Accueil / L’association / Documents officiels / Rapport d’activité 2019/2020

Rapport d’activité 2019/2020

Rapport Annuel

Wikimédia France publie son rapport annuel d’activité 2019/2020.

Cette année 2019-2020 restera marquée par la pandémie du Covid-19 qui aura durement impacté les actions de notre association. Depuis le mois de mars et jusqu’au mois de septembre 2020, les événements wikimédiens en présentiel ont été annulés et plusieurs conférences ont été reportées comme la deuxième édition des journées Culture et Numérique prévue aux Archives nationales. Le mouvement Wikimédia dans son ensemble a été impacté alors que celui-ci entre dans une nouvelle phase de son développement avec la parution des recommandations finales de la Stratégie 2030. Annulation du Wikimedia Summit, de la Wikimania mais aussi de la Wikiconvention francophone 2020 qui devait se tenir pour la première fois hors d’Europe. Malgré ces circonstances exceptionnelles, l’association, ses bénévoles et ses partenaires ont su faire preuve d’initiatives pour relever le défi de la pandémie et poursuivre son objet social : le libre partage de la connaissance.

Le Wikiconcours lycéen s’est poursuivi malgré la fermeture des établissements scolaires entre mars et juin 2020. Quatre lycées ont été récompensés pour leur participation au concours de cette année. Je tiens ici à remercier les membres du jury et tout particulièrement le CLEMI pour la bonne conduite de cette septième édition dans ces circonstances particulières.

Cette année a vu aussi la mise en place d’un partenariat fort entre Wikimédia France et l’association des archivistes français. Ce rapprochement s’est matérialisé rapidement avec le lancement d’une série de webinaires pendant le confinement, les WikiArchives, qui ont permis à des archivistes à travers la France de s’initier aux projets Wikimédia grâce à la mobilisation de notre partenaire, des salariés mais aussi et surtout des bénévoles qui ont consacré beaucoup de temps et d’énergie à préparer ces formations.

Au cours du confinement, l’équipe salariée a initié un large concours de contributions multi-projets intitulé Wikicheznous. Avec plus de 500 participants et près de 5300 articles créés, ce concours de circonstance a démontré la vitalité de la communauté wikimédienne et a aussi permis de mettre en lumière l’ensemble de la galaxie des projets Wikimédia y compris Lingua Libre, projet porté par Wikimédia France depuis plusieurs années et qui vient de franchir le seuil des 300 000 enregistrements en septembre 2020. D’ailleurs, le site a fait peau neuve au cours de l’année, avec la mise en place d’un nouveau design pour faciliter la contribution mais aussi le choix du .org et d’une interface multilingue afin d’accentuer la portée internationale du projet. Ce travail de refonte a été possible grâce au groupe de travail bénévole qui soutient le développement de Lingua Libre depuis plusieurs années, mais aussi de la participation active d’une volontaire en service civique Emma Vadillo Quesada que je remercie pour son engagement.

Wikimédia France a aussi poursuivi sa mission de plaidoyer et de sensibilisation auprès des acteurs publics pendant cette période difficile notamment afin de lutter contre certaines orientations prévues dans le projet de loi contre les contenus haineux sur internet, dite Loi Avia. Je suis particulièrement fier du travail mené conjointement avec Willie Robert et les organisations amies afin de faire retirer de ce projet les éléments qui auraient, à terme, menacé le fonctionnement de Wikipédia en France. Wikimédia France siège aujourd’hui à l’observatoire de la haine en ligne par l’intermédiaire de Willie Robert que je tiens à remercier pour son investissement au Conseil d’administration et dans ce travail de plaidoyer. Nous devrons continuer à renforcer ce pôle d’activité de l’association pour affronter les grands défis de demain comme la refonte de la directive e-commerce au niveau européen notamment par un recrutement.

En janvier 2020, l’équipe salariée et le conseil d’administration se sont réunis pour discuter des grandes orientations pour l’année budgétaire 2020-2021. Après avoir étudié les propositions, le conseil d’administration a demandé à l’équipe salariée de concentrer ses efforts sur deux axes prioritaires :

  1. Le développement et la structuration de Wikifranca
  2. Le développement d’une activité d’e-learning au sein de l’association

1. La coopération régionale et linguistique est l’avenir du mouvement Wikimédia, le conseil d’administration en est convaincu et WikiFranca par bien des aspects fait figure de projet novateur en ce domaine. Les recommandations de la stratégie 2030 du mouvement nous ont confortés dans notre choix. WikiFranca pourra devenir à terme une organisation permettant de soutenir l’émergence et le renforcement de communautés wikimédiennes francophones par un soutien financier, technique, logistique et humain. Les premiers succès sont là avec l’apparition de plusieurs groupes d’utilisateurs au cours des dernières années (RDC, Haïti, Bénin…). Wikimédia France a un rôle stratégique à jouer dans la construction de cette coopération internationale. Cette mission est pilotée par Adélaïde Calais.

