Accueil / Wikimédia France / Actualité Wikimédia France / Retour sur le concours Wikidata pour la Journée internationale des musées 2022

Retour sur le concours Wikidata pour la Journée internationale des musées 2022

Posted on

Préambule

Nous vous proposons cette année de revenir sur le concours à travers le témoignage de Wikimedia Deutchland, organisateur du concours. Pour l’occasion, nous vous proposons une traduction de leur article paru le 1er juillet. Mais avant cela, nous vous présentons un retour rapide en quelques chiffres sur cette dernière édition enrichie de quelques nouveautés.

Les chiffres de cette 3e édition

Le concours Wikidata rencontre depuis 3 ans un certain succès auprès de la communauté de bénévoles qui contribuent à Wikidata. L’ensemble du projet était cette fois-ci coordonné par Wikimedia Suisse (WMCH) en collaboration avec Wikimedia Autriche (WMAT) avec le soutien de Wikimedia Allemagne (WMDE) et du Volunteer Supporters Network (VSN).

Une organisation plus structurée a permis l’émergence de 14 événements locaux pour une compétition étalée sur 26 catégories dont les suivantes : Argentine, France, Rwanda, Guinée, Tchad, Chili, Hongrie, Italie, Uruguay etc. Si 979 utilisateurs uniques se sont inscrits au concours, certains participants ont pris part à plus d’une catégorie. Fait marquant, 551 utilisateurs ont participé avec de nouveaux comptes utilisateur.

Derrière ce concours de plus en plus prolifique se cache une volonté d’accompagner le pouvoir des musées de transformer le monde qui les entoure  :

  • Le pouvoir d’atteindre la durabilité. Les musées sont des partenaires stratégiques dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable des Nations unies. En tant qu’acteurs clés dans leurs communautés locales, ils contribuent à une grande variété d’objectifs, qui comprend la promotion des circuits courts et de l’économie sociale ainsi que la diffusion d’informations scientifiques sur les défis environnementaux.
  • Le pouvoir d’innover en matière de numérisation et d’accessibilité. Les musées sont devenus des terrains de jeu innovants où les nouvelles technologies peuvent être développées et appliquées à la vie quotidienne. L’innovation numérique peut rendre les musées plus accessibles et plus attrayants, en aidant les publics à comprendre des concepts complexes et nuancés.
  • Le pouvoir de renforcer la communauté par l’éducation. Grâce à leurs collections et à leurs programmes, les musées créent un tissu social essentiel au renforcement des communautés. En défendant les valeurs démocratiques et en offrant à tous des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie, ils contribuent à façonner une société civile informée et engagée.

La coopération avec l’ICOM International quant à elle remonte aux premiers contacts établis dans le cadre de l’International Museum Day 2019. L’un des points forts de cette coopération a été l’appel international lancé conjointement par l’ICOM et Wikimedia Suisse pour la protection du patrimoine culturel de l’Afghanistan.

Journée internationale des musées 2022

Article initialement proposé par Patrick Wildermann, le 1er juillet 2022 sur le blog de Wikimedia Allemagne.

Lors de la Journée internationale des musées 2022, les associations Wikimedia et les groupes d’utilisateurs de 27 pays ont collaboré pour la première fois afin d’augmenter la visibilité des musées dans les projets Wikimedia – la participation des pays de l’hémisphère sud a été remarquablement élevée.

Illustration de l'édition 2022 : « The Future of Museums, Recover and Reimagine ».

« La diversité à laquelle nous aspirons en tant que mouvement Wikimedia s'est reflétée cette année comme jamais auparavant dans la participation à la Journée internationale des musées - à tous les niveaux »

Raimund Liebert, responsable des programmes chez Wikimedia Autriche

La Journée internationale des musées (JIM), organisée par le Conseil international des musées (ICOM) depuis 1977 déjà, a donné l’occasion en 2020 et 2021 à un regroupement d’associations Wikimedia d’appeler les bénévoles du monde entier à accroître la visibilité des musées dans les projets Wikimedia. Mais cette année, le cercle des chapitres impliqués s’est considérablement élargi au-delà de l’Allemagne, de l’Autriche, de la Suisse, de la France et de l’Italie : des associations Wikimedia et des groupes d’utilisateurs de 27 pays ont participé pour la première fois aux actions autour de la JIM. Parmi eux, l’Indonésie, le Chili, le Bengale occidental, le Bénin, le Botswana ou le Rwanda. « Nous sommes un mouvement mondial, dans la mesure où il est logique de ne pas limiter la collaboration aux seules associations européennes établies », explique Liebert.

