Accueil / Focus sur / Wikipédia, Michel Houellebecq et le droit d’auteur.

Wikipédia, Michel Houellebecq et le droit d’auteur.

Publié le
Carte de Cassini
Carte de Cassini, Saint-Etienne (XVIIIe siècle).
(domaine public)

Depuis quelques semaines, la question de la réutilisation par Michel Houellebecq d’extraits d’articles de Wikipédia dans son roman « La Carte et le territoire » fait débat.

La récente remise du prix Goncourt à M. Houellebecq a remis en lumière cet épisode, et la médiatisation se fait aujourd’hui à partir de l’action d’un blogueur, Florent Gallaire, qui a soutenu que le roman de M. Houellebecq, en ne respectant pas les conditions de réutilisation de la licence Creative Commons CC-BY-SA (licence s’appliquant au contenu de Wikipédia), devenait par là même soumis à la CC-BY-SA et pouvait être publié gratuitement sur internet sous cette licence.

Cette argumentation, outre qu’elle fait couler beaucoup d’encre depuis des semaines, et pas toujours forcément à raison, a provoqué la réaction de Flammarion, l’éditeur de M. Houellebecq, qui déclare engager des poursuites contre Florent Gallaire.

Étant régulièrement sollicitée depuis plusieurs jours sur le sujet, l’association Wikimédia France, qui soutient et promeut en France le projet Wikipédia, a décidé de réagir officiellement sur le sujet, espérant par là clarifier les choses et apporter une parole d’apaisement.

La question semble être concentrée autour des conditions de réutilisation de Wikipédia.

Rappelons quelques principes à propos de Wikipédia :

  • Wikipédia nest pas un auteur. Wikipédia est une œuvre collective écrite par des auteurs multiples, les contributeurs, qui sont chacun responsables et bénéficiaires de leurs propres écrits.
  • La Wikimedia Foundation est lhébergeur des contenus publiés sur Wikipédia et n’y exerce pas de responsabilité éditoriale.
  • Wikimédia France n’est pas hébergeur de Wikipédia et son rôle est essentiellement un rôle de soutien et de pédagogie autour de Wikipédia.

Quelle est la licence de réutilisation des contenus de Wikipédia et qu’implique-t-elle ?

  • Les contributeurs de Wikipédia, à chaque fois qu’ils valident une contribution, placent celle-ci sous la licence de réutilisation Creative Commons CC-BY-SA.
  • Les contributeurs acceptent donc que leurs écrits puissent être reproduits, modifiés, distribués et communiqués sans restrictions.
  • Mais à la condition que l’auteur soit cité (paternité de l’œuvre) et que le contenu réutilisé soit redistribué sous la même licence.

Si Michel Houellebecq a bien repris quelques passages de Wikipédia dans son roman, comment aurait-il dû les créditer ?

Flammation, éditeur de Michel Houellebecq, a indiqué que les « emprunts » relevés relèvent de la courte citation autorisée par la loi. Wikimédia France rappelle cependant à Flammarion que la loi (Code de la propriété intellectuelle, article L122-5, alinéa 3a) impose, pour toute citation de texte provenant d’un autre document, la mention de sa source. Il s’agit bien d’une obligation légale et non d’une simple convenance ou politesse.

Toute réutilisation hors du cadre de la courte citation implique l’autorisation des auteurs, qui, dans le cas des textes placés sur Wikipédia, est accordée selon les termes d’une licence-type. Or, la licence Creative Commons CC-BY-SA, la réutilisation impose que l’auteur soit cité et que le contenu repris soit redistribué sous la même licence.

Michel Houellebecq aurait donc dû, à tout le moins, indiquer soit en bas de page, soit en fin d’ouvrage, que le contenu provenait de l’article X ou Y de Wikipédia, et donner l’URL des articles en question. Cela permet de remonter facilement à la liste des auteurs, accessible par l’onglet « historique » en haut de chaque article de Wikipédia.

Cela aurait également pu régler le problème de la licence du roman de Michel Houellebecq : en identifiant exactement quels sont les contenus de son roman qui restent publiés sous licence CC-BY-SA, les questions de respect des conditions de réutilisation seraient bien plus claires, notamment en permettant de rapporter la quantité de contenu réutilisé au livre dans son ensemble et à la façon dont les contributeurs de Wikipédia ont été crédités.

Nous doutons que Florent Gallaire ait le droit de décider seul que le roman de M. Houellebecq peut être distribué sous licence Creative Commons CC-BY-SA. Mais alors, qui peut le faire ?

Ce sont les personnes qui pourraient s’estimer lésées par l’utilisation que M. Houellebecq a fait de leurs contributions qui peuvent se retourner contre lui et/ou son éditeur par le biais d’un recours en justice. « Wikipédia » ou Wikimédia France n’ont pas à se substituer aux contributeurs, mais Wikimédia France est dans son rôle en rappelant les conditions de réutilisation du contenu de Wikipédia.

Pour conclure

Nous nous réjouissons de voir que le débat sur les licences libres est porté sur la scène publique.

Nous nous réjouissons de voir le contenu de Wikipédia réutilisé : il est fait pour ça, le but étant l’accès de tous à la connaissance, c’est une des raisons pour lesquelles il est produit sous licence libre.

Mais nous souhaitons que ce débat et les actions en cours se fassent dans le plus strict respect des droits d’auteurs, des droits d’auteur de M. Houellebecq comme de ceux des contributeurs de Wikipédia : en respectant le travail de tous, une meilleure compréhension de la richesse incroyable apportée par l’utilisation des licences libres pourra être obtenue et bénéficier à tous.

Wikimédia France ne soutient donc pas l’initiative de Florent Gallaire, qui a mis en ligne une version de l’œuvre de Michel Houellebecq et l’a placée sous licence Creative Commons CC-BY-SA.

Les licences Creative Commons s’appuient sur le droit d’auteur pour donner à chacun la liberté de partager ses productions intellectuelles. Elles ne peuvent en aucun cas servir de prétexte au fait de bafouer le droit moral d’un écrivain. Personne n’a à se faire justice soi-même, nous avons un système judiciaire pour cela.

91 commentaires sur « Wikipédia, Michel Houellebecq et le droit d’auteur. »

  1. Il manque une information : le plus grave est sans aucun doute le plagiat du titre, ou plutôt le recopiage et l’utilisation illégale d’un titre créé par un autre auteur.

    En effet « La carte et le territoire » est le titre exact, à la lettre près, d’un livre écrit par Michel Levy et dûment déposé à la Bibliothèque Nationale de France. Ce livre, Houellebecq en a eu connaissance par la soeur de l’auteur, dont il était un ami proche lors de la parution.

    Le Code de la propriété intellectuelle (Art. L112-4) précise bien « le titre d’un oeuvre de l’esprit (…) est protégé comme l’oeuvre elle-même ». C’est clair et net. Il y a malhonnêteté flagrante.

    Le livre original de Michel Levy est réédité par Editions 93. Voir une critique élogieuse sur :
    http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-carte-et-le-territoire-un-titre-inspire_964066.html

  2. Dans le même temps, beaucoup des contributeurs de Wikipédia se contrefichent de leurs droits d’auteur. Que notre pseudo ou adresse IP soit cité ou non, on s’en fiche pas mal. Je ne contribue pas à Wikipédia pour la gloire. Même pas pour la gloire de mon pseudo (je contribue sous IP).

    Je suis carrément contre le droit d’auteur (en tous cas tel qu’il est aujourd’hui) qui donne lieu à bien trop d’abus, et qui, même sans cela, est liberticide, et n’est pas nécessaire à la création, au contraire. Il y avait déjà des chefs d’œuvre avant les droits d’auteur, donc ils ne sont pas nécessaire à la création. Ils sont même peut-être nuisibles : les chefs d’œuvre de Molière ou La Fontaine ne pourraient plus être écrits de nos jours. Les auteurs, de nos jours, se préoccupent plus de leurs sous que de leur art.

    Je croyais naïvement qu’en contribuant sur Wikipédia, j’offrais mes droits (même si, en même temps, j’étais un peu étonné, puisque les droits moraux sont incessibles, je crois), et que tout le monde pouvait s’en servir. Ce serait bien mieux ainsi (même si, c’est vrai, je n’aime pas les sites miroirs de Wikipédia, qui ne créent rien, reproduisent les articles pour être référencés par Google, et rajoutent de la pub).

    D’autre part, nous ne devons pas oublier qu’en écrivant les articles, nous pompons tous aussi un petit peu : une phrase par ci, une autre par là. Et pas toujours en citant nos sources. Wikipedia, ce n’est que ça : de la compilation. Ou presque (le reste, en fait, ce sont des travaux innovants, qui ne devraient pas apparaître sur Wikipédia). Alors, aller réclamer des droits d’auteurs après ça… Nous devrions être un peu tolérants, car si les auteurs à qui nous ne cessons d’emprunter s’avisaient de nous chercher des noises, nous serions dans un beau pétrin.

  3. Il se trouve qu’il n’y a pas (justement) de chapitre Creative Commons en France… et les membres actifs de la communauté Creative Commons ne se sont absolument pas prononcés. Nous ne pouvons en effet que le regretter.

  4. Je trouve un peu fort de café que vous donniez votre interprétation de la licence CC BY SA en concédant d’emblée au contrefacteur un droit qui reste à débattre.
    C’est éventuellement au chapitre Creative Commons France en particulier que revient cette tâche

  5. désolé : mauvaise manipulation !

    Où est-ce indiqué qu’il est obligatoire de placer l’oeuvre seconde sous la même licence ? => petit extrait de la CC-BY-SA
    4. Restriction
    The license granted in Section 3 above is expressly made subject to and limited by the following restrictions:
    […]
    2. You may Distribute or Publicly Perform an Adaptation only under the terms of: (i) this License; (ii) a later version of this License with the same License Elements as this License; (iii) a Creative Commons jurisdiction license (either this or a later license version) that contains the same License Elements as this License (e.g., Attribution-ShareAlike 3.0 US)); (iv) a Creative Commons Compatible License.(…)

    Et pour te répondre sur l’exemple de Microsoft, il a été condamné à publier les sources (au sens informatique) d’un bootload qui utilisait du matériel sous licence libre (GNU/GPL de mémoire)

    Maintenant, on ne peut pas exiger de M. Houellebecq d’utiliser des oeuvres que les auteurs eux-mêmes ne souhaitent pas protéger, et de le lui reprocher.=> Ledit travail est protégé par le droit d’auteur. La licence CC-BY-SA sous laquelle l’oeuvre est placé, permet juste une utilisation sous condition.

    Note : Wikipédia n’offre pas de conseil légal. Formellement, chaque article appartient à son ou ses auteurs et est mis à la disposition du public selon les conditions de la CC-BY-SA.

    => ça rappelle juste que :
    1) wikipédia n’est pas l’éditeur et que, conformément au droit français, l’auteur est _toujours_ propriétaire de son travail.

  6. petit extr
    The license granted in Section 3 above is expressly made subject to and limited by the following restrictions:
    […]
    2. You may Distribute or Publicly Perform an Adaptation only under the terms of: (i) this License; (ii) a later version of this License with the same License Elements as this License; (iii) a Creative Commons jurisdiction license (either this or a later license version) that contains the same License Elements as this License (e.g., Attribution-ShareAlike 3.0 US)); (iv) a Creative Commons Compatible License.(…)

  7. @Mu

    « 2) il respecte le droit d’auteur et use de la licence CC (et place l’oeuvre seconde sous la même licence) ; »

    Où est-ce indiqué qu’il est obligatoire de placer l’oeuvre seconde sous la même licence ?

    Regardons ce que donne la CC-BY-SA ailleurs que dans la Wikipédia.

    Dans le monde du logiciel, on peut utiliser des parties de programme/code CC-BY-SA, en donnant les crédits nécessaires à ces parties. En aucune façon, il n’y a contamination total du reste !
    Sinon Microsoft et autres entreprises du logiciel auraient dû, depuis longtemps, mettre tout leur travail en CC-BY-SA.

    Il en serait de même pour une oeuvre collective où tous les auteurs sauf un décident d’utiliser le copyright classique. Celui qui a décidé de mettre son travail en CC-BY-SA ne peut, en aucune façon, contaminer le travail des autres.

    Son choix personnel ne saurait impliquer celui des autres. Il accorde juste une licence plus « libre » sur son travail que les autres, afin que ce travail soit réutilisé plus « librement ».

    Pour rappel:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Creative_Commons

    « Le Creative Commons (CC) est une organisation à but non lucratif dont le but est de proposer une alternative légale aux personnes ne souhaitant pas protéger leurs œuvres en utilisant les droits de propriété intellectuelle standards de leur pays, jugés trop restrictifs[1]. L’organisation a créé plusieurs licences, connues sous le nom de licences Creative Commons. Ces licences, selon leur choix, restreignent seulement quelques droits (ou aucun) des travaux, le droit d’auteur (copyright) étant plus restrictif. »

    restreignent seulement quelques droits (ou aucun)

    Si ce n’est pas indiqué par l’auteur, on peut estimer que le « (aucun) » est légitime.