2. En parallèle du développement de WikiFranca, le conseil d’administration souhaite renforcer les activités e-learning de Wikimédia France. La pandémie l’a démontré, nous serons de plus en plus dépendants d’outils d’apprentissage efficaces et pertinents. Le WikiMOOC était un premier succès sur lequel nous devons à présent bâtir une stratégie pour le futur. Cela passe par le développement d’une plateforme d’hébergement de contenus vidéos à visée éducative destinées à accueillir des contenus produits par Wikimédia France mais aussi par des membres de la communauté ou d’autres affiliés s’ils en ont besoin. Cette plateforme est déjà en ligne et accessible. Wikimédia France et Wikimedia Deutschland se sont associés pour la construction d’un MOOC dédié à Wikidata et d’autres contenus vidéos sont à venir. À terme, cette plateforme devrait répondre à plusieurs besoins : initier le grand public, former des professionnels ou encore accompagner les nouveaux adhérents de l’association. Mathieu Denel est le salarié en charge de ce projet.

Avec ces deux orientations fixées par le conseil d’administration, nous espérons donner à l’association une impulsion nécessaire pour son développement au cours des prochaines années. Cela ne signifie pas pour autant que les autres projets sont abandonnés ou retardés. Le programme bénévolat devra être renforcé. Le projet d’Observatoire de l’open content porté par Xavier Cailleau doit permettre de fédérer tout un ensemble d’acteurs culturels et institutionnels pour porter notre message en faveur de la libre diffusion des connaissances. La lutte contre les biais de genre, à travers le partenariat entre Wikimédia France et les sans pagEs, demeure une priorité.

Je tiens à remercier chaleureusement mes collègues du conseil d’administration, l’ensemble des bénévoles de l’association et toute l’équipe salariée pour l’engagement sans faille dont ils ont fait preuve pendant ces mois difficiles au prix de beaucoup d’efforts, de fatigue et de stress. L’avenir est encore incertain mais je suis convaincu qu’ensemble, nous aurons la force et l’énergie nécessaires pour mener à bien notre mission, portés par nos valeurs et la conviction profonde que nous agissons pour un monde meilleur.

Cette année 2019-2020, marquée par la pandémie, a vu une partie des activités prévues par l’association être ré-orientées, notamment lors de la période mars-juin 2020. Une partie des actions prévues ont dû être annulées (Journées Culture et Numérique 2nd édition) remplacées par d’autres qui ont été imaginées pour conjuguer l’urgence sanitaire et l’obligation morale de l’association de poursuivre ses objectifs (concours de contribution, webinaire). Cela a été possible grâce à la forte mobilisation des bénévoles et de l’équipe de l’association.

Les orientations générales prises l’année dernière ont été maintenues et les programmes ont connu une phase de développement important tout au long de l’année comme le démontre le travail de refonte amorcée sur Lingua Libre, le développement d’une nouvelle plateforme dédiée au e-learning ou le travail amorcé pour fédérer les acteurs culturels dans un observatoire des pratiques d’open content et d’open data. Tous ces projets initiés arriveront à maturité au cours de l’année 2020-2021. En parallèle, de nombreux projets ont vu le jour et permis d’initier des collaborations, d’accueillir de nouveaux bénévoles mais aussi de former et de sensibiliser au libre accès et au libre partage des connaissances.

L’association œuvre pour une éducation au numérique qui soit non seulement accessible mais aussi inclusive et participative. Telle est la la vision du web que l’association défend et promeut à travers les projets Wikimédia. Wikipédia est devenu en bientôt 20 ans un objet du quotidien avec près de 30 millions de visiteurs et visiteuses qui consultent l’encyclopédie chaque mois. Wikimédia France agit pour informer et expliquer les règles de fonctionnement de l’encyclopédie, pour donner aux utilisateurs les clés de compréhension mais aussi la capacité à agir en particulier vers certains publics cibles nous permettant de réduire les biais de participation et de contenus. En effet, d’après une récente étude menée par la Wikimedia Foundation près de 50 % des personnes qui contribuent aux projets Wikimédia vivent en Europe et 25 % en Amérique du Nord (contre 9,7 % et 4,8 % de la population mondiale) et 87% d’entre eux déclarent être des hommes. Le travail pour informer, accueillir et former n’en est que plus important.

