Accueil / Concours photo / Excursion dans le folklore mondial, une invitation au voyage avec Wiki Loves Folklore

Excursion dans le folklore mondial, une invitation au voyage avec Wiki Loves Folklore

Posted on

Article de Wikilover90, traduit depuis l’anglais en français. Disponible en anglais sur Medium.

Avec plus de 19 052 soumissions, dix huit images gagnantes ont été annoncées lors du concours photos international Wiki Loves Folklore. Pour ne citer que le top trois des images gagnantes, nous retrouvons une réunion de famille émouvante ; un groupe de cavaliers chargeant le long d’un chemin lors du festival marocain Tbourida Fantasia, dans la ville de Jarada ou encore une performance colorée de danse lors du festival Sinulog. Les images gagnantes ont été annoncées le 14 octobre 2020.

Wiki Loves Folklore se concentre sur la culture folklorique, sachant que le folklore et les traditions forment une grande partie du patrimoine culturel immatériel mondial. Les danses, les musiques, les activités, les jeux, la cuisine, les vêtements, les contes, les arts folkloriques mais aussi le folklore religieux et mythologique … la liste des éléments folkloriques du patrimoine culturel immatériel est longue et ne cesse de s’agrandir.

Le concours fait appel à tous les photographes du monde via Wikimédia Commons, média de référence pour recenser les images sous licence libre et accessibles pour tous et pour tous sujets, garantissant que le patrimoine culturel mondial soit documenté et conservé pour les générations futures.

Wiki Loves Folklore se déroule chaque année pendant le mois de février. Cette année le concours a enregistré des milliers de soumissions uniques de 25 pays et de leurs cultures riches capturés par 1486 photographes.

Les téléversement des photos de 2020 ont été jugées par un jury / comité d’experts international qui a sélectionné les images que vous voyez ci-après. Les gagnants viennent de 9 pays différents dont Taïwan, Maroc, Vietnam, Canada, Ukraine, Argentine, Indonésie, Inde et les Philippines.

Tout cela étant dit, le concours a suscité 19 052 images téléversées, 144 vidéos et 13 fichiers audios provenant de 125 pays. Profitez de l’enchantement des 20 gagnants ci-dessous.

Premier prix

Wiki Loves Folklore

Premier prix : Jusqu’à ce qu’on se retrouve – une rencontre émouvant d’une famille à Taïwan.

En haut du ruisseau Taimali, la montagne Dawu devient le village Zhengxing dans le canton de Jinfeng, ce qui a poussé la moitié de la population à déménager dans le village de Xinyuan au sein de la ville de Taitung. Les personnes qui ont été poussées à déménager retrouvent les membres de leur famille une fois par an lors du festival. La particularité de cette photo porte sur la façon dont elle a immortalisé les émotions des membres d’une même famille depuis longtemps à la dérive et qui ne se retrouve qu’une fois par an. Nous observons ici les larmes de joie de retrouver ses proches mêlées aussi aux larmes de tristesse pour le temps perdu à ne pas pouvoir se voir.

Le jury a salué l’image qui montre le contraste entre la tradition et le présent progressiste. Un autre jury met en lumière la capture des détails des bijoux, des coiffes et des vêtements spéciaux. La photo immortalise un moment émouvant et des émotions profondes. Il s’agit de la photographie préférée du jury en raison de sa « haute valeur documentaire et l’expression artistique d’une scène très humaine et touchante ». Cette photo met en lumière la profonde tristesse d’une femme exilée, qui est tiraillée entre joie, frustration et douleur chaque année lors de la réunion de famille. Selon un membre du jury, « cette photo nous plonge dans la fenêtre des émotions intenses sublimées par la beauté des tenues traditionnelles ». Photo de 黃孝擎, CC BY-SA 4.0.

Second prix

La seconde position a été attribuée à Houssain tork qui a su capturer une fantasia traditionnelle, c’est-à-dire une performance équestre. Vous  pouvez assister à des fantasias lors du festival culturel du moussem (fête régionale annuelle généralement associée à une célébration religieuse) ou des mariages maghrébins au Maroc. Cette performance culturelle et artistique symbolise la relation entre le cavalier et sa monture. Les cavaliers chargent à la même allure en formant une ligne et la marche prend fin lorsqu’ils tirent (en visant le ciel) avec un fusil à chargement par la bouche. Le défi de cette performance est de rester synchronisé entre le mouvement des chevaux et de tirer simultanément, de manière à ce que le coup de feu soit entendu comme un coup collectif et singulier.

