles (Barnhisel & Rapchak, 2014). Ce scepticisme, trouve des explications tout d’abord dans des inquiétudes concernant la réduction de l’utilisation de productions savantes légitimes (Fulton, 2019) parce que Wikipédia créerait des “étudiants paresseux” peu dévoués à un projet (Bayliss 2013), utilisant de mauvaises méthodes de recherche (Polk et al., 2015) et tentés par le plagiat (Barnhisel & Rapchak, 2014). De plus, les débats sur l’exactitude du contenu de Wikipédia ont donné lieu à une stigmatisation de l’encyclopédie en ligne. En effet, de nombreux enseignants craignent que l’ouverture et le manque perçu d’autorité et de contrôle ou de gestion globale du processus éditorial de Wikipédia ne la rendent vulnérable aux erreurs, au vandalisme, aux préjugés systémiques et donc à la désinformation (Harouni, 2009 ; Bayliss 2013 ; Barnhisel & Rapchak, 2014 ; McKenzie et al., 2018). Par ailleurs, Wikipédia est plus particulièrement vilipendée par la communauté académique qu’au sein du primaire et du secondaire (Sahut, 2017), notamment parce que la création collaborative de connaissances en Open Source pose un défi direct à la production traditionnelle de connaissances académiques et aux normes savantes et “perturbe les arrangements traditionnels entre pouvoir et connaissance”, par le retrait du contrôle aux universitaires et au système traditionnel d’examen par les pairs (Bayliss, 2013). En effet, l’évaluation par les pairs est considérée comme la seule méthode légitime d’évaluation de la crédibilité, c’est-à-dire, selon Thomas et al. (2021), “l’élément vital de l’édition universitaire”. Enfin, les universitaires sont également préoccupés par les droits de propriété intellectuelle et le défaut d’attribution (Bayliss 2013). Pour Barnhisel & Rapchak, il existe un vaste fossé philosophique entre un étudiant et une personne travaillant dans “l’industrie du savoir” professionnalisée et accréditée, comme un enseignant ou un chercheur. Ce dernier est une personne préparée ou se préparant à une vie et une carrière dans lesquelles la vérité absolue, la crédibilité absolue et la fiabilité absolue sont illusoires, et où savoir ce qui est “suffisant”. Peu d’étudiants cherchent à faire carrière dans le monde universitaire ou de la recherche, de sorte que les problèmes de production et de validation des connaissances peuvent leur sembler abstraites et sans intérêt. Ils préviennent également que l’ouverture des “milliennials” au “crowdsourcing” peut avoir deux issues : l’avènement d’un environnement démocratique d’information, ou au contraire “un âge sombre” (2014).

 

Un élève de cinquièmes contribue à Vikidia dans le cadre d'un cours d'EMI. Mathilde Louis CC BY SA.

Conclusions et horizons

Cette revue littérature met donc en évidence un fort intérêt des enseignants pour l’usage de Wikipédia comme outil d’apprentissage des littératies numériques et informationnelles, mieux connu en France sous l’appellation “éducation aux médias et à l’information”. Elle souligne les intérêts, mais aussi les limites de cette ressource pour les projets pédagogiques. 
 
Toutefois, les études revues dans cet article se concentrent principalement sur les lycéens et étudiants de l’enseignement supérieur. Vikidia, l’encyclopédie en ligne écrite pour et par les jeunes, semble être le nouveau terrain de jeu d’enseignants désireux de transmettre des compétences info-documentaires à leurs élèves à partir du troisième cycle. Étant perçue comme plus accessible que Wikipédia, tant en termes d’intelligibilité que de technicité, elle constitue un objet pertinent pour l’étude de l’éducation aux médias et à l’information chez les élèves du primaire et du collège. De plus, peu d’études à notre connaissance se sont penchées sur l’utilisation des encyclopédies comme moyen de socialisation au savoir. 
 
Le mémoire de recherche qui fait suite à cet état de l’art tente donc d’explorer la posture de l’enseignant dans son rôle de transmetteur de connaissances au travers de son engagement dans des pratiques pédagogiques appuyées sur Vikidia. Il porte une attention particulière sur la détermination des enseignants à rendre les apprenants autonomes dans l’acquisition des connaissances. En outre, il tentera de répondre aux questions suivantes : Vikidia peut-elle permettre aux enseignants de rendre leurs élèves autonomes dans l’acquisition des connaissances ? Son usage en contexte scolaire témoigne-t-il d’une évolution dans la posture de l’enseignant, traditionnellement perçu comme représentant du savoir ?
 
Ce mémoire sera publié et valorisé par l’association après relectures et corrections en 2023. 
 