Plusieurs concours de contribution, comme Photographiez les Outre-Mer, qui s’est déroulé du 1er au 31 août 2019, ou encore le concours #WikichezNous qui a pris place pendant le confinement en France, ont accompagné 447 personnes dans leurs premiers pas sur les projets Wikimédia, en se créant un compte, en versant une photo sur la médiathèque Wikimedia Commons ou en éditant un article sur l’encyclopédie Wikipédia. 450 autres personnes ont profité de la réouverture du WikiMOOC pour s’initier aux règles de contribution sur Wikipédia.

Au cours de l’année, ce sont 1750 personnes qui se sont créé un compte sur les projets Wikimédia pour apprendre et partager.

L’association continue de soutenir, à travers le réseau de collaboration francophone WikiFranca, l’organisation de formations et d’ateliers dans d’autres pays de la francophonie. L’objectif est de démocratiser la contribution aux projets Wikimédia via l’accompagnement de groupes de bénévoles actifs sur le terrain avec des projets comme celui des WikiClubRFI, mené en partenariat avec RFI. Wikimédia France a soutenu, à travers la commission de micro-financement, 33 projets d’ateliers et de formations (sur 71) dans des pays francophones.

Un nouveau programme de conférences a vu le jour en novembre 2019 pour discuter et débattre sur des thématiques où l’association, de par son activité, peut apporter des idées, ou des éléments pertinents au débat public comme en ce qui concerne la diffusion des fausses informations ou l’éducation aux médias. Dans ce cadre là, le travail mené auprès des acteurs éducatifs et des lycéens demeure une priorité pour l’association. Malgré le contexte sanitaire, une nouvelle édition du Wikiconcours lycéen a pu être organisée en partenariat avec le CLEMI, pour permettre à des jeunes d’apprendre à contribuer sur Wikipédia. Rechercher, analyser et synthétiser des connaissances voilà ce que permet d’apprendre la contribution à l’encyclopédie libre. Pour l’association, ce sont des compétences nécessaires pour les citoyens et citoyennes de demain et nous sommes pleinement engagés dans cette mission

Chiffres clefs de l’axe

0
Comptes créés.
0
Participants.
0
Aprrenants WikiMOOC.

Wikimédia France est engagée activement dans la production et la diffusion de contenus de qualité. Elle veille aussi à réduire les biais présents au sein de l’encyclopédie et des autres projets Wikimédia (genres, langues, territoires).

Au cours de l’année, 3 concours de contributions dédiées ont été organisés. Tout d’abord, une nouvelle édition du Wiki Loves Monument qui s’est déroulée en septembre 2019 et qui a amené près de 8300 photos de monuments historiques. Comme l’incendie de Notre-Dame de Paris il y a un an et demi nous l’a rappelé, ou celui plus récent de la cathédrale de Nantes, documenter le patrimoine de manière libre et accessible est primordial et l’association œuvre activement en ce sens. D’autres concours adressés à des publics plus scientifiques comme l’édition 2020 de 1lib1ref (1 bibliothécaire, 1 référence) avec près de 2000 références ajoutées, la “Wiki Science Competition” ou encore le concours Wikidata concernant les œuvres culturelles conservées dans les musées de 5 pays européens (France, Allemagne, Autriche, Italie et Suisse) ont permis l’amélioration de l’encyclopédie Wikipédia et des autres projets Wikimédia. Grâce à son action, l’association donne accès à des sources, des images et des données de grande qualité.

Le projet de développement et de soutien aux langues régionales et minoritaires a franchi la barre symbolique des 300.000 enregistrements avec près de 112.000 nouveaux enregistrements effectués au cours de la seule année 2019-2020. La refonte graphique du site et le passage du .fr au .org démontre notre volonté de poursuivre le développement de ce site qui prouve jour après jour que la contribution aux projets Wikimédia demain ne ressemblera pas à celle d’aujourd’hui. Ouvrir des portes pour permettre à toutes et tous de rejoindre le mouvement fait partie de notre ambition et Lingua Libre a démontré qu’il répond à cet objectif.

De nouveaux partenariats prometteurs ont été signés au cours de l’année, en particulier avec Paris-Musées, une institution regroupant 14 sites patrimoniaux de la ville de Paris qui a fait le choix d’ouvrir près de 100.000 photographies d’œuvres en haute définition et sous licence CC-0.

Dans ce cadre-là, Wikimédia France et la DGLFLF se sont associées pour co-financer un poste de wiktionnariste en résidence au sein de l’institut international de la francophonie dans le cadre du projet de “Dictionnaire des Francophones”. Le travail réalisé dans la conception de ce nouveau dictionnaire sera réutilisé pour améliorer le Wiktionnaire et ainsi améliorer la qualité des informations qui y sont présentes.

