Portrait de cartographe – Sémhur

La version en français de Wikipédia a franchi cette année le seuil symbolique des deux millions d’articles. A cette occasion, Wikimédia France vous fait découvrir quelques-uns de ces bénévoles qui participent à cette aventure collaborative.


Illustration du cartographe par Giulia Pex - CC-By-SA 4.0
Giulia Pex – CC-By-SA 4.0

Qu’est ce qu’un wikicartographe ?

« Un wikicartographe crée, améliore ou traduit des cartes pour illustrer des articles de l’encyclopédie. C’est en fait un wikigraphiste spécialisé dans les cartes. Mais c’est aussi plus large que cela : puisque nos cartes sont déposées sur Wikimedia Commons, sous licence libre, elles peuvent être utilisées ailleurs que dans Wikipédia. On en retrouve donc dans d’autres sites Internet, et aussi dans des livres ou des revues (elles ne sont d’ailleurs pas toujours bien créditées, surtout sur le net, mais c’est une autre histoire). »

Comment fais-tu ?

« La wikipédia en français dispose d’un atelier cartographique. C’est un endroit où des contributeurs à l’encyclopédie déposent une demande de travail cartographique. Ces demandes sont ensuite traitées par un wikicartographe (ou non, car nous ne sommes malheureusement pas assez nombreux). Si la demande est simple, par exemple une simple traduction d’une carte existant dans une autre version linguistique, nous travaillons en général avec Inkscape, un logiciel de dessin vectoriel. Si elle est plus complexe, il faut alors un logiciel de SIG. Nous nous basons sur des sources de données libres, comme celles provenant de la Nasa. Et ensuite, nous fignolons avec Inkscape, là encore. Une fois le travail cartographique validé par le demandeur, nous déposons la carte sur Commons, et elle peut alors être utilisée dans un ou plusieurs articles. »

Pourquoi aimes/participes-tu au mouvement Wikimédia ?

« Pour la même raison, je pense, que les rédacteurs d’articles : apporter ma pierre à ce projet génial de partage de connaissances.

Quand je dis autour de moi que je crée des cartes pour Wikipédia, je vois souvent la réaction suivante : « Mais pourquoi faire ? Y a Google Maps ! » Il faut alors que j’explique que les cartes de Google sont tout sauf libres, et de plus, ne présentent que la situation actuelle. Or, une grande part des demandes concerne la création de cartes historiques, et là Google Maps ne peut pas les fournir… Nous avons donc encore beaucoup de travail devant nous ! »

← Retour aux portraits

Haut