    Maintenant, on ne peut pas exiger de M. Houellebecq d’utiliser des oeuvres que les auteurs eux-mêmes ne souhaitent pas protéger, et de le lui reprocher.

    Ce serait un non sens total. 🙂

    Cependant, si quelqu’un peut me démontrer qu’il y a bien une viralité dans cette licence, je reste ouvert à toute démonstration. (Comme on le dit sur les blogs, ma réflexion se nourrit des vôtres. 😉 )

    Bien cordialement
    B. Majour

    PS.
    La page pour la réutilisation d’article de la Wikipédia est ici :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Citation_et_r%C3%A9utilisation_du_contenu_de_Wikip%C3%A9dia

    Wikipédia qui se tord le cou avec :
    Note : Wikipédia n’offre pas de conseil légal. Formellement, chaque article appartient à son ou ses auteurs et est mis à la disposition du public selon les conditions de la CC-BY-SA.

    Ce qui nous ramène bien au choix de l’auteur et uniquement de l’auteur.
    Et certaine CC-BY-SA se rapproche fortement du Domaine Publique.

  8. Bonjour,

    Je vais essayer de répondre succinctement, mais pas forcément dans l’ordre.

    En premier lieu, le « copyright », kézako ? je connais le Code de la propriété intellectuelle, et plus particulièrement le droit d’auteur qui y est inscrit.

    Ce code dit, en l’espèce, que seule l’auteur ( ou l’ayant-droit) peut décider de ce qui est fait de son oeuvre ( ça inclut le cas des oeuvres secondes, qui ne peuvent être éditer qu’avec l’accord de l’oeuvre première), ce droit s’exerçant sauf dans le cas de certaines exceptions, dont celle de citation.

    Dans notre cas, au regard du code de la propriété intellectuelle, il n’y a (en résumant) que deux possibilité : soit les emprunts sont des citation, soit elle ne le sont pas !
    _Si ce sont des citations ( ça n’est pas mon avis):
    le code de propriété intellectuelle précise quel « emprunt » peuvent être considérer comme des citations, et les obligations qui incombe à celui qui cite l’oeuvre ( dont citer la source et l’auteur de la citation)

    _Si il ne s’agit pas d’une exception au droit d’auteur (donc si ça n’est pas une citation) :
    l’auteur est le décideur. Lui seul peut autoriser, ou non, la réutilisation de son oeuvre.
    Dans le cas des licences (CC) inclus, l’auteur décide d’autoriser la réutilisation de l’oeuvre dans un cadre défini.

    Il en découle (et si nous ne sommes pas dans le cas d’une exception au droit d’auteur), dans le cas d’une oeuvre sous licence CC que :
    1) on peut réutiliser l’oeuvre sans l’accord de l’auteur en respectant toute la licence (dont celle de « viralité »);
    2) on peut demander à l’auteur de nous accorder le droit de réutiliser l’oeuvre « hors licence »;
    3) on « peut » contrefaire l’oeuvre.

    En résumé de tout ça,

    1) il respecte le droit d’auteur et fait une citation selon le code de propriété intellectuelle ( citation de la source et auteur) ;
    2) il respecte le droit d’auteur et use de la licence CC (et place l’oeuvre seconde sous la même licence) ;
    3) il respecte le droit d’auteur et n’utilise pas la licence CC (mais demande l’accord des auteurs).

    Toute autre façon de faire est, il me semble, illégale.
    Mon point de vue est qu’il n’a choisit aucune de ces options.

  9. @Mu

    Bonjour,

    « De même, cette exception au droit d’auteur est sous réserve de faire apparaître le(s) auteurs(s) _et_ la source. Quand bien même citer les auteurs peut s’avérer difficile :
    1) c’est une obligation légale (je laisse, le cas échéant, au juge la charge de trancher sur la faisabilité);
    2) la source, elle, n’est pas spécialement difficile à citer. »

    Que l’on m’excuse, mais j’ai dû louper une marche quelque part. 🙂

    Je relis encore la CC-BY-SA (telle qu’indiquée et synthétisée (et à moitié traduite sic !) à cette page) :
    http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/

    Où est-il question de citer la source ?
    En quoi est-ce une obligation légale… dans le cadre de cette Creative Commons CC-BY-SA ?

    Je relis
    # Paternité — Vous devez citer le nom de l’auteur original de la manière indiquée par l’auteur de l’oeuvre ou le titulaire des droits qui vous confère cette autorisation (mais pas d’une manière qui suggérerait qu’ils vous soutiennent ou approuvent votre utilisation de l’oeuvre).

    Contrairement à ce que j’ai lu ici et ailleurs, il n’est donc pas nécessaire de mettre des italiques ou des guillemets… dans le cadre de la Creative Commons CC-BY-SA.
    Ce n’est pas indiqué ! (et ce serait particulièrement difficile à réaliser dans le cadre de photos CC-BY-SA, par exemple, que l’on incorporerait dans une des siennes. Faudrait-il les encadrer de rouge, de bleu, de jaune ?)

    Dans le cadre d’une citation utilisant une portion de texte copyrighté, oui, le droit de citation peut s’appliquer. (car il s’agit, ici, de contrebalancer la toute puissance du droit d’auteur)

    Mais dans le cadre de la CC-BY-SA… Ce n’est pas indiqué.

    Houellebecq a donc déjà raison sur ce point.

    Au fruit de cette réflexion et de ce premier écueil, relisons attentivement la Paternité, comme pourrait le relire un avocat de Flammarion interprétant la CC-BY-SA.

    « Vous devez citer le nom de l’auteur original de la manière indiquée par l’auteur de l’oeuvre »

    De la manière indiquée par l’auteur de l’oeuvre

    Donc, si l’auteur n’a rien indiqué, c’est qu’il ne souhaite pas être mentionné. 🙂

    Même dans la liste des auteurs de la Wikipédia, l’auteur premier des articles réutilisés n’a rien « indiqué » !

    D’où, M. Houellebecq a encore raison, et il est en accord parfait avec la CC-BY-SA !
    De bout en bout.

    Et quand bien même la Wikipédia aurait mis au point une forme précise de citation. Tant que ce n’est pas indiqué par l’auteur de l’oeuvre et de la manière dont il le souhaite… on est en accord avec la CC-BY-SA en ne mettant rien si l’auteur n’a rien indiqué !
    CQFD.

    La phrase : « Michel Houellebecq aurait donc dû, à tout le moins, indiquer soit en bas de page, soit en fin d’ouvrage, que le contenu provenait de l’article X ou Y de Wikipédia, et donner l’URL des articles en question. »
    … n’est qu’une interprétation abusive de la CC-BY-SA, qui tente de tirer la couverture vers la Wikipédia.

    Eh oui, appliquer la CC-BY-SA, telle que synthétisée dans le lien cité, n’oblige à rien si l’auteur premier n’a rien demandé.

    C’est abusif, car la Wikipédia (ou ses représentants) ne peuvent pas exiger d’un côté une reconnaissance de la Wikipédia et de l’autre laisser les auteurs, seuls, porter plainte et assumer les frais & risques d’un procès. Surtout en n’ayant pas fourni les moyens aux dits auteurs d’indiquer ce qu’ils souhaitaient pour rendre applicable la CC-BY-SA de leur oeuvre.

    Bref, il y a des points à revoir au niveau de la « signature » d’un article Wikipédia.fr, en particulier avec cette CC-BY-SA afin de la rendre effective.

    Car on constate toute l’importance de l’auteur original et de sa demande sur la licence de son oeuvre (parce qu’en réalité, c’est lui le propriétaire des droits et non pas la Wikipédia et, à l’identique, dans une oeuvre copyrightée, c’est l’auteur qui reste et demeure le propriétaire de l’oeuvre et non pas l’éditeur qui loue une partie des droits, durant un temps donné.)

    Sans demande initiale de l’auteur lors du dépôt de son oeuvre sur l’espace Wikipédia, pas de réclamation possible par la suite.

    Dans les points à revoir, il faudrait aussi traduire tout le reste de la portion synthétique de la CC-BY-SA, ainsi que la page suivante : http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Licence_Creative_Commons_Paternit%C3%A9-Partage_des_Conditions_Initiales_%C3%A0_l%27Identique_3.0_Unported

    Traductions nécessaires pour éviter toute contestation sur : « je ne lis pas l’anglais, donc j’applique juste la partie traduite ».

    Car, on y trouve des exceptions très importantes, entre autres :
    « Except as otherwise agreed in writing by the Licensor or as may be otherwise permitted by applicable law, if You Reproduce, Distribute or Publicly Perform the Work either by itself or as part of any Adaptations or Collections, You must not distort, mutilate, modify or take other derogatory action in relation to the Work which would be prejudicial to the Original Author’s honor or reputation. »
    Qui pourrait se résumer à : en réutilisant l’oeuvre, on ne doit pas non plus porter atteinte au travail, à l’honneur ou à la réputation de l’auteur original.

    Dans le cadre de conseil ou de formation autour de la Wikipédia, on finira par préciser aux intervenants (quels qu’ils soient, même modérateurs) que, sur la Wikipédia, ils resteront seuls face à la justice au cas où leurs articles (ou leur inaction) contreviendraient à la loi, puisque ni la Wikipédia, ni la Wikimédia France n’assume une responsabilité ou une représentativité des auteurs.

    C’est comme sur le Web, on est responsable de ses actes et écrits. 🙂
    Ou de sa lenteur à réagir.

    Et là encore, il y a beaucoup de travail de médiation et conseils à réaliser.

    Bien cordialement
    B. Majour (qui maintient que Flammarion a commis une faute, ils auraient dû indiquer l’application de la CC-BY-SA, tel que je viens de le faire afin d’éviter la réaction disproportionnée de F. Gallaire. Quitte à renvoyer la Wikimédia France face aux contradictions de ses propres exigences : soit la Wikimédia France assume un rôle d’éditeur et l’application de la loi française sur les citations – ce qui serait contraire à la promotion de la CC-BY-SA et entraînerait d’autres obligations « politiques » – soit elle ne peut que taire ses exigences, exigences qui n’ont pas lieu d’être en lieu et place de ses auteurs.

    A moins que chacun en ait profité pour sa propre publicité sur le dos des auteurs !… Qui a dit « Comme d’habitude ? » 😉 )

  10. @David Monniaux

    La publicité est probablement toujours bonne à prendre, sinon Coca Cola n’en ferait plus depuis longtemps. Maintenant les licences CC comme les logiciels « libres » comme Wikipédia se sont positionnés comme des mouvements positifs et ont profité soit de la bienveillance de la Presse, soit carrément d’une véritable propagande qui a gonflé leur importance. L’arrogance de ses promoteurs va jusqu’à décrire dans Wikipédia le logiciel « propriétaire » comme « immoral » en récitant la doctrine de Stallman. Pas de neutralité dans Wikipédia quand il s’agit de promouvoir son idéologie. Mais tout est une question de momentum, tout va bien pour le moment mais beaucoup de silences, beaucoup d’arrangements avec l’honnêteté intellectuelle, beaucoup de tolérance des magouilles dans la gestion quotidienne de Wikipédia, je ne crois pas que ce soit viable à terme. Il y aura des projets alternatifs intelligents, on ne fera pas un Wikipédia bis, on sait trop que c’est impossible, on sera créatif et surtout on ne laissera pas Wikipédia devenir un monopole inconstesté, hors de question.

  11. @Globule: Mais non, en dessous d’une certaine notoriété, toute publicité est bonne à prendre.

    Regardez Wikipédia : pourrie des années par les médias, maintenant dans le top-6.

  12. @David Monniaux

    H. se repose sur un genre/style littéraire basé sur la patchwork, en ce sens il a trouvé un écho dans les pratiques de Wikipédia, si ses promoteurs avaient été mieux inspirés, ils auraient fait la promotion de H. sur un ton humoristique en revendiquant intellectuellement et non juridiquement comme des crispés du Droit une petite partie de son roman. Ils auraient mis les moqueurs de leur côté et seraient apparus comme plutôt sympathique. Oui Oui je parle je parle, mais Wikipédia n’est pas spécialement un univers ouvert, léger et sympathique. CQFD.

  13. @David Monniaux

    Bien vu pour les coupeurs de maïs je me suis fait la même réflexion, par contre la différence c’est que les écologistes ont d’abord suivi les procédures légales et sont passés aux actions de provocation seulement quand ils ont considéré/compris que la loi ne serait pas respectée, alors que Gallaire n’a fait aucune demande à H. (et il n’est même pas habilité à le faire). On est aussi d’accord que c’est une affaire de poitique, c’est donc important. Et c’est archi négatif pour les licences CC, donc personnellement je suis très content, chacun profite des petites satisfactions du combat. 🙂

  14. Au fait, certains pensent que l’action de Michel Houellebecq se justifierait via CPI L122-5 4) (parodie, pastiche). J’y avais pensé, mais une parodie n’est pas une copie. C’est une nouvelle œuvre qui s’inspire de certaines caractéristiques d’une œuvre existante (personnages, histoire, apparence…) mais qui les détourne dans le but de provoquer un effet humoristique ou satirique. Je ne vois rien de nouveau, ni d’humoristique, dans la simple recopie d’un article.