Houssain tork est un photographe amateur qui a traversé plus de 230 kilomètres avec ses amis pour assister au festival marocain Tbourida Fantasia dans la ville de Jarada, où il a apprécié le spectacle et a pris cette photo pour documenter cette fête traditionnelle et annuelle au Maroc. Le jury a récompensé cette photo pour sa « représentation animée avec à la fois des chevaux et des armes qui sont généralement difficiles à capturer simultanément. Le photographe a su immortaliser à la perfection les adversités auxquelles les acteurs sont exposés ». Un autre membre du jury a ajouté « la manière envoûtante dont cette image plonge immédiatement le spectateur dans le mouvement et l’action de la scène, où la thermosphère est bien rendue ». Photo d’Houssain tork, CC BY-SA 4.0.

Troisième prix

La troisième place revient à Herbert Kikoywhile qui a assisté au Festival Sinulog aux Philipines. Cette photo révèle la ferveur des catholiques philippins commémorant le Saint Enfant Jésus, connu localement comme le « Santo Niño ». Le Santo Niño est l’une des figures religieuses les plus vénérées et les plus reconnaissables des Philippines. Un des juré observe : « les couleurs vibrantes de la figure centrale se détachent de l’obscurité, créent une atmosphère vivante et une disposition équilibrée ». Un autre juré salue le fait d’avoir immortalisé les mouvements festifs des danseurs le temps d’un instant, mis en valeur par leurs belles tenues et leurs émotions. Ce juré précise que la photo a aussi gagné en raison du contraste charmant de couleurs entre la danseuse principale et le reste. Un autre membre du jury a aussi récompensé la commémoration de la naissance de Jésus qui est tout particulièrement symbolisé ici par le visage illuminé de la danseuse, qui rappelle le Clair-obscur de Rembrandt ». Photo d’Herbert Kikoy, CC BY-SA 4.0.

Viennent ensuite les quinze premiers prix de consolation !

Cette photo illustre Bharatanatyam, la plus ancienne tradition de danse folklorique indienne au Tamil Nadu. Elle exprime des thèmes de la culture et des idées spirituelles du sud de l’Inde, en particulier le Shivaïsme, le Vishnouisme et le shaktisme.

Le jury salue cette photographie pour son esthète et son caractère documentaire, reposant sur les jeux de lumière/obscurité et les touches dorées qui mettent en valeur les mouvements de la danseuse ainsi que sa tenue ornée. « Ce que j’aime dans cette photo c’est qu’elle capture les mouvements et expressions de l’artiste », déclare un juré, « le fond obscure et le sol brillant reflète bien la institution sur scène ». Un autre juré constate que « la photo de cette danse Bharatanatyam offre une pose frappante de Shiva dans les temples hindous. Photo de Vijay Sundararaman Iyer, CC BY-SA 4.0.

Shagil Kannur a décroché ce cliché lors du festival « Theyyam » au Kerala, en Inde. Le Theyyam consiste en un rituel religieux âgé de plusieurs milliers d’année où les danseurs incarnent des dieux. Ce rituel combine des représentations théâtrales, de la danse, de la musique, de l’art (tenues et maquillage)…

Le juré félicite la technique de cette photo puisque la personne se détache nettement de l’arrière plan pourtant très encombré et avec une faible profondeur de champ. De plus, les jeux de lumières et d’ombres, ainsi que la richesse des couleurs et les tons dorés mettent en valeur la personne photographiée. Photo par Shagil Kannur, CC BY-SA 4.0.

Une performance de danse théâtrale d’un rituel Hindu en Inde. Cette image a été saluée par le jury pour le calme qu’elle dégage et la beauté de l’expression faciale de la femme, malgré les flammes. Un membre du juré appuie sur le fait que l’image est accentuée par le fait que « le visage de l’artiste est idéalement positionné entre les flammes tout en restant miraculeusement paisible». Un dernier juré félicite « la clarté du focus sur l’expression de la danseuse rappelle l’incarnation de la déesse Devi ». Photo de Tapas Kumar Halder, CC BY-SA 4.0.

