Accueil / Politique et société / Loi contre la cyberhaine : étude de cas de Wikipédia et les établissements scolaires

Loi contre la cyberhaine : étude de cas de Wikipédia et les établissements scolaires

Posted on

Une proposition de loi très critiquée

Adoptée par l’Assemblée nationale le 9 juillet, la proposition de loi controversée sera examinée par la Commission des lois du Sénat le 11 décembre. Nul besoin de rappeler les défauts de ce texte, vous trouverez l’essentiel des arguments dans les textes du Conseil national du numérique, de la Commission nationale consultative des droits de l’homme et même de la Commission européenne.

La logique principale de la proposition de loi (PPL) est de masquer le plus vite possible les messages haineux. Les plateformes sont l’acteur principal de cette PPL qui ignore la Justice et les personnes qui tiennent des propos illicites en ligne. Quelles seront les conséquences de cette course-poursuite pour effacer au plus vite les contenus manifestement illicites ? Allons-nous voir une baisse ou une hausse de la haine en ligne ? Difficile de le savoir d’autant que la procédure d’une proposition de loi n’oblige pas à réaliser une étude d’impact. Wikipédia pourrait servir d’étude de cas.

Wikipédia et les établissements scolaires

Wikipédia est très vandalisée. Vous en avez peut-être vu des exemples ou avez lu des articles de presse en faisant l’écho. Mais l’essentiel est retiré quasiment immédiatement sans que le public y fasse attention. Une partie non négligeable des vandalismes est réalisé depuis les murs des établissements scolaires (collèges et lycées notamment). Face à cela, la réaction a été d’effacer le plus vite possible ces problèmes, sans lutter contre la cause. Ainsi les bénévoles de Wikipédia surveillent les modifications, réparent les articles, alertent les rédacteurs, bloquent, bannissent inlassablement, jour après jour, sans râler publiquement. Et ce depuis des années.

Le manuel de l’administrateur (une des fonction chargée de la modération du contenu) prévoit ce cas tellement il est fréquent.

Extrait du manuel de l'administrateur
Extrait du manuel de l’administrateur

Wikipédia est devenue malgré elle un annuaire d’adresses IP d’établissements scolaires. La Wikipédia francophone en compte 13 259 adresses ! Ou sous une autre forme : voici l’historique de blocage des établissements de l’académie de Lyon.

Extrait des blocages des établissements de l'académie de Lyon
Extrait des blocages des établissements de l’académie de Lyon

Toutes les contributions provenant des établissements scolaires ne sont pas des vandalismes, Wikimédia France y conduit même des projets, comme le Wikiconcours lycéen. Et une adresse IP sert généralement pour plusieurs organisateurs. Les adresses ne IP sont donc généralement bloquées qu’après plusieurs vandalismes et jusqu’à la fin de l’année scolaire. Les modifications sont annulées voire masquées en cas de problèmes légaux ou de divulgation d’informations personnelles.

Blocage
En une heure, 4 blocages sur 8 sont des établissements scolaires

En analysant les 500 blocages intervenus entre le 25 novembre et 29 novembre, on dénombre 54 blocages d’IP scolaires. Cela va du blanchiment d’article, au message adressé à un camarade, en passant par les insultes envers le personnel de l’établissement scolaire.

Exemple de vandalisme
Exemple de vandalisme
Exemple de vandalisme
Exemple de vandalisme

Masquer les problèmes n’élimine pas la cause

Le constat qu’on peut faire est que cacher cette situation au public n’a en rien enrayé le vandalisme provenant des collèges et lycées. Personne hors de Wikipédia n’a connaissance de ce problème et ne s’en préoccupe.

Contrairement au but recherché, la proposition de loi ne va-t-elle pas au final accroître la haine en ligne ? Encouragée par l’absence de poursuites de l’auteur et le masquage des messages. La plupart seront rapidement effacés et tout le monde fera comme si ça n’avait jamais existé. Seuls quelques techniciens connaitront l’envers du décor et le véritable état de notre société. Mais est-ce sain de laisser croître la haine sans que personne ne s’en préoccupe et que les auteurs ne soient pas sanctionnés ?

PS : nous espérons que ce billet de blog n’entraîne pas un blocage aveugle de Wikipédia par les DSI de l’éducation nationale ou des collectivités territoriales. Il y a certes des vandalismes, mais également de nombreuses expériences pédagogiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top