    Par exemple, Shamela est une parodie du Pamela de Richardson, mais c’est une œuvre nouvelle, qui se contente de reprendre des personnages, pas un copier/coller.

  15. @Globule: J’ai écrit plusieurs fois que je pensais que Gallaire appliquait au droit d’auteur une stratégie à la José Bové (j’ai aussi vu la comparaison avec Noël Mamère et son mariage homosexuel) : faire quelque chose de très probablement illégal, sortir une argumentation en droit très tirée par les cheveux, mais qui se place en fait sur le plan de la morale, attendre que la mayonnaise médiatique monte, et ainsi mettre le problème sur la place publique. Si on le poursuit, en plus, il aura la palme du martyre

    Il a parfaitement réussi son opération de com’, et je pense qu’il n’est absolument pas « la queue entre les jambes ».

    La question est cependant de savoir si cette affaire est bonne ou non pour les licences CC. Gallaire pense visiblement que c’était une bonne idée, je pense que ça avait aussi un bon potentiel de se terminer par des ennuis judiciaires, vite transformés par les médias en « les licences libres ne sont pas légales en France ».

    Bref. Tout ça c’est de la politique.

  16. Au contraire profitez-en expliquez-nous ce que vous ressentez comme préjudice si un de vos articles (ou plus vraisemblablement de simples contributions) sur Wikipédia est pompé sans que votre pseudo soit cité, quel est votre pseudo sur WP ? J’ai été aussi contributeur de Wikipédia depuis 2004 figurez-vous que je sais de quoi je parle, personnellement j’étais totalement désinteréssé, j’ai utilisé 36 pseudos différents et j’ai contribué des milliers de fois sous IP, comment diable peut-on développer un ego sous pseudonyme ? Ça me dépasse.

  17. Yahoo !
    vous arrivez en si peu de lignes à nier mon existence, nier tout préjudice autres que financier, nier mes convictions (en même temps c’est logique, je n’ai « pas de nom, pas d’existence »), détourner le sens de mes propos (mais ça reste logique).

    Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, désormais, je m’abstiendrais de vous répondre. D’ailleurs, l’ai-je vraiment fait puisque je ne suis qu’un « des fantômes d’Internet, sans identité ».

  18. @Mu

    Oui selon moi H. peut transgresser quelques usages c’est un écrivain pas un présentateur de la télévision. De plus en citant Wikipédia il lui a fait une publicité incroyable qui lui est bien rendu aujourd’hui du reste, les contributeurs de WIkipédia n’ont subi aucun préjudice, ils n’ont pas de nom, pas d’existence, ils acceptent d’être des fantomes d’Internet, sans identité. Ça leur permet aussi de ne pas prendre de risque quand ils font leur propagande en la faisant passer pour de la « neutralité », il y a des avantages aussi. Prenez-vos responsabilité, mettez l’ouvrage de H. en ligne si vous avez plus de courage et prenez le risque d’indeminiser H. pour les copies de son roman qu’il ne vendra pas : comprenez ce qu’est un « préjudice ». Oui on peut se prendre au sérieux, mais c’est juste ridicule. Ce qui est merveilleux avec WIkipédia c’est qu’avec autant d’information à disposition nos contributeurs ne sachent même pas à quoi ils participent, quelle réussite en effet ! L’agressivité est une grande qualité selon moi, pourquoi je me bats contre Wikipédia ? Parce que je défends le droit d’auteur et la liberté, tout simplement, parce que je ne supporte plus de voir des contributeurs éliminés de Wikipédia et foulés au pied par quelques admins qui se donnent chaque année plus de pouvoir et bafouent TOUS les principes énoncés par Jimmy Wales, en commencant par une intervention systématique sur le contenu éditorial à l’occasion des conflits d’édition. Je me bats contre Wikipédia car je pense que c’est une entreprise liberticide.

  19. _ »mais pas dans celle de son travail d’écrivain qui ne consiste pas particulièrement à respecter les conventions »_=> donc, selon vous, son travail n’est pas de respecter les conventions ? En partant du même principe, j’ai le droit de récupérer son oeuvre et la mettre en ligne sur un serveur espagnol ? après tout, mon travail ne consiste pas non plus à respecter les conventions. et de là, vous n’avez pas à discuter du bien fonder ou non de la mise en ligne du livre.

    -« mais c’est se prendre incroyablement au sérieux »_ => n’est-ce pas le droit de chacun ?

    _ »Alors c’est la promotion des licence CC l’intérêt ? Combien de contributeurs savent ce que c’est ? »=> c’est ça qui est merveilleux avec wikipédia, ceux qui veulent plus d’info sur la CC peuvent _librement_ s’y informer sur la CC.

    _ »Ma réponse est non »_ => c’est _votre_ réponse. Pas la mienne.

    Maintenant, juste une question (rhétorique) : pourquoi êtes vous si agressif ? Vous désapprouver wikimédia ? Soit. Ignorez-les, vous n’en vivrez que plus sereinement.

  20. @B. Majour
    @Mu

    CC n’a rien a gagner mais ceux qui ont compris qu’il s’agit d’une démarche politique qui conteste le droit d’auteur au lieu de l’enrichir par de nouvelles possibilités, eux vont y gagner énormément en sensibilisant le public aux danger de cette nouvelle idéologie communisante.

    Alors H. aurait-il du mentionner WP, dans la logique étriquée des serviteur du grand idéal du « bien commun pour l’humanité » oui (mais pas dans celle de son travail d’écrivain qui ne consiste pas particulièrement à respecter les conventions), mais c’est se prendre incroyablement au sérieux et ça dénote que les contributeurs ne sont pas si désintéressés qu’on veut le faire croire. Pire que ça la plupart d’entre sont probablement réellement désintéressés mais d’autres qui font de la politique comme Gallaire (lire sa biographie de petit révolutionnaire à deux centimes) se permettent de les faire parler et croient pouvoir défendre leurs interêts. Quels interêts ? Il semble que sur le Bistro au moins et bien qu’on sache qu’il ne soit pas du tout representatifs des contributeurs de WP qu’on soit franchement anti-pub, alors ce n’est pas l’argent. Alors c’est la promotion des licence CC l’intérêt ? Combien de contributeurs savent ce que c’est ? Combien savent qu’on peut allègrement monnayer leur travail ? Alors pourquoi ne pas faire des sondages et leur demander leur avis ? WP n’est-il pas un site communautaire ? Ma réponse est non, Wikipédia est un site auquel des milliers de gens participent en étant totalement isolés, il n’y a aucune communication et il y a même une interdiction par quelques-uns bien placés de communiquer et de faire participer les contributeurs à la gestion du site. Voici pourquoi je considère que WP trahit les promesses du projet original de Jimmy Wales. WP était un projet expérimental qui a donné quelque chose, on se rendra compte que ce quelque chose est un projet politique qui combat les auteurs, H. est le premier auteur attaqué frontalement, ils auront des défenseurs eux aussi.

  21. Je ne partage pas tout à fait le même point de vue.

    Tout d’abord, la CC, à mon avis, n’a rien à gagner dans cette histoire (en terme d’image). La position de WMf est donc, pour moi, très bonne.

    Quant à l’exception de citation, mis de coté qu’il permettrait – dans ce cas – à tous de sortir la tête haute, elle est très encadrée par le CPI, et j’ai encore des doutes sur l’applicabilité ici.

    Une citation doit être courte (ça, ok), et justifié par sont caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information de l’oeuvre à laquelle elle est incorporé. Je ne pense pas qu’elle entre dans une de ces catégorie, mais ça n’est que mon avis.

    De même, cette exception au droit d’auteur est sous réserve de faire apparaitre le(s) auteurs(s) _et_ la source. Quand bien même citer les auteurs peut s’avérer difficile :
    1) c’est une obligation légale (je laisse, le cas échéant, au juge la charge de trancher sur la faisabilité);
    2) la source, elle, n’est pas spécialement difficile à citer.

    Et, en supposant que je ne me trompe pas et avec toutes les réserve de rigueur, soit l’auteur (M H.) a contrefait l’oeuvre, soit il a décidé de respecter les droits d’auteurs des textes qu’il utilise ( lesdit auteurs ayant décidés de placer leur « oeuvre » sous licence CC).

    Il reste d’autre façon de procéder bien sur. Pour ce délit (celui de contrefaçon), c’est aux ayant-droits (les contributeurs des articles utilisés) de faire appel à la justice. Ne pas « noyer » les « emprunts », dans un texte par ailleurs originale, sans en reconnaître d’une façon ou d’une autre (en citant la source par exemple) l’origine de ces « emprunts » peut être pris comme une sorte de négation de leur travail.

    Tout cela pour dire, et ça n’est que mon avis, qu’une note de bas de page renvoyant aux articles utilisés aurait été interprétée comme une reconnaissance des auteurs et de leur travail. Au lieu d’être vu comme un plagiat, il l’aurait surement été comme une reconnaissance, voire comme de l’intégrité intellectuelle.

  22. J’aime beaucoup cette discussion, et les éléments qui gravitent autour.

    J’apprécie la réponse nuancée de la Wikimédia France, même si on se trompe quelque peu en invoquant Houellebecq au respect de la citation.

    Certes, Houellebecq y était tenu, mais plus encore son éditeur. Editeur qui, lui, doit veiller à la conformité du texte avec les différentes lois en vigueur du pays concerné.

    Si Houellebecq a commis une erreur, son éditeur n’a pas fait son travail comme il aurait dû.
    Corriger les erreurs et oublis d’un auteur, c’est le travail d’un éditeur.

    Et un éditeur n’est pas un hébergeur.
    Flammarion est donc le seul responsable dans cette affaire.
    (d’après ce qui est indiqué ici, http://www.slate.fr/story/26745/wikipedia-plagiat-michel-houellebecq-carte-territoire, la faute est manifeste !)

    A la lecture de ce billet, une autre question se pose à l’évidence : une violation de la loi peut-elle en entraîner une autre ?

    La réponse est à claire, c’est non, sauf à entrer dans un mouvement de vendetta préjudiciable à tous. Ce n’est pas parce qu’un de vos droits est violé que vous pouvez violer celui de l’autre à titre de représailles.

    Sauf cas de légitime défense, cette position est indéfendable devant une cour de justice.

    Et je crains que F. Gallaire ne se soit aventuré dans un terrain très mouvant.
    Surtout s’il n’est pas un des auteurs des articles incriminés, et surtout surtout s’il n’a pas porté plainte pour violation de la CC-BY-SA par Flammarion.

    Car, sinon, de quel droit s’arroge-t-il le privilège de représenter les auteurs spoliés ?
    Pire, de quel droit se permet-il de spolier la partie adverse ?

    Là, je crains qu’il ne se soit piégé tout seul.
    En effet, si deux voisins s’engueulent sur leurs potagers respectifs, nul n’est autorisé d’en représenter un (de son propre chef) pour aller piller le potager de l’autre.
    En partant de ce principe, le juge pourrait ne s’en tenir qu’aux faits et ne pas le rejoindre sur l’opposition CC-BY-SA contaminant le droit d’auteurs, mais bel et bien sur le piratage pur et simple d’une oeuvre.

    Sans compter que le CC-BY-SA n’est en faute que d’une référence de citation. (Cinq, si j’ai bien lu)… ce qui ne va pas peser lourd face à une accusation de piratage. Et que Flammarion peut corriger le tir à tout moment dans sa version numérique, ou dans son prochain retirage papier.

    Une solution qui aurait pu être élégante (et qui le peut toujours), même agrémentée d’excuses pour cette « erreur », lorsque le préjudice pour piratage, lui, va demeurer.
    Et rester punissable par la loi.
    Cependant, cette « erreur » n’en est une que si quelqu’un s’est manifesté à Flammarion. (comme il est précisé dans la réponse de la Wikimédia France)

    Se pose alors la grosse question de la représentativité.

    Qui est apte à envoyer ce courrier ?

    Si j’en crois le billet (ci-dessus)
    Ce n’est pas la Wikipédia, qui n’est pas auteur.
    Ni Wikimedia Foundation, qui est hébergeur.
    Ni Wikimédia France, qui n’a qu’un rôle de soutien et de pédagogie (et dont, par implicite, les recommandations précédentes ont autant de valeur que peau de balle 😉 )

    Reste les auteurs qui ont écrit les articles.

    Et là, on tombe sur une trappe sans fond. (Qui est bien mal repris ici avec  » Mais à la condition que l’auteur soit cité (paternité de l’œuvre) et que le contenu réutilisé soit redistribué sous la même licence. »)

    Sur Wikipedia.fr, les auteurs ne sont pas indiqués de manière évidente. (pas d’onglet en première page)
    Ni identifiables facilement… On trouve des Pseudos, des IP, des BOT…

    De plus.
    Qui a touché quoi ? Qui a agi en tant que créateur ?
    – Le premier contributeur ?
    – Celui qui a tout réécrit ?
    – Celui qui a traduit ?
    – Celui qui a agi en tant que correcteur ? En tant que modérateur en refusant une modification ? Celui qui a le plus corrigé le texte ? Etc.
    On ne sait pas.

    On ne sait pas qui est le « père » d’un article !

    Ce qui met Houellebecq dans l’impossibilité de les citer, même s’il le voulait !!! car lequel privilégier ?
    Idem pour Flammarion.