Enfin, Wikimédia France s’est associée avec l’association des sans pagEs pour améliorer les contenus concernant des personnalités féminines. Un partenariat officiel a été signé et Wikimédia France s’est engagée à soutenir humainement, financièrement et logistiquement le travail essentiel mené par l’association des sans pagEs. Avec plus de 2000 nouveaux articles créés au cours de l’année, la collaboration entre les deux associations se poursuivra l’année prochaine, engagées ensemble dans la réduction du biais de genre sur les projets Wikimédia.

Chiffres clefs de l’axe

+ 0
Enregistrements sur Lingua Libre.
0
Institutions culturelles ayant mené une action de contribution au cours de l’année.
+ 0
Photos de monuments historiques.
0
Nouveaux articles consacrées à des femmes (sans pagEs).

L’association a poursuivi son travail de sensibilisation et de formation auprès des acteurs culturels, éducatifs et publics dans un objectif de promotion du modèle de Wikipédia mais aussi de changement des pratiques. Plusieurs formations aux projets Wikimédia ont été organisées auprès d’acteurs comme la Bibliothèque nationale de France, le réseaux des médiathèques de la ville de Strasbourg ou encore le RéMuT, réseau national des musées et collections techniques.

Le développement de notre propre plateforme de formation à distance devrait nous permettre de démultiplier notre offre et notre public, en allant notamment toucher des acteurs isolés mais qui souhaiteraient se lancer dans la contribution aux projets Wikimédia. Plusieurs modules de formations sont en développement et le WikiMOOC sera basculé sur cette nouvelle plateforme dans les prochains mois. Le catalogue de formation a été rationalisé et repensé pour répondre aux besoins des professionnels.

C’est d’ailleurs dans cette optique qu’un site web dédié aux enseignants utilisant les projets Wikimédia en classe a été développé au cours de l’année. L’idée est de fédérer les bonnes idées, favoriser l’entraide et l’échange entre professionnels notamment dans le cadre d’action comme le Wikiconcours lycéen. L’association a ainsi adhéré ou formé des réseaux de professionnels susceptibles d’amener au sein de leur institution un changement de pratiques et une démarche plus ouverte et contributive.

Mais l’association, grâce à l’action du président Pierre-Yves Beaudouin et de Willie Robert, s’est aussi beaucoup engagée dans des actions de plaidoyer promouvant et défendant le modèle de Wikipédia. Cela s’est traduit par plusieurs lettres ouvertes et tribunes visant à alerter les pouvoirs publics, publiées sur le blog de l’association mais aussi par la participation des membres du conseil d’administration et du délégué opérationnel à diverses auditions dans le cadre de l’élaboration de projets de lois.

Wikimédia France a notamment apporté une contribution extérieure auprès du Conseil constitutionnel pour contester plusieurs dispositifs jugés dangereux de la loi visant à lutter contre les contenus haineux qui fut en partie censurée par le dit conseil. L’association siège aujourd’hui à l’observatoire de la haine en ligne, rattaché au CSA. Enfin, Wikimédia France est toujours active auprès du Free Knowledge Advocacy Group de Bruxelles, en organisant à l’occasion de la Wikiconvention francophone 2019 une table-ronde autour de la refonte de la directive e-commerce initiée par la nouvelle Commission européenne (Digital Services Act) et qui interrogera dans les prochains mois le rôle de la responsabilité juridique des hébergeurs.

Chiffres clefs de l’axe

0
Professionnels formés.
0
Tribunes/lettres ouvertes publiées.
0
Collectivité et institutions ayant adopté l’open data/open content.
« Le partenariat entre l’Association des archivistes français et Wikimédia France, malgré le confinement de ce début d’année, a pu voir le jour sous un format inédit. En effet, suite au report de la formation « Valoriser les archives sur Wikipédia, Wikimedia Commons et Wikidata », l’idée est née de présenter chaque jeudi un webinaire pour sensibiliser les professionnels des archives aux nouveaux usages du numérique et aux projets menés dans le domaine patrimonial. Des liens ont été tissés avec des contributeurs de l’encyclopédie en ligne, tant en France qu’en Suisse et d’ores et déjà, nous envisageons, si la situation sanitaire le permet, d’organiser des évènements francophones internationaux. Le partenariat Wikimédia aura pu faire émerger de nouveaux projets au sein de l’Association, outre la formation finalement programmée en fin d’année. Gageons que ces nouveaux usages se diffusent largement dans la communauté des archivistes ».
Association des archivistes français - logo
Anne Clerc
Déléguée générale - Association des archivistes français