[X] : ERIC (Education Resources Information Center) est une base de données spécialisée dans la recherche en sciences de l’éducation. Plus d’informations sur le site : https://eric.ed.gov/
 
Références bibliographiques
 
  • Barajas, M., & Frossard, F. (2018). Mapping Creative Pedagogies in Open Wiki Learning Environments. Education and Information Technologies, 23(3), 1403–1419.
  • Barber, W., King, S., & Buchanan, S. (2015). Problem Based Learning and Authentic Assessment in Digital Pedagogy: Embracing the Role of Collaborative Communities. Electronic Journal of e-Learning, 13(2), 59–67.
  • Bayliss, G. (2013). Exploring the Cautionary Attitude Toward Wikipedia in Higher Education: Implications for Higher Education Institutions. New Review of Academic Librarianship, 19(1), 36–57. https://doi.org/10.1080/13614533.2012.740439
  • Correia, A.-P. (2014). Student’s Online Learning Experiences in Collectivist Cultures. Association for Educational Communications and Technology, 53–58.
  • Fulton, C. (2019). The use of collaborative open-access publishing via Wikipedia in university education to embed digital citizenship skills. Netcom, 33(1/2), 09–22.
  • Gray, A. (2013). Wikipedia and information literacy. School Librarians, 61(1), 8–10.
  • Lamb, A., & Johnson, L. (2013). Wicked or Wonderful: Revisiting Wikipedia. Teacher Librarian, 40(4), 68–73.
  • Harouni, H. A. N. (2009). High School Research and Critical Literacy: Social Studies with and Despite Wikipedia. Harvard Educational Review, 79(3), 473–494.31
  • Herrera, O. A., & Meijas, P. (2017). Peer Instructions and Use of Technological Tools: An Innovative Methodology for the Development of Meaningful Learning. International Association for Development of the Information Society, 59–66.
  • Khan, H., & Martindale, T. (2014). A review of research on collaboration via blogs in online learning. Association for Educational Communications and Technology, 1, 96–104.
  • Khany, R., & Khosravian, F. (2014). Iranian EFL Learners’ Vocabulary Development through Wikipedia. English Language Teaching, Vol. 7, Issue 7, pp. 57–67.
  • Kukkonen, J., Dillon, P., Kärkkäinen, S., Hartikainen-Ahia, A., & Keinonen, T. (2016). Pre-Service Teachers’ Experiences of Scaffolded Learning in Science through a Computer Supported Collaborative Inquiry. Education and Information Technologies 21(2), 349–371.
  • McKenzie, B., Brown, J., Casey, D., Cooney, A., Darcy, E., Giblin, S., & Ní Mhórdha, M. (2018). From Poetry to Palmerstown: Using Wikipedia to Teach Critical Skills and Information Literacy in A First-Year Seminar. College Teaching, 66(3), 140–147. https://doi.org/10.1080/87567555.2018.1463504
  • Ladage, C., & Ravestein, J. (2012). Wikipédia à l’école, où en est-on aujourd’hui ? Actes Du Colloque International JOCAIR, 11. 
  • Pifarré, M., & Kleine Staarman, J. (2011). Wiki-supported collaborative learning in primary education: How a dialogic space is created for thinking together. International Journal of Computer-Supported Collaborative Learning, 6(2), 187–205. https://doi.org/10.1007/s11412-011-9116-x
  • Polk, T., Johnston, M. P., & Evers, S. (2015). Wikipedia Use in Research: Perceptions in Secondary Schools. TechTrends: Linking Research and Practice to Improve Learning, 59(3), 92–102.
  • Ruhalahti, S., Korhonen, A.-M., & Rasi, P. (2017). Authentic, Dialogical Knowledge Construction: A Blended and Mobile Teacher Education Programme. Educational Research, 59(4), 373–390.
  • Sahut, G. (2014). Les jeunes, leurs enseignants et Wikipédia: Représentations en tension autour d’un objet documentaire singulier. Documentaliste: Sciences de l’Information, 51(2), 70–79.32
  • Sahut, G., & Chabriac, K. (2015). Quand des lycéens contribuent à Wikipédia : quelles évolutions de leur connaissances informationnelles ? Éditions Du Centre d’Études Sur Les Jeunes et Les Médias, 108–118.
  • Sahut, G., Jeunier, B., Mothe, J., Tricot, A., (2015). Qu’apprennent les jeunes usagers à propos de Wikipédia ? Presses Universitaires de Paris Ouest, 149–161.
  • Sahut, G. (2017). Variations de la confiance et de la réputation de Wikipédia chez les jeunes (11-25 ans). Adjectif.net, 1–8.
  • Thomas, P., Jones, M. F., & Mattingly, S. (2021). Using wikipedia to teach scholarly peer review: A creative approach to open pedagogy. Journal of Information Literacy, 15(2), 178–190.
  • Vetter, M. A. (2020). Broadening representations of rhetoric in Wikipedia: disciplinary praxis as graduate pedagogy and research. Studies in Higher Education, 45(5), 990–1002.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top