    Aussi la demande de citation réclamée par Wikipédia (ou Wikimédia France) ne peut être réalisée (et donc opposée)

    On retrouve cette erreur dans la formulation
    Mais à la condition que l’auteur soit cité (paternité de l’oeuvre)…

    Sauf qu’il faut que ce soit possible !
    Que l’on sache qui est le « père » de chaque article.

    Et comme ni Wikipédia, ni Wikimedia Foundation, ni Wikimédia France ne sont auteurs, on est marron. Si la première condition ne peut pas être respectée, la deuxième non plus.

    Il en serait différemment, si on avait eu une des formulations suivantes :
     » Mais à la condition que la page des auteurs soit citée (paternité de l’œuvre) et que le contenu réutilisé soit redistribué sous la même licence. »
    Ou encore
     » Mais à la condition que le collectif d’auteurs soit cité (paternité de l’œuvre) et que le contenu réutilisé soit redistribué sous la même licence. »

    Le collectif d’auteurs pourrait être Wikipédia, mais ça implique que Wikipédia devienne le représentant de ce collectif d’auteurs.

    Sauf que, le présent billet l’indique clairement : Wikipédia n’est pas un auteur, ni un éditeur.
    Wikipédia est une œuvre collective écrite par des auteurs multiples, les contributeurs, qui sont chacun responsables et bénéficiaires de leurs propres écrits. »
    Aussi, avec cet éclairage, il n’est pas possible d’indiquer Wikipédia comme étant l’auteur !
    (contrairement à ce que j’ai lu dans un commentaire)

    Ni que Wikipédia puisse revendiquer un quelconque droit à citation… De quels droits le pourrait-elle ?

    D’ailleurs, sans plainte ou réclamation des auteurs, je doute qu’on puisse revendiquer une CC-BY-SA.

    Ont-ils seulement été contactés ?
    Sont-ils ou non partisans d’exprimer publiquement leur désaccord avec l’utilisation de leur(s) texte(s) par Houellebecq ?

    Peuvent-ils seulement s’y opposer ?
    Pour quelle longueur de texte ?

    Plus amusant, que peuvent-ils réclamer exactement à l’éditeur et à l’auteur ?
    A part le droit d’être cité dans le livre ! conformément à la CC-BY-SA. 🙂

    C’est le revers de la CC-BY-SA

    Je regarde encore le lien indiqué au début du billet, pour bien vérifier les conditions de cette CC-BY-SA

    # Paternité — Vous devez citer le nom de l’auteur original de la manière indiquée par l’auteur de l’oeuvre ou le titulaire des droits qui vous confère cette autorisation (mais pas d’une manière qui suggérerait qu’ils vous soutiennent ou approuvent votre utilisation de l’oeuvre).

    Question évidente : Où peut-on trouver le nom de l’auteur original sur la Wikipédia ?
    Où est-ce « indiqué par l’auteur » ??? (« de la manière indiquée par l’auteur »)
    Ou même par le titulaire des droits (qui n’est pas Wikipédia si j’ai bien compris)

    Y a-t-il seulement un endroit qui indique clairement comment effectuer une citation Wikipédia ?
    Et pourquoi n’est-ce pas indiqué dans ce billet, de manière pédagogique ? ;-)))

    Je poursuis ma lecture :
    # Partage des Conditions Initiales à l’Identique — Si vous modifiez, transformez ou adaptez cette création, vous n’avez le droit de distribuer la création qui en résulte que sous un contrat identique à celui-ci.

    Modifier, transformer, adapter… et non pas incorporer dans un objet plus large, dont 99 % est du contenu « original ».

    Incorporation conforme à l’usage de la courte citation. Même si, oui, il y a un petit oubli pour indiquer la source. Ce qui n’a pas soulevé d’objections de la part des auteurs, même après publication de l’oeuvre de notre client.

    Voilà ce que diront facilement les avocats de Flammarion.

    Or qui ne dit mot, consent.

    Oui, tout le problème de la représentativité est là.
    Wikipédia, Wikimedia Foundation et Wikimédia France ne représentent pas les auteurs.
    Auteurs qui se retrouvent donc seuls à pouvoir porter plainte pour préjudice, s’ils s’estiment lésés, s’ils en ont l’envie, le temps. Et s’ils peuvent prouver leur paternité sur leur texte ! (un autre point délicat, puisqu’un article Wikipédia peut être modifié et réécrit à tout instant de manière substantielle… par des auteurs aussi aléatoires qu’évanescents et dont on ne peut connaître le « père » de l’article.)

    Or sans Paternité manifeste, comment appliquer le CC-BY-SA ?
    Comment oser revendiquer son application de la part de Houellebecq/Flammarion ? Au nom de qui et de quels droits ?

    C’est ça qui me fait sourire depuis le début de ce billet.
    On revendique l’application de la CC-BY-SA, sans offrir les moyens qui vont avec.

    Un onglet « Paternité » au même niveau qu’Afficher l’historique et non pas caché dans la foule des options de l’historique, me paraît essentiel… pour pouvoir respecter cette CC-BY-SA, de manière simple et évidente.

    Oui, cela peut prendre la forme d’une URL vers la Wikipédia, mais ce n’est pas la seule solution pour respecter la CC-BY-SA.

    On peut aussi indiquer tous les titres utilisés en indiquant « article Wikipédia », car on sait qu’il est possible de retrouver tous les contributeurs en consultant lesdits articles.

    Ou peut-être, avec plus de justesse CC-BY-SA, citer le « père » de l’article. (Le premier à l’avoir écrit ?)
    Puisque toutes les autres modifications, adaptations en découlent d’après la CC-BY-SA.

    Amusant de voir que cette dernière option, pourtant évidente, ne soit même pas évoquée par la Team Wikimédia France. Et que le côté « Paternité » soit plus ou moins refusé par la Wikipédia au profit de l’esprit collaboratif.

    Avant de tirer l’oreille du voisin, il serait bien d’être clair dans ses propres bottes. 😉

    Bien cordialement
    B. Majour

    P.S. Je tiens à préciser que j »approuve fortement l’esprit collaboratif de la Wikipédia et (après cette longue réflexion) j’estime que la CC-BY-SA n’est pas viable pour la Wikipédia. A un esprit collaboratif, il faut une Collaborative Commons… qui reste à écrire ! Ceci pour qu’un article ne dépende pas d’un auteur (CC-BY-SA) mais appartienne à tous les auteurs de la Wikipédia (oeuvre commune globale), ce qui permettrait à chaque auteur/contributeur Wikipédien d’envoyer un courrier de mise en demeure aux plagiaires indélicats, afin qu’il y ait respect du travail – indispensable au temps du Web – de la communauté Wikipédia.

  23. @Mu

    J’ai vu l’avenir et je vous en raconte la petite partie que vous êtes probablement capable de comprendre. Quant à invoquer le trollage dès qu’on critique Wikipédia même de façon précise et argumentée c’est la combine habituelle du Bistro, ce n’est pas glorieux. Admettons que ce forum n’a pas joué la censure cette fois-ci, les gestionnaires de Wikimedia ne peuvent pas se tromper à chaque fois, reconnaissons-leur quelques mérites de temps en temps.

  24. Il ne s’agit évidemment pas de vilipender M. Houellebecq, ou de laisser supposer que la profession d’écrivain est, en moyenne, une profession de nanti. Il est bien connu que, dans ce domaine comme dans la musique, seule une minorité est très bien rétribuée.

    Cependant, il faudrait, par honnêteté également, rappeler que M. Houellebecq n’est pas un « écrivain de base » qui toucherait des sommes misérables — la preuve, il est allé vivre dans un pays à fiscalité accueillante, et, comme il l’explique, il considère la France comme « un hôtel ». On ne me fera donc pas pleurer sur sa situation financière.

  25. @Charlie Nestel

    Tout à fait d’accord pour défendre à la fois les licences libres et la création (comme le font la plupart des acteurs du libre). Après les deux peuvent s’opposer parfois et il ne faut pas oublier que les licences libres ne sont pas une fin en soi.

    J’ai bien noté qu’il n’y avait pas de mépris dans les propos de David Monniaux. Je rappelais juste que dans pas mal de discussions autour du différent Houllebecq-Gallaire, les représentations entachées de préjugés sur les écrivains étaient bien répandues et qu’il n’était pas mauvais de rétablir la vérité sur ce métier comme le faisait l’auteur de l’article que je citais.

  26. @Moule

    « Pour les copié/collé si la longueur n’est pas trop conséquente, je crois que la citation de la source n’est pas obligatoire ».

    Article L122-5
    Modifié par LOI n°2009-669 du 12 juin 2009 – art. 21 :

    « Lorsque l’oeuvre a été divulguée, l’auteur ne peut interdire :

    (…)

    3° Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l’auteur et la source :

    a) Les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information de l’oeuvre à laquelle elles sont incorporées ;

    Réf : http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006278917

    Cordialement

    PS : De nombreux membres des communautés dites du Libre que l’on peut lire sur certaines listes, expriment de manière sous-jacente, voire parfois explicitement, de la compassion ou de l’amitié pour Michel Houellebecq qu’ils reconnaissent, en tant qu’artiste, comme l’un des leurs.

    Tout en partageant leur sensibilité, sans laquelle il n’y aurait pas d’art (libre) possible, je diverge de leurs positions – en ce que les messages haineux que je peux lire ici, les propos mensongers que l’on peut lire dans la presse, méritent que l’on défende les licences libres et/ou de libre diffusion.

    Cela étant dit, je vous trouve à mon tour un peu dur avec David Monniaux. Il n’y a aucun mépris pour le métier d’écrivain dans ses propos.

    Charlie

  27. @Globule: Nous discutons ici de problèmes de plagiats et de contrefaçon d’œuvres protégées, vous nous parlez administrateurs de Wikipédia, élections, neutralité de point de vue, toutes choses certes intéressantes, mais hors sujet dans cette discussion.

    @Moule: De la même façon qu’il existe une représentation de l’informaticien ou du « geek d’Internet » inculte, etc., qui trouble la discussion sur ces sujets, et qui est instrumentalisée par certains lobbies.

  28. @David Monniaux

    Pour les copié/collé si la longueur n’est pas trop conséquente, je crois que la citation de la source n’est pas obligatoire. Après je suppose que c’est du ressort du juge de déterminer si la longueur est acceptable ou non (mais nous n’en sommes pas là).

    Pour la deuxième partie je vous trouve un peu dur. Il existe une représentation du métier d’écrivain, nanti et improductif qui est à l’œuvre dans pas mal de discussions autour du sujet qui nous occupe, et qui aboutit à la négation de la valeur de leur travail et par là du droit d’auteur.
    Il n’est pas inutile de le rappeler et de le combattre.

  29. @David Monniaux

    Ce n’est pas une bonne idée de ressortir les arguments éculés, comme l’annonce fantaisiste de la disparition proche de Wikipédia ou de dire que les contradicteurs sont forcément des aigris/bannis de Wikipédia. Je ne dis pas que Wikipédia disparaitra ni très prochainement ni complètement mais j’affirme que la perception positive du public pour ce projet changera radicalement dans quelques temps et qu’il prendra conscience des véritables motivations qui ont poussés à sa création. Je dis que ces motivations n’ont rien d' »humaniste » et donc de nombreux contributeurs en sortiront déçus et avec le sentiment de s’être fait avoir. J’ai la conviction maintenant que Wikimedia ne fera jamais rien pour remettre de l’ordre dans le quotidien des contributeurs, la petite clique d’administrateurs qui se considère « élus à vie » continuera de s’organiser en clans antagonistes et à chercher à gagner de plus en plus de pouvoir, la « neutralité » concept pourtant obscure et contestable continuera d’être bafouée pour imposer la vision des contributeurs qui ont réussi à rentrer dans les bonnes grâces des admin en place, bref vous savez tout ça aussi bien que moi et vous ne souhaitez pas y répondre, libre à vous. Je dis seulement que jouer à la grande muette est une stratégie perdante à terme, je ne connais pas le terme qui sera dommageable à Wikipédia mais j’ai la certitude qu’il y aura un prix à payer pour les multiples petites tromperies qui ont déjà eu lieu.

  30. @Moule: Cet article commence par expliquer que Houellebecq se serait contenté de reprendre des faits de Wikipédia, et de les réécrire dans son propre texte. C’est sans doute vrai pour certains emprunts, mais, concernant la mouche domestique, le copier-coller est flagrant.

    L’auteur de cet article admet d’ailleurs la difficulté pour Houellebecq et son éditeur si le copier-coller était avéré :

    Si par contre Houellebecq avait reproduit par un jeu de copié/collé un texte de Wikipedia sans indiquer ni l’auteur (difficile : les articles ne sont jamais signés) ni sa source, il pourrait alors être condamné pour contrefaçon.

    À l’impossible nul n’est tenu, et je comprendrais fort bien que M. Houellebecq n’ait pas voulu recopier une longue liste d’auteurs pseudonymes ; mais au moins il aurait dû indiquer la source.

    La suite s’inscrit dans la dénonciation d’un complot d’extrémistes du « tout gratuit », que j’ai justement analysée sur mon blog.