Vie de l'association

L’association repose sur une communauté bénévole active sans qui aucune des activités de l’association ne serait possible. Un travail de réflexion a été amorcé au cours de l’année sur l’intégration et l’accompagnement des nouveaux membres de l’association. Des moments d’échanges conviviaux mais aussi de travail ont permis tout au long de l’année de maintenir et préserver l’énergie de l’association bien que celle-ci a été impactée par la pandémie de COVID-19

La Wikiconvention francophone 2019 s’est déroulée du 6 au 8 septembre 2019 à Bruxelles et a réuni plus d’une centaine de bénévoles pour échanger, se former, apprendre et partager. Cette édition a vu pour la première fois l’organisation de journées d’apprentissage et de formations dédiées aux contributeurs et contributrices issus de pays francophones ne disposant pas encore d’organisation officielle (financement, plan d’action, communication, animation d’équipe). Ces journées qui seront reproduites sous divers formats au sein de la communauté francophone ont permis un échange de compétences bénéfiques aux membres de la communauté qui souhaitent se structurer.

Les retours d’expériences, temps d’échanges, présentation et autres ateliers ont permis pendant trois jours à la communauté francophone de se retrouver et de réfléchir ensemble à son avenir dans le cadre de la stratégie 2030 du mouvement Wikimédia.

Malheureusement, la situation sanitaire a contraint l’équipe d’organisation tunisienne de l’édition 2020 à reporter la Wikiconvention francophone en 2021.

L’association a initié en 2020, un programme de formation spécial dédié à ces bénévoles. Les deux premières formations ont pris place au début de l’année 2020 et ont concerné deux thématiques importantes : comment gérer son investissement bénévole et comment valoriser les compétences acquises en tant que bénévole sur le marché de l’emploi. Ces deux expériences prometteuses, menées en partenariat avec l’IEDH, ont ouvert la voie à un programme de formation étoffé à destination des membres de l’association pour les accompagner et les soutenir dans leur engagement bénévole.

Témoignages des groupes locaux

Les groupes locaux sont un relais vital et précieux de l’association auprès des acteurs locaux. Ateliers, formations, edit-a-thons, les groupes locaux de bénévoles ont accompli cette année encore de nombreuses actions au plus proche du terrain et en étroite collaboration avec l’association.

« Ce groupe de six à sept wikimédiens a mené plusieurs actions cette année, vous pouvez retrouver le détail de son activité directement sur Wikipédia dont :

  • des permanences à la bibliothèque centrale de Bordeaux-Mériadeck avec ateliers mensuels (dans le cadre d’un partenariat) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Rencontres/Aquitaine/Cubale/WikiPermanences_2020) ,
  • une participation au Master « Patrimoine et Musées » de l’Université Bordeaux Montaigne (en visio pour cause de Covid) ;
  • un suivi des travaux des étudiants par les pages de discussion de Wikipédia ;
  • et une participation à un séminaire organisé par l’Université Bordeaux Inter Culture à la Maison de l’économie créative et de la culture en Nouvelle Aquitaine. Thème : Numérisation et valorisation Patrimoine d’auteurs néo-aquitains (diffusion et valorisation). https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Rencontres/Aquitaine/Archives/2020#Jeudi_23_Janvier_2020). Nouvelle rencontre prévue le 24/11/20. Avec la direction de la documentation de l’université de Bordeaux, projet d’editathon à destination d’un public de doctorants (une journée au printemps 2021). »

« Nous avons eu la tristesse d’apprendre en février 2020 le décès de Philweb. C’était un membre actif et apprécié de notre groupe. Nous avons eu peu de contacts ou de projets cette année en raison du contexte sanitaire, mais suite à notre récente rencontre, nous avons bien l’intention de nous y remettre ! Nous prévoyons : l’accueil d’un nouveau contributeur qui nous a contacté, l’organisation de rencontres de travail et d’échanges bimestrielles (lieu à trouver), la mise en place d’un projet autour de Camaret ou du musée de Plougastel-Daoulas etc. »

« Le groupe qui se résume actuellement à deux personnes (l’une de Vierzon et l’autre de Bourges) a réalisé quelques présentations sur Wikipédia :
  • une l’occasion de la réunion d’Orléans sur le logiciel libre organisé par cenabunix en février2020, 
  • une présentation à l’école d’ingénieur de Bourges en mars 2020
  • une présentation pour le mois de la contribution ( au niveau de l’amphi de l’hôpital)
  • et enfin la participation avec un stand au niveau du forum des associations en septembre 2020.