Cette photo a été immortalisée par Elisolidum lors de sa participation au Ati-Atihan Festival aux Philippines. Un juré commente « Découvrir un visage souriant avec des yeux pétillants de joie mélangés aux couleurs offre une plaisante surprise pour le spectateur. Cela donne un cadre au chaos des couleurs de la photo ». Un autre juré qualifie la photo comme un excellent cliché dont la gaîté transparaît via le costume, ses paillettes, ses pompons et ses plumes. Un membre du juré appuie sur le caractère très coloré de l’image qui va de paire avec la richesse culturelle du festival et qui met en lumière le détail de la femme dans son costume orné. Photo par Elisolidum, CC BY-SA 4.0.

Ce cliché à été pris lors d’une célébration du festival Kadayawan, aux Philippines. Le jury qualifie la photographie comme « un rêve coloré et en mouvement ». Un autre jury applaudit la photographie pour « le flux de couleurs ordonnées et les personnes pleines de joie de vivre dans l’image ». Un autre juré apprécie cette image car elle saisie la « vive effervescence de joie dans une atmosphère joyeuse et festive ». Le jury constate que le fait de se concentrer sur le jeune garçon au centre et l’autre derrière, avec la même tenue traditionnelle mais dans une position légèrement différente contraste de la foule floue dans le fond avec leurs costumes, ce qui donne une sensation de profondeur et de richesse à la photo. Photo par Fpj455, CC BY-SA 4.0.

Un cliché vibrant capturé par Sundaram Perumal à Madurai Tamil Nadu. « Ce jeu est intitulé «  jallikattu » et se déroule chaque année pendant tout le mois de janvier, notamment lors de la fête traditionnelle du même nom », explique Sundaram. « Une fois que j’ai immortalisé ce moment, j’ai vu que l’un des joueurs était à terre. J’étais pétrifié de peur ». Le jury apprécie cette photo pour son cadrage, ses couleurs et son équilibre.

Un juré déclare « Cela n’a pas l’air sans danger et l’homme couché sur le sol attire immédiatement l’œil, ainsi que le taureau au centre de l’action. Les personnes autour forment un cadre ». Un autre juré loue cette photo pour avoir « capturé un moment fort du jeu, lorsqu’un joueur tombe et qu’un autre semble être en difficulté pour maintenir l’équilibre alors que les et trois autre joueurs luttent avec le taureau. Cette photo est puissante et colorée ». Photo par Sundaram Perumal, CC BY-SA 4.0.

Un cliché immortalisant des artistes de Theyyam effectuant un rituel au Kerala, en Inde. Le photographe explique « le Theyyam est une forme rituel populaire au Kerala (Inde) et est considéré comme la danse des dieux. J’ai photographié l’image dans mon lieu de culte local (connu localement sous le nom de Kaavu) à Kannur (Kerala), prise à l’aube à quatre heures du matin ». Il explique que cette photo a pour but de dépeindre les émotions et l’expression de toute une culture et le dévouement de différents artistes derrière pour rendre cela possible. Un jury félicite ce travail, similaire au second prix de cette édition de Wiki Loves Folklore.

« Le masque somptueux et les tenues colorées sont mises en valeur malgré les conditions difficiles à avoir une bonne lumière et les mouvements rapides présumés ». Un autre juré salue l’utilisation d’une faible profondeur de champ pour se concentrer sur l’expression du visage. « Le profil et le costume orné sont mis en valeur par le fort contraste des couleurs et de la luminosité devant un fond presque noir ». Un autre juré qualifie le cliché comme « un grand portrait de l’interprète de Theyyam exaltant la sérénité et la gravité du Kerala ». Photo par Adzac5848, CC BY-SA 4.0.