  31. Je suis assez impressionné. La position de WMf me semble des plus clair : les deux principaux protagoniste de l’ « affaire », à savoir, M. gallaire et Mister H (et flammarion par son biais) ont des tords. Position que j’approuve.
    Les précisions données sont… précises et, du moins ai-je ce sentiment, plus impartiales que sur les autres sites, forum et assimilés, que j’ai pu parcourir sur ce sujet.

    @David M. : Quelle patience ! j’avoue avoir été étonné que les post de certains n’aient pas été purement et simplement supprimé.
    @Globule :Je vous propose d’avoir, silencieusement l’avenir et de venir nous dire ce qu’il en est quand vous l’aurez vu ^^. En attendant, Don’t fead the Troll. Mince ! Trop tard !

  32. @Globule: Tout ceci est fort possible, mais sachez que cela fait 9 ans que diverses personnes annoncent la fin prochaine de Wikipédia. Je me rappelle notamment d’un article dans le Monde d’un certain Francis Marmande qui disait que c’était une mode passagère, dont on ne parlerait plus dans quelques années; à l’échéance indiquée, c’était au contraire le Monde qui frisait la faillite. Il est difficile de prévoir l’avenir.

  33. @Moule

    Wikipédia est officiellement une coquille informatique et revendique de n’être responsable de rien, ceci afin d’échapper aux éventuelles poursuites d’auteurs mécontents et assez courageux pour aller demander des comptes. Wikipédia est une « oeuvre » abstraite qui ne fait pas grand cas de ses propres contributeurs, on a même eu récemment des commentaires de l’administrateurs bénévole « ironie » qui analysait très sérieusement sur IRC que finalement peu de contributeurs fournissaient la très grande partie des articles et donc qu’il était envisageable selon lui de se passer des autres. L’esprit des insiders de Wikipédia (en gros le Bistro et les admin) est que Wikipédia est une oeuvre qui dépasse son fondateur et même ses contributeurs. Je vois ça comme une dérive arrogante et à la limite du sectaire qui conduira le projet à sa perte. L’avenir dira si je vois juste.

  34. @Moule: Les œuvres collectives et les œuvres de collaboration sont deux catégories spécifiques d’œuvres de l’esprit, au sens du Code de la propriété intellectuelle, que je vous invite à lire.

    Ce code définit également le traitement des auteurs pseudonymes ou anonymes.

    Le travail des juristes consiste en bonne partie à qualifier les faits et les choses, c’est-à-dire à les faire rentrer dans les catégories prévues par la loi, laquelle ne prévoit pas tous les cas d’espèces et les nouveaux usages. Jastrow, qui s’y connaît largement plus que moi sur ces sujets, pourra au besoin vous en dire plus.

  35. @Globule: Vous semblez extrêmement confus au niveau du droit.

    En droit français, les idées et les faits ne sont pas protégés par le droit d’auteur. En revanche, leur mise en forme dans un texte l’est.

    Il n’y a aucune obligation légale, dans un texte scientifique ou didactique, d’indiquer où l’on a pris les informations rapportées. C’est en revanche une bonne pratique, qui permet au lecteur de se reporter aux sources originales et de conduire des vérifications : raison pour laquelle l’indication des sources est fortement encouragée dans Wikipédia (toute indication douteuse et sans source pouvant être supprimée sans préavis).

    Dans le cas qui nous occupe, M. Houellebecq ne s’est pas contenté de reprendre quelques informations factuelles, mais a copié-collé des paragraphes entiers, en se contentant de faire quelques modifications de forme.

    Je relève d’ailleurs que le dictionnaire encyclopédique Larousse n’indique nulle part le nom de ses auteurs, ni les sources auxquelles ils ont puisé.

  36. @David Monniaux
    Merci pour cette réponse.
    Wikipedia serait alors une oeuvre de l’esprit plutôt qu’une oeuvre collective d’après vous ? Est ce que les deux désignations sont exclusives ?

  37. @Fredleborgne

    Une entourloupe bien faite et imparable est-elle acceptable pour vous ? Sérieusement vous pensez qu’ils viennent d’où tous ces articles de Wikipédia aussi documentés, de la mémoire des wikipédiens ? Où sont les références aux sources ? Nulle part, il faut arrêter de se moquer du monde. C’est comme ces gens qui exigent que la musique soit gratuite sur Internet puisqu’il est quasiment impossible de prouver les téléchargements illégaux sans mettre en place des usines à gaz comme HADOPI. Les représentants de Wikimedia ici présents le disent ouvertement ou pas loin : ils sont pour la promotion des licences CC et d’accord pour « repenser » (comprendre démolir) le droit d’auteur, là c’est clair que les auteurs sont et seront de plus en plus lésés. Et oui H. est lésé aujourd’hui et ce n’est que le début des attaques frontales.

  38. @Moule: Je lis la loi, je vois une obligation de citer la « source » et « l’auteur ». Si en effet il y a le problème de quels auteurs citer, il n’y a aucun problème pour la source : il suffit d’indiquer « Wikipédia », le nom de l’article et éventuellement la date (avec un hyperlien, c’est encore plus facile). Je ne vois pas en quoi la difficulté de citer l’auteur est une excuse pour ne pas citer la source.

    La loi prévoit également le cas des œuvres de collaboration, et des auteurs pseudonymes ou anonymes. Ainsi, il existe une collection d’ouvrages de mathématiques signés de Nicolas Bourbaki, pseudonyme d’un collectif dont on ne connaît pas la composition exacte, même s’il existe des rumeurs. Pourtant, il n’est pas permis de recopier ces ouvrages au mépris du droit d’auteur.

    De même, la loi, explicitement, ne limite pas le caractère d’œuvre de l’esprit aux œuvres artistiques ou littéraires, mais y inclut également les œuvres scientifiques. Je vois difficilement comment on peut soutenir que les articles du dictionnaire encyclopédique Larousse (souvent fort brefs et rédigés par des anonymes) sont couverts par le droit d’auteur, mais pas ceux de Wikipédia (souvent plus longs, d’ailleurs).

    Enfin, la loi, nulle part, ne fait appel à la notion de qualité des documents ou d’originalité des idées ou des faits qui y sont présentés, sauf à prétendre que sont exclus du droit d’auteur les dictionnaires courants (pas d’originalité des idées et des faits) et les romans de gare (piètre qualité). Heureusement, dirait-on : imagine-t-on que l’on fasse dépendre un jugement en droit de l’appréciation subjective de si un roman est bon ou non ?

    La prétention que le droit autoriserait les « collages » au mépris du droit d’auteur ne tient pas. À ce que je sache, lorsqu’un artiste de rap (on peut bien évidemment leur dénier la qualité d’artiste, mais on revient alors dans le débat sur la qualité) reprend un riff de guitare (p.ex. Sean « Puffy » Combs avec Kashmir de Led Zeppelin), il doit payer des droits aux auteurs et interprètes.

    Bref, autant je comprends que l’on exclue la reprise de phrases simples et purement factuelles « Paris est la capitale de la France » (purement factuelles), autant je ne comprends pas s’agissant de la reprise d’une description de la mouche domestique sur plusieurs paragraphes.

  39. @David Monniaux

    La réponse de Flammarion (pourquoi ecris je Gallimard partout …?) aux accusation de plagiat dans l’article de slate
    http://www.slate.fr/story/26745/wikipedia-plagiat-michel-houellebecq-carte-territoire

    finit de cette manière :

    « Lorsque nous avons pu constater ces très rares reprises, nous avons remarqué que la source n’indique pas elles même l’identité des auteurs »

    Il semble donc que Flammarion puisse également placer le débat sur la qualification d’auteur.

  40. @David Monniaux

    D’après vous Houellebecq a le tort de ne pas avoir cité ses sources. L’idée inverse est développée dans l’article que j’ai mis en lien dans mon post précédent.
    Il me semble que de votre côté vous évoquez l’exception au droit d’auteur (citation, pastiche, caricature) qui permet de copier mais impose la citation de la source.
    L’auteur de l’article que j’ai cité semble penser que nous nous situons pas dans cette problématique, la qualification d’auteur pour les contributeurs de wikipedia ainsi que la nature même de wikipedia (oeuvre de l’esprit, oeuvre collective, …) étant problématique.

    Ce genre d’idées circule en ce moment dans pas mal d’articles, une analyse juridique plus poussée de votre part me semblerait donc intéressante.

  41. @Jastrow Très intéressant. L’intitulé « concession de droit d’usage » me semble très pertinent (peut-être plus que « louage », puisque la durée d’application n’est pas censée avoir d’autres limites que celles de la validité du droit d’auteur ? Mais peut-être m’opposerez-vous que le droit de retrait rend tout cela plus incertain qu’en droit anglo-saxon).

    Je vous rejoins partiellement sur les risques de non-qualification de l’association WMfr ; cependant en tout état de cause, il importe de préciser qu’il ne s’agirait en aucun cas d’agir *au nom* des contributeurs.

    @Moule À supposer que ce texte soit écrit sincèrement (et je ne vois pas pourquoi il ne le serait pas), il me semble un peu confus et assez éloigné des réalités juridiques (et, osons le dire, morales) des licences alternatives.
    Pour autant, je crois que nous devrions tous garder à l’esprit ce que Wikipédia peut avoir d’impressionnant (voire d’inquiétant pour certains), lorsque l’on pense à la masse de gens, de travail, et d’organisation que cela représente. Il est compréhensible, et normal (sinon légitime) que des commentateurs s’interrogent, s’inquiètent et en fassent part.
    Vous avez raison, cela « pourrait être intéressant ». Mais toute la question, pour une équipe restreinte telle que WM-fr, est alors de savoir quelle quantité de ressources (énergie, temps, motivation) consacrer à dialoguer avec ces personnes — et encore, si tant est que ce soit possible, car la bonne volonté n’est pas toujours partagée !

    Sinon, je partage votre crainte que la (non-)réaction officielle entourant cette violation de droit d’auteur de la part de l’éditeur ne constitue un regrettable précédent pour de (hélas prévisibles) futures affaires. Cependant j’attire votre attention sur le fait que le communiqué ci-dessus n’indique à aucun moment, comme vous semblez le sous-entendre, que l’éditeur « était dans son droit ». (Là pour le coup, je serais le premier à être très très colère.)

    Une question de fond se pose toutefois, comme l’a récemment illustré l’affaire N. Paley : comment rassurer le public, comme nous le faisons sans cesse, quant au sérieux et à la solidité juridique des licences Libres… sans systématiquement tomber dans des explications détaillées, techniques et volontiers repoussantes ? (Ce qui rejoint le problème des journalistes exposé plus haut.)

  42. Vous dites le fait que Gallimard a enfreint la loi est irréfutable, mais ça ne me parait pas si clair. Sur le blog « l’observatoire de wikipédia » est donnée une analyse qui donne matière à réfléchir :
    http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-le-dernier-houellebecq-pirate-a-cause-de-wikipedia-61901655.html

    L’auteur de ce blog n’a pas l’air de vous portez dans son coeur, mais son analyse demande un examen approfondi.

    Si au final il s’avère que non seulement F. Gallaire a eu tort de mettre en ligne le livre (ce sur quoi la majeure partie des acteurs du libre s’accordent), mais également que Gallimard était dans son droit à publier un livre avec des copies d’articles de wikipedia, la réputation de l’encyclopédie en prendra un coup.

    Alors j’espère que vous êtes sûr de vous.

    D’un point de vue pédagogique, il me semble qu’il pourrait être intéressant que vous répondiez point par point. Sur la viralité, le droit au pastiche, la notion d’oeuvre collective, sur l’éventuel plagiat qui peut exister sur wikipédia, etc …

  43. @vvillenave pour des cas de contrefaçon de WP dans la presse, certains des contributeurs concernés avaient refusé l’idée d’une action de la Wikimédia Foundation, soulignant qu’ils n’avaient jamais donné mandat à celle-ci pour les représenter. Il faut donc faire attention. Des associations ont légalement qualité à agir pour défendre de manière générale leur domaine d’intérêt ; ce n’est pas le cas de WMFr. Je crains que l’intérêt à agir soit trop ténu ici. Une action de WMFr me paraît assez peu fondée juridiquement et peu souhaitable « politiquement ».

    En droit français, les licences sont des contrats innommés. Je ne vois pas comment on pourrait les considérer autrement, d’ailleurs. Creative Commons l’explique dans sa FAQ juridique française (http://fr.creativecommons.org/menu3/main_faqjur.htm) et analyse ses propres licences comme des contrats de louage de chose incorporelle.

  44. Trolls et discussions intéressantes qui se cotoient, on se croierait sur une page de discussion 😉

    @Charlie la question est pertinente que de savoir qui pourrait tenir le rôle de la FSF pour les autres oeuvres de l’esprit. Je n’ai pas la réponse en main, et ça mérite une discussion complète sur le sujet car les implications sont nombreuses que ce soit d’un point de vue juridique (risques Vs. opportunité, statuts de l’association, etc.) que d’un point de vu « logistique » (ressources humaines, ressources financières) ou même médiatique.

    Je serait très intéressé par ton opinion sur le sujet. Penses-tu que ce soit à une association comme Wikimédia France de prendre ce rôle là ?