Reste à trouver d’autres contributeurs pour former un véritable groupe et envisager un atelier mensuel mais malgré des contacts, rien de formalisé actuellement en raison du covid ! »

« Le groupe local de Grenoble a été très actif en 2019-2020. De septembre à février, des ateliers de contribution mensuels ont été organisés autour de diverses thématiques : initiation à Wikipédia, sourçage, Wikidata… En sus, des ateliers réguliers ont eu lieu chez nos partenaires (Cinémathèque, Casemate) autour du fossé des genres, des sciences et du cinéma. Enfin, un week-end exceptionnel de formation au Wiktionnaire s’est tenu dans le tiers-lieu La Turbine, où les wiktionnaristes lyonnais sont venus partager leurs compétences avec le groupe grenoblois. Pendant le confinement, plusieurs ateliers ont été organisés en ligne en partenariat avec le centre d’art Le Magasin des Horizons et avec le projet Noircir Wikipédia, autour de l’art contemporain féministe et décolonial. »

Les retours d’expériences, temps d’échanges, présentation et autres ateliers ont permis pendant trois jours à la communauté francophone de se retrouver et de réfléchir ensemble à son avenir dans le cadre de la stratégie 2030 du mouvement Wikimédia.

Malheureusement, la situation sanitaire a contraint l’équipe d’organisation tunisienne de l’édition 2020 à reporter la Wikiconvention francophone en 2021. »

« Le groupe est composé d’une dizaine de contributrices et contributeurs réguliers plus une dizaine d’occasionnels. La particularité du groupe est le nombre de personnes investies dans de multiples projets, dont le projet Wiktionnaire. Il échange sur la page de sa cabale.
Des ateliers réguliers sont organisés dans la bibliothèque municipale de Lyon et dans une maison pour tous. Une permanence Wiktionnaire réunit entre 8 et 12 personnes chaque premier jeudi du mois au KoToPo.
De plus, des sorties photos informelles sont organisées dans de nombreux lieux et communes alentours, ainsi que des rencontres informelles et ouvertes à toutes et tous chaque mois.
Les collaborations donnent lieu à des éditathons aux archives départementales et municipales et au musée des Beaux-Arts de Lyon., de plus, des formations ont été prodiguée au Musée Lugdunum.
Des stands de présentations des projets se sont tenus comme chaque années vers divers publics (journées du logiciel libre, salon de l’alterécologie, journées du patrimoine, salon primevère). »
« Ce groupe est principalement constitué de l’équipe de Didac’ressources ; partenaire de Wikimédia France et mène différentes actions d’éducation populaire qui s’appuient fortement sur Wikipédia et proposent des projets d’inclusion dont pour l’année 2019-2020 : 
  • la valorisation des quartiers populaires par les habitants eux-mêmes à travers l’écriture de la page Wikipédia
  • LSPM pour l’égalité des genres sur Wikipédia
  • Écrire pour les droits, quatre journées 
  • Travail en collaboration avec l’association Eclore, patrimoine  immatériel de l’Afrique
  • Co-création d’un jeu avec le GRAF (Groupe de Recherche Action Formation) de Didac’ressources, un jeu qui permet à tous d’accéder à la culture numérique à travers l’usage de Wikipédia, avec un focus particulier pour l’accès des personnes en situation de handicap invisible 
  • Animation d’ateliers FIDEP : Festival international de la caricature
  • Wikipédia voyage responsable
  • Ateliers mensuels

« Le groupe local de la région sud demeure assez modeste en taille malheureusement. De septembre à février, des ateliers de contribution ont été organisés à une fréquence mensuelle sur Marseille, dans le cadre des activités des sans pagEs. Le groupe a néanmoins dû envisager de changer de lieu d’organisation des ateliers ce qui a entraîné des perturbations. il a aussi été présent dans des évènements locaux. En janvier 2020, un week-end de formation à Wikidata a également été organisé. Depuis le confinement, l’activité du groupe est proche du zéro absolu, mais le redémarrage d’ateliers est prévu sous peu dans un nouvel espace formidable, dans le cadre des opérations du collectif Aiolibre. »

« Groupe d’une dizaine de personnes dont un noyau de 3-4 personnes vraiment actives. Rencontre « jeudinadaire » tout les jeudis soir.
Depuis 2012, atelier-permanence mensuel en « MuseoCube » aux Champs Libres le quatrième dimanche de chaque mois (an alternance avec le groupe OpenStreetMap) et organisation d’autres événements et actions ponctuelles.  Par exemple un atelier interne de formation avancée à Wikidata ou un stand Wikimédia au salon Tech’Inn Vitré au Centre Culturel Jacques Duhamel en février 2020 (là aussi en collaboration avec le groupe OpenStreetMap). »