Prise par Herbert Kikoy lors du festival dans la ville de Butuan, Caraga (Philippines), cette photo illustre une fille de Manobo exécutant une danse traditionnelle. Le jury salue cette image pour sa « bonne luminosité et son excellent effet bokeh qui illustre parfaitement le mouvement figé ». Un autre jury félicite le cliché pour sa « composition rafraîchissante qui semble avoir immortalisé un geste important de la danseuse. En utilisant correctement la faible profondeur de champ et la mise au point précise sur le visage, la photo met en valeur à la fois son expression faciale et la beauté de sa tenue ». Un dernier juré salue la mise en valeur de l’innocence de la jeunesse des Philippines. Photo par Herbert Kikoy, CC BY-SA 4.0.

Photographié par Tapas Kumar Halder en Inde, cette image représente un enfant jouant le rôle de Krishna, une divinité majeure de l’hindouisme. Krishna est habituellement dépeinte avec une flûte dans la main, parée de plumes de paon dans les cheveux. Le jury salue cette photographie pour sa « composition magnifique avec des tons délicats de bleu et vert, agrémenté de tâches d’autres couleurs vives. L’éclairage fait briller la plume de paon comme s’il s’agissait d’or et des bijoux, ce qui contraste fortement avec les cheveux foncés et la couleur bleue du visage de l’enfant ». Un autre jury félicite cette photo pour la bonne combinaison des couleurs ainsi que l’excellent point de vue, qui est un élément clef du succès d’une photo. Photo par Tapas Kumar Halder, CC BY-SA 4.0.

Immortalisé par Martyna Pedziach, cette photo est un portrait d’une vietnamienne en tenue traditionnelle. Le jury loue le contraste entre le portrait de la femme ainsi que le paysage en fond. Un autre jury qualifie cette photographie de « portrait classique ». Un troisième jury salue le cliché : « il s’agit d’un beau cliché documentaire qui dépeint les femmes dans leurs costumes traditionnels devant le paysage dans lequel elles vivent et travaillent. Grâce à cette combinaison, on peut en apprendre beaucoup sur la vie quotidienne de ces personnes en étudiant attentivement l’image. La photo semble même nous révéler leurs émotions en montrant à la fois des femmes souriantes et deux femmes un peu plus réservées ». Photo par Martyna.pedziach, CC BY-SA 4.0.

Cette photo prise par Ting Ting Chen lors des fêtes de Noël pendant le festival des Bateaux Éclairés de Port de Grave, célébré chaque année depuis 10 ans à Terre-Neuve. Les bateaux de Terre-Neuve se parent de leurs lumières chaque année de décembre à janvier. Des milliers de visiteurs au Canada viennent observer ce festival d’éclairage de bateaux, dont certains visiteurs étrangers. « J’ai pris cette photo lors d’une soirée calme et claire, alors que les étoiles brillaient encore dans le ciel », déclare Ting Ting Chen. Le jury félicite cette photo pour « sa véritable explosion de couleurs, sous un ciel étoilé habilement immortalisé par le photographe ». « Cette photo m’enchante en raison de la combinaison des couleurs vives et des lumières brillantes des navires avec l’infini sombre du ciel étoilé. Alors que de nombreuses personnes associent à tort Terre-Neuve comme un territoire froid et isolé, cette image nous montre la créativité et la joie de vivre des Terre-Neuviens », ajoute un autre membre du jury. Photo par Ting ting Chen, CC BY-SA 4.0.

La photo a été prise par Mikhail Kapychkaet représente le processus traditionnel du transfert d’eau lors d’une fête traditionnelle ukrainienne de la ville de Kiev. Un membre du jury qualifie la photo comme un « portrait classique » alors qu’un autre félicite le cadrage du photographe. Un autre membre du jury appuie sur sur le sourire aimable insouciant de la dame du portrait malgré le poids lourd reproposant sur ses épaules. Cette photo est à la fois la représentation d’une pratique traditionnelle quotidienne dans un contexte rural, mais aussi un doux portrait au caractère documentaliste. Photo par Mikhail Kapychka, CC BY-SA 4.0.