    ~~~~ Christophe

  45. @David Monniaux

    « Les licences libres sont un sujet compliqué. Elles demandent, pour être comprises, la connaissance du cadre juridique du droit d’auteur donné dans le Code de la propriété intellectuelle. La quasi totalité des journalistes auxquels nous avons à faire ne connaissent pas ce cadre, et n’iront pas lire la loi. Ils n’ont pas le temps pour des subtilités. ».

    Je ne suis pas sûr que l’incompréhension des journalistes (qui sont des relais d’opinion) soit uniquement due à un manque de connaissance du cadre juridique du droit d’auteur. Ils relaient
    également des idéologies, des représentations mentales et ce, on l’a bien vu durant les débats à l’Assemblée sur la loi DADVSI, puis sur l’Hadopi, reprises telles quelles et/ou vice versa par les élus.

    Les auteurs de logiciels libres ont la Free Software Foundation qui veille au grain pour défendre les licences de logiciels libres.

    Pour le moment, rien de tel n’existe pour les auteurs des oeuvres sous Licence Art Libre et/ou de libre diffusion. Et apparemment si je m’en réfère au communiqué de presse d’Adrienne Alix, l’objet
    principal de Wikimédia France est avant tout de pédagogie.

    Tout dépend ce que l’on entend par « pédagogie ».

    Qui peut demander un droit de réponse et/ou une rectification quand un/une journaliste écrit que « Wikipédia est une encyclopédie libre, écrite par des contributeurs bénévoles. Autrement dit, elle n’est pas protégée par copyright. » ?

    Adrienne Alix écrit :

    « Ce sont les personnes qui pourraient s’estimer lésées par l’utilisation que M. Houellebecq a fait de leurs contributions qui peuvent se retourner contre lui et/ou son éditeur par le biais d’un recours en justice. « Wikipédia » ou Wikimédia France n’ont pas à se substituer aux contributeurs ».

    Pour ce qui concerne les logiciels libres et si l’on se réfère à l' »Arrêt du 16 septembre 2009 – Cour d’Appel de Paris – Pôle 5 Chambre 10 – RG n°04/24298″, les auteurs/contributeurs du logiciel VNC ne s’étaient pas manifestés ; il ne s’agissait donc pas d’un procès pour contrefaçon.

    Pour autant, on peut considérer que ce procès fut « pédagogique » puisque la Cour d’appel de Paris a considéré « (…) qui ne satisfaisait pas aux termes de la licence GNU GPL puisque la société EDU 4 avait fait disparaître les copyrights d’origine de VNC sur les propriétés de deux fichiers en les remplaçant par les siens et avait supprimé le texte de la licence ».

    De ce fait, par delà la différence de nature qui sépare des oeuvres fonctionnelles comme les logiciels des autres oeuvres de l’esprit, ce sont bien les termes d’une licence libre (ici sous copyleft) que le Tribunal de Paris a reconnu valide.

    L’enjeu est donc pour toute les communautés du logiciel, de l’art, des cultures libres : pédagogique.

    Et la seule et unique question qui se pose c’est qui peut jouer le même rôle que joue la FSF France dans son domaine (les logiciels libres) pour les autres oeuvres de l’esprit (des articles de Wikipédia, en passant par les courts et longs métrages sous copyleft, la musique libre, la documentation pédagogique libre et/ou de libre diffusion, etc )?

    Bien à vous tous qui permettez un monde meilleur.

    Charlie

  46. Voici donc enfin une réponse plus censée que la partie retenue par les médias officiels du type « Passer une oeuvre complète en libre est excessif ».
    La condamnation de Michel Houellebecq par les instances de Wikipedia est là malgré le peu de solidarité avec F. Gallaire et l’exigence de l’application du « règlement », correctement indiqué à tout lecteur de Wikipedia.
    Je ne peux que m’en réjouir, car en tant que « Témoin » dans l’affaire Houellebecq/Gallaire, la culpabilité du premier refusant d’appliquer la règle du jeu par principe ne peut que se retourner contre lui car dans une question de principes, il n’y a pas deux poids deux mesures : il est bien venu que qui vole un oeuf ne peut pas se plaindre quand on lui vole un boeuf.

  47. @globule Le terme « plagiat » n’existe pas en droit, qui ne connaît que la contrefaçon. Vous pouvez plagiez un auteur de manière éhontée sans enfreindre en aucune façon le droit d’auteur. Nous parlons bien ici de propriété intellectuelle ; merci de ne pas mélanger les problématiques. Tout ceci a déjà été expliqué à vous-même ou à votre comparse Altshift.

    @vvilenave J’ai souvenir d’une contrefaçon caractérisée d’un article de Wikipédia par le _Figaro_. L’un des auteurs concernés avait vigoureusement refusé toute idée d’une intervention de la Wikimedia Foundation au nom des auteurs, soulignant qu’il n’avait jamais mandaté celle-ci pour ce faire. Dans le cas Houellebecq, je n’ai pas vu non plus les auteurs demander l’intervention de l’association ou de qui qui ce soit. Je serais donc personnellement très prudente en la matière. Certaines associations ont légalement qualité à agir ; ce n’est pas le cas de WMFr en l’occurrence et l’intérêt à agir ne me paraît pas clair du tout.

    En droit français, une licence est bien un contrat, voir la FAQ juridique de Creative Commons (http://fr.creativecommons.org/menu3/main_faqjur.htm#1). Je ne vois pas d’ailleurs comme elle pourrait s’analyser autrement.

  48. Pour répondre aux trois lignes un tant soit peu intéressantes dans le post de Globule :

    – la transition de GFDL vers CC by-sa a été, à mon sens, l’un des chefs-d’oeuvres juridiques de la dernière décennie — ainsi qu’un monument de solidité et de solidarité entre les différentes communautés du Libre.

    – une licence Libre n’est pas un contrat. http://www.groklaw.net/article.php?story=20031214210634851 Ce terme est employé (sûrement pour une bonne raison, même s’il me faut encore découvrir laquelle) dans la traduction française des licences Creative Commons (et dans la CeCiLL), mais ce n’est pas par hasard que Wikipédia emploie une version Unported (ce qui ne veut pas dire qu’elle ne puisse pas avoir *valeur* de contrat au regard du droit français).

    – la justice elle-même a confirmé en plusieurs occasions la validité des licences Libres au regard du droit français. Le droit moral n’a jamais eu valeur de suprématie absolue, et les traductions des licences Creative Commons reposent précisément sur cette souplesse.

    – Invoquer ici le « droit moral » et les hordes de contributeurs qui s’en trouvent lésés, ou je ne sais quel « droit à disparaître »… on va dire que c’est une figure de style ? (Notez au demeurant que nul ici ne prétend vous ôter ce dernier.)

    Sur ce, /me retourne nourrir son propre élevage de trolls personnel.

  49. @Globule : je crois qu’Altshift n’a aucune gêne pour se répandre dans tous les forums possibles, sans compter mes pages de discussion sur les projets Wikimédia, etc.

    On peut peut-être discuter avec des gens qui parlent vraiment du sujet, ici ?

  50. ALTSHIFT© me demande de publier ce post car il n’arrive pas à le faire depuis son PC.

    N’oubliez-vous pas de dire dans quelles conditions wikipédia et wikimedia foundation qui l’heberge « respectent » les auteurs des notices publiées ?

    1° Les trois notices reprises par Houellebecq dans la carte et le territoire ont été publiées initialement sous licence GNU et ont été placées sous licence creative common suite à un referendum interne auquel environ 1% des contributeurs de wikipedia au niveau mondial a participé : l’autorisation des auteurs qui avaient signé un contrat de licence GNU a-t-elle été obtenue nominativement avant le changement de licence ? Ou le fait qu’aucun d’entre-eux n’ait dénoncé ce changement équivaut-il désormais à une acceptation signée ?

    Le contrat de licence GNU étant sans limite de durée, et quel que soit les similitudes de contenu entre GNU et CC, est-ce respecter les auteurs et leurs droits que de substituer sans accord formel l’une à l’autre ?

    2° Le droit moral inclut non seulement le droit au respect du nom, le droit de retrait, or tous les contributeurs de wikipédia qui ont demandé à pouvoir retirer leurs contributions du site soit se sont vu opposer le mépris de l’absence de réponse, soit ont dû entamer des actions en justice afin d’être respectés dans leurs droits. Est-ce cela respecter les droits d’auteurs ?

    3° Les licences creative commons sous lesquelles les contributeurs de wikipédia doivent placer leurs contributions sont assimilées à des contrats dont la signature et l’acceptation se fait en cliquant sur « PUBLIER » . Or, afin d’éviter de nuire à ces licences et à la « culture libre » en cas d’erreur de traduction (sic), il n’existe aucune traduction officielle en langue française desdites licences, seulement des résumés très sommaires… Le droit français invalide les contrats qui ne sont pas passés dans la langue du contractant : est-ce que ces méthodes montrent le plus grand respect pour les rédacteurs des notices de wikipédia, ou jouent-elles sur leur crédulité et leur confiance pour obtenir abusivement des informations fournies bénévolement ?

    4° Ces contrats de licence dont on ignore s’ils sont conclus entre wikipédia et les rédacteurs de notices ou s’ils n’impliquent que l’engagement des seuls rédacteurs semblent, au vu du fait que wikipédia et wikimédia affirment n’avoir aucune responsabilité éditoriale, être conclus comme de simples engagements moraux des rédacteurs, lesquels ne lisent pas forcément l’anglais. SI ces contrats n’impliquent que les seuls rédacteurs, alors il peut être de leur choix délibéré de modifier les conditions contractuelles, voire de placer leurs contributions sous les conditions légales dans leur pays. Or cela leur est systématiquement refusé. Est-ce là ce que la wikimédia foundation appelle le respect des auteurs et de leurs droits ?

    5° Les contributeurs de wikipédia qui éventuellement, pour X raisons souhaiteraient faire valoir leur « droit à disparaître » qui certes n’est pas défini légalement, et voudraient retirer leurs données personnelles, adresses IP, pseudonymes, nom, des pages de wikipédia, se voient systématiquement conseiller des démarches auprès de la justice de l’ Etat de Floride : est-ce cela respecter les auteurs, et promouvoir la liberté ?

    6° Si les contributeurs doivent impérativement placer leurs contributions sous licences creative common en signant le contrat en anglais et à l’aveugle, comment wikimedia, ou les auteurs, pourraient-ils réclamer d’un usager, qu’il soit en simple consultation ou recycle pour son œuvre quelques lignes de wikipédia, alors même qu’il peut lire et copier ce qu’il veut sans jamais en rien s’engager contractuellement, qu’il respecter quelle que règle que ce soit… d’autant moins que ces règles n’ont pas cours dans le monde réel ?

    Le fait que wikipédia et ses défenseurs soient mis devant leurs propres contradictions et aient à assumer leurs discours mensongers « wikipédia encyclopédie Liiiibre » devrait pouvoir amener cette entreprise à reconsidérer sa politique de communication et à se montrer enfin sous son vrai jour.

    7° enfin, wikipédia nomme ses rédacteurs USAGERS, CONTRIBUTEURS ou PEONES, mais jamais auteurs, bien que l’obligation de soumettre la moindre virgule déplacée aux licences CC produise des droits d’auteurs. Le fait que les contributeurs ne soient jamais nommés « auteurs » est tout à fait logique vis à vis du fait que le règlement leur impose de collecter, compiler, sampler en les modifiant légèrement (pour contourner les systèmes de droits d’auteurs) les informations trouvées ailleurs (cher Môssieur Monniaux, ce n’est pas de la délinquance non… on ne fait pas QUE maquiller des voitures volées sur wikipédia). Mais si wikipédia, comme de juste, considère elle-même que ses rédacteurs bénévoles ne sont pas des auteurs, par quel miracle un auteur, bien réel quant-à lui, qui reprendrait des lignes d’articles de wikipédia serait-il sommé de citer ces auteurs ou de renvoyer à wikipédia comme le fait google ? ALors qu’ils ne sont pas auteurs selon wikipédia et que ni wikipédia, ni wikimedia ne sont éditeurs ?

    Il ne fait guère de doute que flammarion publiera dans la version numérique de la « carte et le territoire » les liens vers les historiques de wikipédia, ne serait-ce que pour apaiser les tensions, mais étant donné que wikipédia n’a aucune responsabilité éditoriale, étant donné que les auteurs de ces notices ont probablement pour certains d’entre-eux, honte d’avoir participé bien malgré eux à une telle mascarade, ce ne sera qu’une publicité abusive pour une structure qui prétend faire respecter les droits d’auteurs et dont certains membres fanatisés militent pour leur disparition totale.

    Finalement, ne vaudrait-il pas mieux que wikimedia, wikipédia, les éventuels auteurs non robots et non wikilâtres des notices reprises se satisfassent d’avoir fourni un travail largement diffusé conformément à l’intention affirmée par wikimédia, et ce, même s’il est reconnu comme parangon du degré zéro de la littérature (la neutralité enfin atteinte !), plutôt que revendiquer, sous des prétextes fallacieux, les droits au respect du nom des auteurs, lesquels avaient probablement œuvré naïvement de manière tout à fait désintéressée.