« Pour la sixième saison, les ateliers mensuels de la médiathèque André Malraux (Wikipédia, wikisource et wiktionnaire) ont eu lieu jusqu’en mars 2020 (arrêt lié à la crise sanitaire). Le groupe local est constitué d’une douzaine de contributeurs et contributrices qui travaillent sur plusieurs projets et sujets : le groupe composé des membres de l’AERIA (Association des études de la Résistance Intérieure en Alsace) avec l’enrichissement et la création de nombreuses notices sur ce sujet méconnu; un contributeur travaille sur Wikisource, enfin, un autre groupe continue le travail autour de la journée contributive Femmes illustres en Alsace qui a eu lieu en novembre 2019 avec une belle affluence et la présence de Xavier Cailleau pour cette journée : https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Femmes_illustres_en_Alsace. Par ailleurs, deux jours avant cette journée, une session de formation avait été organisée avec Rémy Gerbet, Xavier Cailleau et Franck Queyraud comme animateurs pour les bibliothécaires du réseau des médiathèques de Strasbourg avec l’objectif de développer de nouveaux rendez-vous sur le réseau. Ce sera chose faite pour la septième saison à la Médiathèque Olympe de Gouges avec trois ateliers en 2020-201 : Les Alsaciennes qui ont fait l’Histoire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Les_Alsaciennes_qui_ont_fait_l%27Histoire. Ces ateliers sont organisés par les bibliothécaires gérant l’espace Egalité de genre de la Médiathèque. Un des contributeurs de Malraux – non bibliothécaire – viendra co-animer l’atelier. Enfin, un rapprochement avec la BNU (Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg) est en cours pour des projets communs, notamment la participation à #1Lib1Ref. Les dates pour les ateliers des médiathèques de Strasbourg sont disponibles dans le programme L@ppli numérique : https://fr.calameo.com/read/0018219198bea111b7a88 »

« Le groupe est composé d’une dizaine de membres. Nous essayons de nous retrouver, en fonction des aléas sanitaires, dans un bar de Toulouse de manière mensuelle. Nous avons participé à différents ateliers sur Toulouse : un atelier sur le cinéma à la cinémathèque, un stand + atelier d’apprentissage durant un village des alternatives (Alternatiba) et un atelier de contribution sur les femmes scientifiques au Quai des Savoirs. Plusieurs ateliers étaient prévus mais ont du être annulés à cause du Covid. Le groupe échange principalement sur sa mailing-list. Le calendrier est tenu à jour sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Toulouse. Le groupe discute actuellement des ateliers à mettre en place pour lancer de nombreux ateliers pour l’année à venir. »

Focus sur les commissions de l'association

Nombre de financements accordés = 71 (38 pour la France + 33 pour l’international).

Comme chaque année, la commission de micro-financement a accompli une mission importante au service de l’association, de ses membres et de la communauté wikimédienne en finançant 71 projets pour une somme de 25 500 € engagés au cours de l’année. Par ailleurs, la commission a été renforcée par l’intégration de deux francophones non français pour aider à l’évaluation des projets reçus. L’association remercie chaleureusement l’équipe de la commission de micro-financement pour son engagement, son temps et sa disponibilité.

  • Liste des membres de la commission de micro-financement : David Crochet, Lomita, Geugeor, Papischou, Trizek, Pymouss, Thesupermat, Laurent Jerry.
  • Membres du CA délégués à la commission de micro-financement : Pascal Radigue et Jonathan Mouton.

Le comité d’audit est un organe de contrôle interne (le « gardien des bonnes pratiques ») mis en place par le conseil d’administration ; il assure une veille active sur le respect des règles de gouvernance instaurées, et sur la prévention des risques identifiés (modélisés dans la cartographie des risques). Il constate les éventuelles dérives et rend compte au conseil d’administration qui peut ainsi prendre les décisions nécessaires. Il est également force de proposition. Le comité d’audit analyse les risques auxquels est soumise l’association, et s’assure que l’organisation et les procédures prennent en compte leurs conseils de prévention. Il peut interroger les administrateurs et la direction salariée et se faire communiquer les pièces comptables, les correspondances et les contrats justificatifs. Il recueille avec discrétion les alertes spontanées des salariés ou bénévoles. Il est soumis à l’obligation de confidentialité.

  • Membres : Isabelle Vecchiato, Jean-Claude Balès, Mathieu Stumpf.
  • Membres du CA délégués au comité d’audit : Pascale Camus-Walter, Pascal Radigue.

 

Le comité de gestion des conflits d’intérêts a pour mission de prévenir tout potentiel conflit d’intérêts au sein de l’association Wikimédia France, de nature à mettre en péril le bon fonctionnement de celle-ci. À cette fin, le comité doit être informé des différents intérêts des représentants de l’association ; il peut émettre des recommandations de différents niveaux en cas de détection d’un potentiel conflit d’intérêts.