Volonté de soutien

La condition de la réussite de la collaboration était bien sûr aussi la volonté de se soutenir mutuellement. Comme les années précédentes, le cœur de l’appel à la création de contenu était à nouveau un concours Wikidata – dont le but était d’augmenter et d’améliorer les données sur les musées dans la base de données Wikimedia, qu’il s’agisse de coordonnées géographiques, d’adresses, d’informations sur des personnes, des objets ou des événements. Les prix offerts aux contributeurs étaient des lots de livres d’une valeur de 150 euros, à utiliser dans les boutiques en ligne des musées participants. Les associations Wikimedia qui ne disposaient pas des fonds nécessaires ont reçu le soutien d’autres chapitres ou du Volunteer Supporters Network – une association de personnes travaillant dans des organisations Wikimédia du monde entier et actives dans le soutien aux bénévoles. En conséquence, tous les clubs participants ont pu organiser des concours locaux pour les musées de leur pays ou de leur région.

La réponse a été considérable. Par exemple, 305 Wikidatiens ont contribué à eux seuls à des musées au Bengale occidental. Cela ne veut pas dire qu’ils viennent tous de là. Tout* bénévole peut créer du contenu sur les musées du monde entier. Un service interactif de cartographie des musées – mis à disposition par Wikimedia CH – permet de s’orienter là où il y a un besoin particulier. Sur ces cartes de tous les pays participants, un simple clic permet de voir combien d’informations sur une institution d’héritage culturel (les archives ou les châteaux sont également répertoriés) sont déjà disponibles dans les projets Wikipedia, Wikidata et Wikimedia Commons. Mais dans l’ensemble, Raimund Liebert voit la confirmation « qu’il y avait justement une grande volonté de participer et de s’engager dans le soi-disant Sud global ».

Une valeur ajoutée pour les musées

Un succès qui se mesure aussi en chiffres

Près d’un millier de personnes ont participé au concours Wikidata, et plus de la moitié d’entre elles ont créé un nouveau compte utilisateur dans les projets Wikimedia spécialement pour l’occasion. La campagne de bannières a été cliquée plus de 2,3 millions de fois dans le monde entier, 86 108 434 octets ont été ajoutés aux items Wikidata sur les musées.

L’un des contributeurs est l’utilisateur Wuselig, un Wikipédien de longue date originaire d’Allemagne, qui apprécie désormais “ce que Wikidata nous apporte comme outils”. Passionné de photographie d’objets de musée, Wuselig s’est concentré sur une institution – le musée diocésain de Rottenburg – et a associé plus de 100 objets de sa collection à des items Wikidata, ce qui lui a valu une troisième place au concours en Allemagne. Le Wikipédien est enthousiasmé par la manière dont Wikidata aide à améliorer la description d’une image téléchargée – grâce aux liens avec des entrées existantes, à la classification du type d’objet et du genre, sans oublier le multilinguisme. Enfin, des termes sont automatiquement introduits dans la base de données dans toutes les langues gérées par les bénévoles de Wikidata dans le monde entier. Un sous-produit de cette description minutieuse des collections est que les provenances et les collections plus anciennes – Wuselig cite par exemple Hirscher, Dursch, Abel, Boisserée ou Solly – peuvent à nouveau être représentées et mises en relation.

Il est convaincu que « nous créons ainsi une valeur ajoutée pour les musées, en fournissant à leurs descriptions d’images beaucoup plus d’informations de fond pouvant être mises en relation ».

C’est également l’avis de Frank von Hagel, collaborateur scientifique à l’Institut de recherche muséale de Berlin. « Wikidata est un site qui devient de plus en plus passionnant, surtout lorsque les musées se mettent en ligne et veulent se mettre en réseau, que ce soit entre eux ou avec d’autres institutions culturelles ». Il décrit Wikidata comme un point nodal où il est possible de faire des liens avec d’autres bases de données, « tout comme la recherche ciblée avec son propre jeu de données, la recherche par exemple de toutes les informations disponibles dans Wikidata sur une personne donnée », décrit von Hagel. « Cela permet aux petits musées de fournir des données très complexes ».