    J’ai lu quelque part, peut sur le bistro ou sur un blog quelconque que l’article sur la mouche domestique avait été amélioré grâce à Houellebecq, or j’ai beau consulter l’article et son historique, je ne trouve nulle part de mention du nom de Houellebecq. Pourtant, puisqu’il semble que désormais son roman « la carte et le territoire » dans lequel il aide à l’amélioration de cet article, soit sous licence creative commons-by-sa, la moindre des choses serait que wikipédia respecte cette licence et fasse figurer le nom de l’auteur qui a permis cette amélioration, même s’il est extérieur à wikipédia. Quand un veut imposer une logique absurde aux autres, peut-être faut-il commencer par se l’imposer à soi-même !

    Faudra-il attendre une nouvelle provocation de Gallaire pour ce pillage patent d’un passage d’un ouvrage sous licence CC (à son corps défendant) soit réparé ?

    Madame La Présidente, Voudriez vous nous faire croire que vous avez convoqué un conseil d’administration extraordinaire par téléconférence dans le seul but de rédiger le communiqué de presse de cette position aussi officielle qu’insipide ? Allons allons, un peu de tenue… Qu’à donc wikimédia france à intervenir sur le sujet alors qu’elle n’est en rien éditeur des articles qu’elle contient ? C’est surprenant ! Mais bon, rappeler les droits que Houellebecq aurait dû respecter et que wikipédia ne respecte pas… il ne faut pas être dégonflé hein ! Pour les trois posts précédents et néanmoins pertinents (en particulier le numéro 8 qu’un certain Alshift a tenté de publier ici, c’est assez rassurant que vous les ayez censurés (pas modérés) ça prouve au moins que ce qui y était dit vous génait légèrement aux entournures.

  51. @Adrienne: Merci, j’avais perdu le lien.

    @Charlie Nestel: Les licences libres sont un sujet compliqué. Elles demandent, pour être comprises, la connaissance du cadre juridique du droit d’auteur donné dans le Code de la propriété intellectuelle. La quasi totalité des journalistes auxquels nous avons affaire ne connaissent pas ce cadre, et n’iront pas lire la loi. Ils n’ont pas le temps pour des subtilités.

    Pour arriver à la précision que tu demandes, il faut comprendre que la règle générale est la liberté d’expression, que cette liberté est restreinte par le droit d’auteur, que l’auteur est libre d’accorder ou non des réutilisations, qu’en plus de celles qu’il accorde il y a des exceptions légales, que l’auteur peut accorder des droits via des « licences ». Il faut ensuite savoir que la loi prévoit le cas des œuvres de collaboration et des auteurs anonymes ou pseudonymes. Ça fait déjà environ 4 fois plus d’informations qu’un journaliste peut assimiler dans le temps dont il dispose pour s’informer auprès de nous.

    Dans ces conditions, il n’est pas mauvais d’avoir un message simple à marteler, comme « Internet n’est pas une zone de non-droit, la loi impose à Michel Houellebecq de citer proprement les passages qu’il a réutilisés ».

  52. @Adrienne Alix

    Si ce que j’ai lu sur le site

    : http://www.slate.fr/story/26745/wikipedia-plagiat-michel-houellebecq-carte-territoire

    est exhaustif et vrai, alors je comprends pourquoi Adrienne Alix s’est limitée à la seule hypothèse d’un manquement probable au droit de citation.

    Tout ce bruit pour rien, serais-je tenté de dire ?

    Reste néanmoins posée la question de la méconnaissance totale, voire du déni, des licences libres et/ou de libre diffusion qu’a révélée une fois de plus cette affaire.

    Charlie

  53. Salut,

    Je trouve votre position des plus ambigües.

    Je ne comprends pas pourquoi vous prenez pour argent comptant l’argumentaire de l’éditeur de Michel Houellebecq qui vous cite abondamment comme caution, en vous limitant à la seule hypothèse d’un manquement au droit de citation.

    Pas un seul instant vous n’envisagez l’autre hypothèse, celle de la contrefaçon.

    Quant au reste, si vous ne représentiez pas une autorité morale, je pourrais être en grande partie d’accord avec vous, et l’on pourrait même considérer que les emprunts de Houellebecq sont un hommage à Wikipédia. Mais l’évènement s’est emballé. Une journaliste du Point a même écrit un article où elle énonce :

    « Seulement voilà, Wikipédia est une encyclopédie libre, écrite par des contributeurs bénévoles. Autrement dit, elle n’est pas protégée par copyright. Or, du point de vue juridique et en matière de propriété intellectuelle, s’il n’y a pas de propriétaire, il n’y a pas de plaignant, donc pas de procès. ».

    Ce n’est pas la première fois que le droit d’auteur sur les oeuvres sous licences libres et/ou de libre diffusion est purement et simplement dénié.

    L’enjeu n’est donc plus l’affaire Houellebecq/Gallaire mais celui du respect des licences libres et/ou de libre diffusion.

    On se souvient encore de la loi Hadopi et de son fameux catalogue des oeuvres « protégées » comme si les auteurs d’oeuvres sous licences libres ne devaient pas être « protégés » par le droit d’auteur.

    Charlie

  54. @Jastrow À mon sens, il s’agit d’un préjudice moral lié au projet Wikipédia tout entier. L’association Wikimédia France a pour objet (si j’en crois ses statuts)
    «  » »
    le développement d’encyclopédies […] qui ont pour caractéristiques :
    * d’être disponibles gratuitement en ligne par les technologies de l’Internet et assimilées ;
    * de disposer d’un contenu libre, mis à disposition du public par ses auteurs grâce à un contrat de mise à disposition libre, en application des dispositions du Code de la propriété intellectuelle.
     »
    En d’autres termes, il me semble que dès qu’une utilisation hors-licence est faite du contenu de Wikipédia, cette utilisation va à l’encontre de l’objet de l’association Wikimédia France, et ce faisant, est de nature à lui porter (au moins) un préjudice moral (je vous renvoie notamment à la jurisprudence, je crois, de la cour d’appel de Rennes en nov. 2004 — je n’ai pas la référence exacte sous la main).

    Alors après, déterminer si cette association, ou une autre, est ou n’est pas fondée à porter plainte… C’est un casse-tête notoire (le procès Hortefeux en a récemment montré un exemple). Les statuts de Wikimédia-fr ne mentionnent pas explicitement cette possibilité, mais il me semble qu’elle pourrait être inférée des objets. De plus, je ne suis pas sûr que la nature très particulière du projet Wikipédia (multiplicité des auteurs, aspect désintéressé/non-lucratif…) ne serait pas prise en compte par le juge. Quoi qu’il en soit, il me semble dommage d’avoir balayé la possibilité d’une action (sans jeu de mot) d’un revers de manche.

    S’il est autre chose que votre exemple de l’affaire /Misérables/ montre (car vous parlez de l’appel, mais il faudrait également parler de la cassation), c’est combien nos juges pataugent (pour la plupart) lorsqu’il s’agit de droit d’auteur, et plus particulièrement de droit d’auteur à l’heure du Web et de la culture remix. Et de fait, je n’ai aucunement prétendu qu’une telle action en justice aurait pu être entreprise le cœur léger avec la certitude de gagner (la même chose peut être dite de M. Gallaire, d’ailleurs, quoique plus probablement dans l’autre sens).

  55. Au fait, quelqu’un pourrait-il nous donner un lien vers les passages de Houellebecq en regard des articles de Wikipédia concernés? (Ces passages seraient de courtes citations destinés à éclairer un débat juridique public.)

  56. @Jastrow

    Ajoutez que si Wikimedia se lançait dans un tel procès, même sans le gagner, ça serait ensuite utilisable pour démontrer qu’en réalité cette organisation n’est pas seulement un hébergeur des articles comme elle le prétend mais s’en considère comme éditeur, avec les conséquences qu’on connait quand il s’agit de poursuites pour d’autres… plagiats. On est donc dans un jeu de dupes et de confusion des rôles et des responsabilités dans lequel on peut craindre qu’à terme les seuls qui peuvent avoir quelque chose à perdre sont les vrais auteurs comme H.

  57. @vvillenave on ne peut porter une action en justice sans avoir intérêt à agir. Je doute personnellement que le juge reconnaisse un tel intérêt à Wikimédia France dans le cas qui nous intéresse. Vous parlez de « tiers bénéficiaire », mais bénéficiaire de quoi ? L’association n’a aucun mandat pour représenter les contributeurs de Wikipédia. Rappelons que la célèbre affaire de la suite des _Misérables_, la Société des gens de lettres avait été considérée, en première instance, comme irrecevable à agir alors même que son objet social mentionne explicitement la protection des intérêts matériels et moraux de ses membres. Sa recevabilité à agir a été reconnue en appel, mais cet exemple illustre bien qu’on ne peut pas se lancer dans un procès au simple motif qu’on se sent un peu en affinité avec le dossier.

  58. Globule : ce que j’entendais par « discussion de qualité », c’est que j’espérais ne pas avoir à vous répondre. Chacun étant libre de choisir ses combats, vous me permettrez de ne pas partager le vôtre.

  59. @vvillenave

    Je crois que vous n’avez pas encore bien compris les finesses du « business modèle » de Wikimedia qui ne veut surtout pas apparaitre comme « tierce partie bénéficiaire » comme vous dites. Mais ce n’est pas le sujet de cet article, une autre fois peut-être.

  60. @David Monniaux

    J’ai en effet un certain nombre de griefs à formuler et ce n’est pas tous les jours qu’on peut s’adresser aux responsables de Wikimedia France, et surtout pas tous les jours qu’ils prennent le temps de répondre alors ne soyez pas surpris que j’en profite un peu.

    Pour se cantoner au sujet principal de cet article (qui est à mon avis tout de même fortement connecter à la nature même de Wikipédia) je peux vous dire quelle impression il me donne. Contrairement à votre autre commentateur je pense que vous avez parfaitement raison de vous désolidariser de M. Gallaire car de manière triviale son action est erronée et ne peut obtenir qu’une sanction devant un tribunal. Il n’est pas un contributeur des articles de Wikipédia « plagié » par H., il n’a pas plus le droit que quiconque de faire justice lui-même, bref c’est un enfantillage d’une personne visiblement incompétente et probablement même très peu cultivée en matière juridique.

    Là où votre réponse est plus qu’ambigüe et révèle que Wikipédia est plus qu’une simple encyclopédie en CC c’est qu’on sent que vous vous désolidariser de Gallaire par esprit d’efficacité pour promouvoir le CC, ce qui signifie bien que sur le fond vous êtes au moins un peu d’accord avec lui. La raison à mon avis c’est que Wikipédia-Wikimedia est aussi un projet politique visant à devenir un monopole de la connaissance sur le web. C’est naïf certes mais c’est aussi très dangereux pour le Droit d’auteur que tôt ou tard les vrais responsables de WIkimedia (c’est à dire pas vous mais ses promoteurs aux US) attaqueront en faisant pression pour les organismes publics par exemple (échange visibilité contre mise sous CC des oeuvres), ceci grâce à la complaisance de Google qui place artificiellement tout article de Wikipédia en première page même si le sujet est archi marginal et peu consulté. Mais vous ne pouvez pas espérer que cette politique liberticide se fera sans résistance, et Internet étant ce qu’il est vous verrez fleurir des initiatives plus intelligentes que celle de Gallaire pour s’y opposer.

    Cordialement,
    Globule

  61. « Un combat juste, mais de mauvaises armes » : tiens, en voilà une formule que vous auriez pu utiliser dans votre communiqué !
    Pour être tout à fait clair, ma position est la suivante : vous auriez dû porter plainte immédiatement (dès parution de l’ouvrage en question) pour violation de droit d’auteur, à titre de « tierce partie bénéficiaire » et de façon à affirmer publiquement et fortement votre solidarité envers les auteurs des articles pompés.
    Vous n’en aviez très certainement pas les ressources, et je le comprends volontiers ; cependant il était à craindre que ce manque de ressources ne puisse être interprété comme un manque de « cojones », pour reprendre cette élégante terminologie.

    Il me semble qu’une telle action, quoiqu’indéniablement risquée, n’aurait pas manqué d’avantages : d’abord elle vous aurait très probablement assuré le soutien de la « communauté » au sens large, qui manque sans doute de sous mais certainement pas de juristes talentueux. Ensuite elle vous aurait permis de faire les choses « proprement », d’un point de vue tant juridique que médiatique : affirmer la validité des licences Libres, le respect du droit de _tous_ les auteurs, « puissants ou misérables » comme dit la fable. Enfin, elle nous aurait permis à tous d’éviter l’absurde situation actuelle, où nous avons en gros le choix entre soutenir une action de désobéissance moralement juste mais manifestement illégale (ce à quoi je me résigne) ou désavouer l’initiative de M. Gallaire et donner, de fait, gain de cause à ses adversaires les plus mal intentionnés (ce que vous faites ici-même, modulo un timide « rappel des règles que Flammarion _aurait_ pu respecter »).