Cette image dépeint la grâce et la puissance du tango à Buens Aires, en Argentine. Le photographe, Manticora87, explique qu’il a dû attendre à divers feu tricolores pour pouvoir prendre cette photo. Le tango est une danse de couple (danse de bal) et une danse sociale initiée dans les années 1880 non loin du fleuve de Río de la Plata, la frontière naturelle entre l’Argentine et l’Uruguay. Un membre du jury salue la photo « pour l’esprit du tango immortalisé dans le geste dramatique au milieu de la célèbre Avenida Corrientes. C’est une image poétique forte. Même les couleurs soigneusement composées (principalement rouge et noir) contribuent grandement à la puissance de ce cliché ». Un autre membre du jury félicite le photographe pour la mise en scène des trois couleurs et l’obélisque cadré avec précision ». Photo par Manticora87, CC BY-SA 4.0.

Cette photo représente Ardhanarishvara, figure mi-homme mi-femme du dieu hindou Shiva avec son épouse Parvati. Ici, la séparation entre l’homme et la femme du Ardhanarishvara se fait au milieu (visage et tenue). Un membre du jury félicite la photographie pour avoir captré le réalisme de l’image. « On pourrait presque entendre le son sortant du coquillage », selon un membre du jury. Photo par Tapas Kumar Halder, CC BY-SA 4.0.

Immortalisé par RaiyaniM, ce dernier nous partage son attraitt pour le patrimoine immatériel, « en tant que photographe de voyage, j’apprécie beaucoup photographier davantage les cultures du monde ». Le Gendang Beleq est une danse et musique traditionnelle généralement jouée lors d’événements religieux ou culturels à Lombok, en Indonésie. Le jury salue l’image : « La composition particulière entre l’homme au premier plan et son tambour imposant semblent presque briser le cadrage de l’image, ce qui illustre la force du musicien. Les personnes en arrière-plan ajoutent de la profondeur à l’image. En regardant cette photo, j’ai l’impression d’être moi aussi dans cette rue ». Photo par RaiyaniM, CC BY-SA 4.0.

Prix de la meilleure vidéo

Le prix de la meilleure vidéo revient à Alina Vozna qui a su filmer la célébration de la Maslenitsa à Khmelnytskyi, en Ukraine. Alina Vozna raconte : « J’ai tourné une vidéo pendant la Maslenitsa célébrée le dernier jour d’hiver ». Les membres du jury saluent la clarté et le calme de la vidéo ainsi que les jeux de lumières complexes. Félicitant le caractère théâtrale et l’élégance de la performance, un autre membre du jury favorise les images en mouvement plutôt que les images figées pour documenter de tels événements. Video par Alina Vozna, CC BY-SA 4.0.

Prix du meilleur audio

Wiki Loves Folklore 2020
Lire la vidéo

Le prix du meilleur audio revient à Balone21 pour la chanson « प्रभु यिशु जी खुलल दरबार बायं » qui comprend une nouvelle série de paroles par Ambika Prasad de l’Uttar Pradesh (Inde), avec un air folklorique typique de la région, généralement chanté lors du festival Holi. L’air lui-même est très ancien, folklorique, traditionnel, avec au moins 10 séries de paroles différentes que les personnes dévouées à différents dieux ajoutent à la chanson. Cette nouvelle interprétation s’inscrit dans cette tradition. Le participant ayant téléversé le contenu audio gagnant déclare « Dans le cadre de mon étude de terrain lors de mon doctorat en sciences sociales (ethnomusicologie), j’étudiais et j’enregistrais des chansons folkloriques de la région de Bhojpuri, au nord de l’Inde. J’ai été présenté à Ambika Prasad de Basti (Uttar Pradesh), qui a composé les paroles de plus de 80 bhajans. Il s’agit d’un air folk traditionnel très apprécié enregistré à Allahabad (Uttar Pradesh). Le jury salue la qualité de la chanson et la qualifie « d’excellent morceau de musique qui combine des éléments anciens et nouveaux ». Chanteur et orchestre sont parfaitement accordés et offrent une symphonie cohérente plaisante à écouter ». Un autre membre du jury qualifie la chanson de « morceau de musique merveilleux qui semble nous transporter dans un autre monde ». Audio par Balone21, CC BY-SA 4.0.

Note de bas de page :

  1. Tous les médias présenté ici sont disponibles sous licence libre Creative Commons CC BY-SA 4.0, à utiliser avec une attribution appropriée à l’auteur et avec la licence de droit d’auteur correspondant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top