Plus forts ensemble

« The Power of Museums », c’est avec ce slogan que l’ICOM a intitulé la Journée internationale des musées 2022. En Allemagne, où l’Association allemande des musées (DMB) organise la journée d’action dans tout le pays en collaboration avec les différentes associations et offices des musées des Länder, le slogan était : « découvrir les musées avec plaisir ». Aux yeux de Ksenia Weber, qui coordonne la Journée internationale des musées en tant que responsable de projet pour le DMB, le titre était tout un programme : « plus de 1750 musées en Allemagne ont participé, il y a eu environ 4500 actions analogiques et numériques ». Elle juge également positive la collaboration avec WMDE dans le cadre de la Journée des musées : « l’union fait la force, nous pouvons créer des synergies à différents niveaux ».

Dans ce contexte, un événement GLAM-digital initié par Holger Plickert pour WMDE avec des représentants d’associations professionnelles de musées et des bénévoles a également été enrichissant pour Weber : « les bénévoles ont eu des propositions très pratiques sur la manière dont on pourrait augmenter ensemble la visibilité des musées dans les projets Wikimedia ». Dans l’ensemble, il faut que les institutions soient plus disposées à partager activement leurs connaissances.

Regards croisés sur le monde

« Les musées ont encore besoin de se présenter sur Wikipédia et d’autres projets Wikimedia », fait remarquer Felicia Sternfeld, membre du conseil d’administration d’ICOM Allemagne. Pour Klaus Staubermann, directeur général et secrétaire général d’ICOM Allemagne, il ne fait aucun doute qu’ils pourraient profiter de cette visibilité : « la portée de Wikimedia dépasse de loin celle des musées ». L’ICOM compte par exemple 50 000 membres dans le monde, dont 6000 en Allemagne, ce qui correspond à peu près au nombre de musées dans ce pays – une petite taille comparée à la communauté des utilisateurs de Wikimedia. Dans cette mesure déjà, il serait judicieux pour les institutions de mémoire de réfléchir avec Wikimedia « aussi bien à des formats numériques communs qu’à des formats de présence ».

La collaboration entre l’ICOM et Wikimedia fonctionne parfaitement, estime Kerstin Sonnekalb, responsable Outreach & Communication de Wikimedia CH – et pas seulement dans le cadre de la Journée internationale des musées. Ensemble, ils ont par exemple lancé un appel aux communautés internationales de Wikimedia pour protéger les biens culturels menacés d’Afghanistan. « De manière générale, nous devrions regarder plus loin que le bout de notre nez et contribuer à ce que des biens culturels puissent être mis à disposition dans les projets Wikimedia dans toutes les régions du monde », a déclaré Sonnekalb. A l’occasion de la Journée internationale des musées, Wikimedia CH a soutenu le groupe d’utilisateurs de Wikipédia au Bénin avec un microgrant – une contribution de sponsoring. Celui-ci a été utilisé pour un « Benin Museum Tour » avec un atelier et un editathon.

Au-delà des frontières

« La Journée internationale des musées a montré que la coopération fonctionne au-delà des frontières », conclut Raimund Liebert de Wikimedia Autriche.

Candy Tricia Khohliwe, wikimédienne de longue date du Botswana, est également d’accord. Elle a dirigé à plusieurs reprises des événements comme le concours de photos Wiki Loves Africa ainsi qu’un éditathon Art and Feminism, et s’est engagée pour Wiki Loves Women. Au Botswana, dit-elle, il y a moins de 10 musées – avec jusqu’à présent peu de visibilité dans les projets Wikimedia. Elle-même a profité de la Journée internationale des musées 2022 pour participer à une formation Wikidata ; auparavant, elle était principalement active sur Wikipédia et WikiQuote (un compendium libre de citations dans toutes les langues du monde). « Wikidata est une plateforme très accessible pour les personnes qui souhaitent contribuer », estime Khohliwe, qui souhaite s’y engager davantage à l’avenir. Elle a déjà un projet concret en tête : « je voudrais lancer une session sur les femmes sur Wikidata et augmenter leur visibilité ».

Je donne chaque mois

Recevez nos courriels

Abonnez-vous pour découvrir nos projets actuels et à venir.

Parlez à un être humain

Des questions sur notre association ou sur nos projets ? Contactez notre équipe.

Contact →

Nous suivre sur les réseaux sociaux
Crédits images
International Council of Museums (ICOM), CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons
Jorge Royan, via Wikimedia Commons, CC BY-SA 3.0
Wikinade, CC BY-SA 4.0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top