Le comité de gestion des conflits d’intérêts travaillera également à proposer un mode de fonctionnement conforme aux attentes des membres et de l’équipe salariée de l’association, dont notamment les modalités de nomination et de renouvellement des membres dudit comité. La mise à jour de la politique de gestion des conflits d’intérêts est également de son ressort.

  • Membres : Thierry Coudray, Hervé Goldberg, Mykola Kozlenko, Tangui Morlier, Natacha Rault.
  • Membres du CA délégués au comité de gestion des conflits d’intérêts : Nadine le Lirzin, Jonathan Mouton.

Finances

Délivré le 20 novembre 2019 à Wikimédia France suite à une démarche et un contrôle de nos pratiques et nos procédures, le Label IDEAS témoigne de la qualité de l’engagement sociétal de notre association.  En attestant d’une gestion transparente et d’une stratégie solide, le Label IDEAS permet de garantir la confiance due à nos partenaires et donateurs. Il est la marque d’une organisation capable de valoriser leurs engagements dans la durée.

Comme chaque année les compte de Wikimédia France ont été contrôlés et clôt par un commissaire au compte. Les produits d’exploitation ont fortement augmenté en 2019-2020. En effet, on enregistre une nouvelle augmentation de 144 k€ sur cet exercice soit 16 % par rapport à l’année précédente.

Cette augmentation est principalement due à la hausse des dons des particuliers. (504 k€ reçus cette année contre 443 k€ l’an passé) et ainsi qu’à une légère augmentation du mécénat.

Merci au 8660 donateurs et donatrices qui ont soutenus les projets de Wikimédia France en 2019 !

On constate que l’association a stabilisé sa dépendance au FDC (40,9 % sur l’exercice 2019-2020 contre 38,9 % sur l’exercice 2018-2019). L’association souhaite diminuer la subvention liée sur les années à venir et attendre un seuil de 30 %. Cet objectif, cohérent avec les ambitions du mouvement, nécessitera de poursuivre le développement des ressources de l’association.

Ce développement implique aussi un développement opérationnel. L’association a décidé d’accroître l’investissement sur certains projets d’envergure. C’est ainsi que notamment les projets éducatifs ont pu connaître un financement accru cette année, l’association s’est aussi dotée d’un Wiktionnariste en résidence à l’université Jean Moulin de Lyon . La Wikiconvention Francophone et le micro-financement restent les projets majeurs de l’association. 

L’activité de l’association est en plein essor, malgré la pandémie, nous avons réussi à nous adapté et à mobiliser la communauté avec le lancement de Wikichez nous.

Il est rappelé que le bénévolat est une des forces de l’association. Malgré la situation sanitaire, les bénévoles ont démontré leur engagement. 5117 heures de bénévoles ont été recensées au 30 juin 2020.

Dans ce contexte développement et compte tenu de enjeux qui attendent Wikimédia France, l’association aura besoin plus que jamais de la participation financière de partenaires portés par des valeurs communes. Le Mooc Wikidata, la transformation des pratiques open-content, le développement de la communauté de contributeurs seront les projets phares de 2021.

Un remerciement tout particulier aux partenaires qui soutiennent le libre partage de la connaissance avec Wikimédia France :

  • La Wikimedia Foundation
  • Le ministère de la Culture avec la Délégation générale à la langue française et aux langues de France
  • L’Organisation internationale de la Francophonie
  • La fondation Feldstein
  • Code lutin
  • Zenika
  • Et les 8660 donateurs particuliers.

 

Dépenses

%

Ressources

%

Mission sociale

 

 

Dons particuliers

478 277 €

46,3 %

– Sensibiliser et former

178 541 €

17,3 %

Dons d’entreprise

29 033 €

2,8 %

– Diversifier la participation

214 249 €

20,7 %

Mécénat

31 000 €

3 %

– Soutenir animer et renforcer la communauté

202 346 €

19,6 %

Subventions

35 000 €

3,4 %

Frais de fonctionnement

328 595 €

31,8 %

Wikimedia Foundation

427 000 €

40,9 %

Frais de collecte

49 491 €

4,8 %

Reprises

33 436 €

3,2 %

Engagements et dotations

60 524 €

5,9 %

 

 

 

Total

1 033 746 €

 

 

1 033 746 €

 

Valorisation

Du bénévolat

140 769 €

Dons en nature

18 840 €

 

 

Soutenez nous

C’est uniquement grâce à vous que Wikimédia France peut conduire ses actions. 90 % de notre budget dépend de la générosité du grand public, ce qui garantie l’indépendance des projets Wikimédia. Des contenus sont libérés, de jeunes publics sont sensibilisés au numérique et la connaissance est un peu plus accessible à tous chaque jour.

Top