Accueil / Focus sur / Retour sur un week-end déterminant pour l’association des sans pagEs

Retour sur un week-end déterminant pour l’association des sans pagEs

Posted on

Du 28 au 30 août 2020 se tenait la réunion annuelle de clôture estivale des sans pagEs. Notre chargée de mission francophonie et diversité y était invitée. L’occasion de revenir sur l’identité de ce projet international et inclusif.

Contexte du projet des sans pagEs

L’initiative naît en 2015 à Genève et fait rapidement des émules : des ateliers pour mettre en avant les femmes et la diversité de genre sur les projets Wikimédia s’organisent dans différentes villes francophones, de façon de plus en plus régulière. Après 5 ans d’activité, les sans pagEs comptent 180 membres inscrit⋅e⋅s sur leur page, des ateliers en ligne hebdomadaires et 8 antennes en Suisse, en France et en Tunisie.

Logo les sans pagEs

Les 28, 29 et 30 Août derniers, Fribourg accueillait le « week-end cimarrones et sorcières », réunion stratégique des membres seniors de l’association. Un temps pour se retrouver, échanger et imaginer l’avenir du projet mais aussi bien évidemment de contribuer aux projets Wikimédia !

Se retrouver pour contribuer

Un tel week-end est l’occasion non seulement de rassembler les membres les plus impliqué⋅e⋅s dans le projet et de tisser des liens, mais aussi de prendre pied à la croisée des chemins entre le mouvement Wikimédia et le mouvement féministe. Les contributions de l’événement étaient justement focalisées sur les sorcières, et plus précisément, sur la chasse aux sorcières à Fribourg, ville parmi les plus précoces en la matière puisque les séries de procès s’y étendent de 1429 à 1731.

Photo d'Adélaïde Calais WMFr / CC BY-SA 4.0

Un long travail de réappropriation féministe des sorcières, commencé dans les années 70, fait de ces victimes de la répression patriarcale de nouvelles figures de femmes libres et fortes. L’événement littéraire qu’a représenté la sortie de Sorcières, la puissance invaincue des femmes, de Mona Chollet en 2018 le prouve.

Quoi de plus symbolique donc que d’ancrer ces retrouvailles dans la lignée des sorcières et, en bonnes wikimédiennes, pas pour ce qu’elles représentent d’ésotérique et d’occulte mais pour leur accorder la documentation rationnelle et minutieuse qu’elles méritent. Des archives mises à disposition par la ville de Fribourg nous ont permis d’ajouter ces personnages historiques aux éléments de Wikidata et de créer, quand cela était possible, les articles Wikipédia correspondants.

Questionnements et déconstruction des privilèges

Les sans pagEs ont récemment vu naître en leur sein un mouvement intersectionnel : le projet Noircir Wikipédia. Pour ses fondatrices, il s’agit de focaliser leurs efforts non seulement sur la documentation de femmes, mais surtout de personnes afro-descendantes. Proches des théories afro-féministes, les membres de Noircir Wikipédia entretiennent des liens forts avec Les sans pagEs et les mènent à des questionnements sur la rencontre des causes militantes ainsi que sur la déconstruction du privilège blanc.

Le week-end portait les traits de cette auto-analyse dans son titre : cimarronnes et sorcières. « Cimarronnes » est le terme espagnol désignant les anciennes esclaves ayant réussi à s’enfuir des plantations et vivant dans la clandestinité. Le parallèle fait avec les sorcières se base sur leur statut de rébellion et de mise en cause d’un ordre répressif établi, ainsi que sur les persécutions et véritables chasses à l’homme dont les cimarrons et cimarronnes ont été victimes. La documentation des cimarronnes pendant notre week-end a mené à la création de plusieurs articles Wikipédia – un travail de longues recherches car les cimarronnes sont doublement effacées des archives du fait de leur condition afro-descendante et féminine – on constate rapidement que les cimarrons (ou « marrons » en Français) sont mieux consignés dans les annales de l’Histoire.

Création de 2 chartes pour les sans pagEs

À ces deux dimensions d’enracinement et de différence, s’ajoutait un objectif plus structurant : celui de rédiger ensemble une charte des sans pagEs établissant à la fois la philosophie du projet, ses valeurs, ses objectifs, ses règles de savoir vivre et son fonctionnement sur le terrain. En effet l’association gagnant de l’ampleur dans ses activités et accueillant régulièrement de nouvelles personnes se trouve de plus en plus souvent confrontée au besoin d’établir des procédures claires, afin de s’assurer que chaque membre adhère à ses valeurs et s’engage à les appliquer.

Les deux documents produits sont disponibles en ligne :

Rédaction de la charte de Fribourg
Travail sur la charte de l'animation par Nattes à chat / CC BY-SA 4.0

Cette édition du week-end annuel des sans pagEs marquait une transition, un moment où chacun et chacune se retourne pour contempler le chemin parcouru et reconnaître un certain héritage féministe, tout en poursuivant ses questionnements sur la juste représentation de la diversité, avant de se lancer dans une longue entreprise d’explicitation et de structuration du projet.

Vous pouvez retrouver le compte-rendu détaillé de ce week-end sur la page projet des sans pagEs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top