    Oui, l’action de M. Gallaire n’a que très peu de chances de réussir (c’est un euphémisme). En revanche, il n’est pas moins vrai que la copyvio de H/Flammarion est caractérisée, et passible de poursuites qui _elles_ auraient eu toutes les chances d’aboutir. (Aboutir à quoi, me demanderez-vous : à rajouter trois malheureuses URLs dans les futures réimpressions ? À établir un précédent ? À faire parler des licences Libres ?)

    Il me semble qu' »à tout le moins » (pour vous citer), vous avez, comme toutes les instances un tant soit peu officielles, formalisées, visibles, qui n’ont pas davantage agi que vous lorsqu’il en était temps (allons-y gaiement : CC-fr, April, etc.), une part de responsabilité dans le fait que des « têtes brûlées » se soient crues autorisées (voire, appelées) à prendre les devants d’une façon beaucoup moins prudente que vous ne l’auriez fait. (Et d’ailleurs : en un sens, nous avons de la chance que ce soit « tombé » sur quelqu’un comme M. Gallaire, qui s’il n’est pas de la plus grande prudence, possède tout de même une certaine culture et une connaissance du droit. La situation aurait pu être _nettement_ pire s’il s’était agi d’autres excités de ma connaissance.)

    (PS. Disclaimer à mon tour : j’ai moi-même écrit à rms dès que j’ai eu vent de cette affaire ; il m’a encouragé à contacter les auteurs d’origine des articles en question car cela lui semblait plus solide que de se reposer sur le système de « tierce partie » sus-mentionné. Je ne l’ai pas fait, ne me sentant pas le « karma » nécessaire dans la communauté Wikipédia — peut-être aurais-je dû. Cependant il a également mentionné que Wikimedia-France pourrait jouer un rôle utile — ceci pour illustrer combien votre réaction était attendue…)

    Merci pour cette discussion de qualité, et pour vos réactions à tous les trois.

  62. @vvillenave : je comprends que vous puissiez avoir l’impression que nous prenons vivement position contre F. Gallaire. Mais là, ce n’est voir qu’un aspect du message qu’on a voulu faire passer.

    Le message est triple :
    – dire clairement quelles sont les conditions de réutilisation du contenu de Wikipédia (on lit vraiment n’importe quoi sur le sujet)
    – rappeler les droits et devoirs des auteurs, ceux de Houellebecq comme ceux des contributeurs de Wikipédia
    – expliquer pourquoi nous ne soutenons pas F. Gallaire (qui mène très certainement un combat pour de justes idées – que nous partageons – mais avec de mauvaises armes), parce qu’en effet on nous demande notre opinion.

    Il est important de ne pas laisser passer les idéaux devant la raison, quand celle-ci nous laisse penser que le problème actuel n’est pas réglé correctement. Ça peut paraître dur, pas solidaire, oui, je le comprends. Mais je crois que de temps en temps c’est nécessaire, justement si nous voulons garder toute notre crédibilité pour mener demain d’autres engagements. Il n’est pas question de l’enfoncer, il est question de donner notre position. Vous dites d’un côté qu’on l’attendait, de l’autre que nous n’avons pas à juger Gallaire. C’est un peu contradictoire. Soit on donne notre avis (et je conçois qu’il ne puisse pas plaire), soit on ne nous le demande pas 🙂

    Continuons la discussion en tous cas si vous le souhaitez !

    (je m’exprime, comme David et Christophe, en mon nom personnel. L’avis du CA en tant que tel est donné dans le billet).

  63. Il est manifeste que vous désirez faire dériver cette discussion, portant sur une affaire précis et des points de droit précis, vers une critique tout azimut de Wikipédia et une discussion hors sujet.

  64. Cher David,

    Je vous communiquerai mon identité et mes coordonnées sur demande afin de permettre à Monsieur Gallaire de me poursuivre si il en éprouve le besoin. En même temps si il veut éviter de s’enférer dans le ridicule il vaudrait mieux qu’il attende que la Justice lui donne raison pour son piratage, ce qui est fort peu probable.

    Je n’ai aucune inquiétude sur le fait que Wikimedia respecte la loi, la formule de l’organisation étant parfaitement bien ficelée par des avocats. Moi je vous parle d’honnêteté intellectuelle c’est sur un autre plan, la précision des informations publiées est telle qu’il est évident que c’est du copier coller massif, ensuite le fait de changer quelques formulations ne change rien au fait que c’est du plagiat et la dilution de la responsabilité entre des milliers de contributeurs n’est rien de plus qu’une parade astucieuse à toute action de contestation. Wikimedia sait parfaitement cela et a choisi un statut d’hébergeur pour être sûr d’écarter tout risque. C’est tellement vrai que les propos illégaux sont de toutes façons rapidement retirés ce qui prouve bien que Wikimedia n’avait pas besoin de cette mesure.

    Et que dire des bandeaux auto-publicitaires sur toutes les pages du site ? Pouvez-vous m’expliquer pourquoi il est systématiquement refusé que soient publiés des bandeaux similaires pour annoncer les scrutins de prise de décision interne et d’élections des administrateurs comme il a été vainement demandé. La raison c’est que Wikipédia est une organisation anti-démocratique au mépris de ses propres règles, tout ça le public ne le sait pas encore et Wikipédia continue de surfer sur sa bonne réputation de projet « humaniste ». Je ne crois pas que ça puisse durer encore très longtemps, il y a un prix à payer pour toutes les petits arrangements avec la rigueur et l’honnêteté, Gallaire s’en sortira en se couchant avant le procès Flammarion n’ayant pas intérêt à faire de lui un martyre, Wikipédia finira par être désertée par beaucoup de contributeurs quand ils seront mieux informés sur la réalité interne de l’organisation.

    Salutations,
    Globule

  65. @vvillenave:

    (Je m’exprime ici en mon nom propre.)

    Vous semblez expliquer qu’en gros, Wikimédia France n’aurait pas les cojones de soutenir une action en justice pour défendre les licences libres, alors que celle-ci pourrait réussir.

    Mon opinion personnelle (qui vaut ce qu’elle vaut, vous pouvez aussi bien me considérer comme incompétent) est que la justice donnerait tort à Florent Gallaire, si elle était saisie de ce cas.

    Imaginez ensuite ce que cela pourrait donner. Une fois simplifiée, déformée, amplifiée, etc., cette décision de justice serait expliquée au public comme « les licences libres n’ont aucune valeur en France » voire « on peut reprendre librement le contenu de Wikipédia, sans aucune obligation ». Bref, des effets proprement désastreux.

    Vous me direz que ce n’est pas parce que Florent Gallaire n’a pas le droit de « faire justice lui-même » dans une affaire ne le concernant pas que cela voudrait dire que les licences libres en général ne sont « pas valables ». Cela est vrai ; mais, soyez-en sûr, c’est comme cela que les choses seront présentées dans les médias. Au final, on aurait donc une action contre-productive.

  66. Disclaimer, je m’exprime à mon nom propre.

    Je ne vois pas en quoi la position de l’association est hypocrite.

    Oui, l’association ne soutient pas l’action de Mr Gallaire. C’est un choix. Ce n’est en aucun cas un non-soutien aux contributeurs. Au contraire. Wikimédia France ne soutient pas une action aux fondements juridiques peu clairs (au contraire des violations de licences sur les logiciels) par contre, et c’est là notre rôle, nous rappelons que Flammarion n’a pas respecté la loi, au-delà même du contrat que sont les licences Creative Commons, en ne créditant pas les auteurs originels. Ce point est irréfutable.

    Pour terminer, Wikimédia France a, en 2010, rempli son rôle de soutient et de promotion de la connaissance libre au travers de la participation à des conférences, grâce à la sensibilisation d’organisation culturelle (colloque à la fin de la semaine) et partenariat sur du contenu avec des institutions (BNF, Museum de Toulouse, etc.).

    Quant au fait que le rôle de pédagogue soit « maigre », il le sera le jour où l’ensemble des organisations culturelles auront compris les enjeux que représentent le fait de libérer leur contenus. D’ici là, je considère ce rôle comme crucial dans l’atteinte des objectifs de Wikimedia.

    A nouveau, ceci est mon point de vu personnel.

  67. Même si je souscris aux appels au calme et à ne point « se faire justice soi-même », il me semble que ce qui frappe dans ce communiqué, c’est ce qui y manque.

    – Manque de solidarité ? Wikimedia n’est pas un auteur, n’est même pas (dans le cas de Wikimedia France) un hébergeur : mais alors, qu’êtes-vous donc ? Depuis des mois (car cette affaire ne date pas du Goncourt), l’ensemble des contributeurs et des communautés dites « du Libre » a les yeux tournés vers vous, et si je vous suis bien, ce, sans aucune raison valable. Nous étions, Wikipédiens ou non, contributeurs ou simples citoyens, nous étions en droit d’attendre un signe ne serait-ce que symbolique de solidarité envers les bénévoles qui, chaque jour, donnent gracieusement de leur temps et de leur talent pour le projet Wikipédia, projet prestigieux dont VOUS êtes les porte-étendard. Ces contributeurs méritent le respect, non seulement des écrivassiers à la mode, mais le _vôtre_ avant tout : ce communiqué n’en porte nulle trace.

    – Manque de courage ? Vous avez, c’est indéniable, de nombreuses raisons (juridiques mais pas seulement) de vous désolidariser de l’initiative, potentiellement dangereuse, de M. Gallaire. De là à vous fendre d’un communiqué dont le principal propos, semble-t-il, est de le descendre en flèche, il y a, comment dire, un étonnant renversement de valeurs. Pour autant que je sache, l’intéressé n’a jamais prétendu agir en votre nom ; libre à chacun d’y voir un dangereux terroriste, un héros ou un « idiot utile », mais en matière de « parole d’apaisement » je ne puis me défaire de l’impression (fort déplaisante) qu’il vous importe infiniment plus d’apaiser les avocats de MM. H. ou Flammarion que les honnêtes contributeurs/amis du « Libre » qui pourraient pourtant, ne vous en déplaise, avoir voix au chapitre.

    – Manque de ressources ? Il est évident que vous vous trouveriez dans une situation totalement déséquilibrée et potentiellement calamiteuse, dans le cas où la moindre procédure pourrait être engagée à votre encontre. Simple suggestion : pourquoi ne pas le dire, tout bonnement ? Votre manque de moyens (financiers, humains, juridiques) n’est pas un secret, et vous gagneriez très certainement à faire preuve d’un peu plus de bonne foi et d’honnêteté intellectuelle. Cette situation n’est pas sans m’évoquer, cependant, les nombreuses affaires de violations de licences Libres (dans le domaine logiciel principalement) où, invariablement, la justice a reconnu la validité desdites licences au détriment d’acteurs privés, souvent même plus puissants que je ne sais quel éditeur de livres au kilomètre. À supposer que vous vous soyez engagé dans une bataille quelle qu’elle soit, il n’est pas dit que le droit (et le Libre) n’aurait pas prévalu. Je ne dis pas pour autant que c’est ce que vous auriez dû faire, cette décision n’appartient qu’à vous — cependant reconnaissez au moins la valeur (le courage, ou l’inconscience, c’est selon) de l’initiative prise par quelqu’un d’autre que vous.

    Bref, grande est ma déception après des mois d’attente ; un communiqué tardif qui, s’il se cache (bien mal) derrière l’alibi diplomatique et « pédagogique » (ce en quoi vous êtes dans votre rôle, mais un bien maigre rôle en vérité), ne peut faire ignorer sa vraie nature de cache-misère.

    Décidément, nous mériterions tous bien mieux, et vous les premiers.

  68. Cher Globule,

    Permettez-moi de vous faire quelques rappels. Qualifier quelqu’un de « délinquant » en l’absence de condamnation de cette personne à un délit peut vous exposer à des poursuites en diffamation. Le blog de notre association n’a pas pour objet de propager des propos diffamatoires.

    Quant aux livres « pillés systématiquement » par les contributeurs de Wikipédia, je serais curieux de connaître votre analyse juridique. S’il s’agit de reprises de textes provenant de livres sans permission des auteurs, elles sont impitoyablement nettoyées de Wikipédia quand elles sont repérées ou signalées. S’il s’agit seulement de reprises de faits ou d’idées, sachez que les idées sont de communication libre et ne font pas l’objet de droits d’auteur.

    Je n’y peux rien si cela ne vous plaît pas : c’est la loi qui est faite ainsi.

  69. Les contributeurs de Wikipédia citent-ils les auteurs des livres qu’ils pillent systématiquement ? Cet article se désolodarise très mollement d’une action à 100% illégale sans qu’aucun doute soit possible, la raison étant que la politique de Wikimédia est à terme de détruire le droit d’auteur. Le débat autour du procès de [censuré] Gallaire commencera à sensibiliser le public au dangers de l’organisation Wikipédia-Wikimedia.

  70. @DC

    De plus, « la quantité de contenu réutilisé par rapport au livre dans son ensemble » est une notion plutôt vague. Il serait bon de préciser sur quels critères, dans le cadre spécifique de Wikipedia et de la CC-BY-SA, est-il possible de départager une oeuvre de l’esprit dérivée, d’une oeuvre originale?

  71. Bonne mise au point à part peut-être « la question de la viralité ou non de cette licence se poserait de façon plus apaisée ». La notion de viralité mériterait d’être explicitée il me semble.

Les commentaires sont fermés.

Haut